Histoire du Dord-Kalyav




'histoire du Dord-Kalyav est sans doute, des trois régions de l'Ar'Kalyven, la moins mouvementée. Le culte du Futur qui y est pratiqué induit en effet des comportements spécifiques qui poussent les habitants de la région à montrer beaucoup de prudence dans leurs actions afin de ne pas hypothéquer l'avenir (si l'on excepte quelques minorités ayant des interprétations différentes de ce qu'est le Futur) et à rechercher la voie du moindre conflit.
Dès la naissance du Dord-Kalyav, ces traits apparaissent : le culte du Futur réagit avec un temps d'observation aux provocations de la reine Versane et ne fait sécession qu'en 411, plusieurs mois après le culte du Présent. En revanche il accepte sans négocier le principe d'un concile général lorsque Parsane en fait la proposition, à l'inverse du culte du Présent (raison pour laquelle le Concile se tient à Kaltera) : l'opposition entre les trois cultes est vue par les fidèles du Futur comme fragilisant beaucoup leur position pour l'avenir, les pays issus de la sécession étant trop faibles individuellement pour pouvoir avancer sereinement.
Le Dord-Kalyav se structure dès 420 ; son organisation avait en réalité débuté de manière informelle depuis 337, une bonne organisation étant considérée comme indispensable pour préparer les temps à venir. Ainsi le culte du Futur s'est-il doté d'une milice spécifique, les Sabliers, dès les années 380. Il est alors le seul culte du Temps à disposer d'une armée permanente ; le culte du Futur cherche ainsi à parer à toute éventualité. Les Sabliers sont une troupe d'élite, peu nombreuse mais extrêmement bien entraînée. Leur formation se codifie au début du cinquième siècle et la petite ville de Kydelomi située au sud de la région est fondée spécialement pour eux. L'existence des Sabliers est rapidement justifiée : lors de la guerre contre l'Ar'Lumn entre 443 et 457, dite Guerre de la Kalymen, les Sabliers prennent la direction des opérations et c'est sans doute grâce à eux que l'Ar'Kalyven a pu résister aux Lumniens.

près 420, le Dord-Kalyav est gouverné suivant des principes strictement théocratiques : les plus hauts dignitaires du culte prennent toutes les décisions, en se répartissant les tâches en fonction des affinités et des besoins. Ils sont placés sous l'autorité du Devin du Dord-Kalyav, c'est-à-dire le plus illustre des Oracles.
Les Oracles existent avant 420 ; il s'agit des prêtres du culte du Futur qui ont développé des dons de prescience leur permettant d'écarter les voiles du Temps et d'avoir un aperçu du Futur. Ces visions consistent, d'après ce que nous en savons, en images ou en courtes scènes dont l'interprétation se révèle très délicate, raison pour laquelle les prophéties ne sont normalement jamais dévoilées et ne sortent pas du Cercle des Oracles. Très estimés, les Oracles dirigent depuis au moins le concile de Kalenir les villes du Dord-Kalyav (à l'exception notable de Kydelomi) et leur parole a force de loi : aucun fidèle du Futur n'oserait désobéir à un ordre direct d'un Oracle.
Au début du cinquième siècle, les Oracles sont déjà des personnages éminents du Dord-Kalyav. Leur ordre n'est toutefois pas réellement structuré, en particulier pour ce qui relève de la formation. Apprendre à entrevoir l'avenir se fait alors - et jusqu'à aujourd'hui - auprès d'un Oracle plus expérimenté et passe largement par la méditation. Interpréter les prophéties, en revanche, est un exercice délicat pour lequel de solides bases théoriques et un large panel de connaissances sont plus que conseillées : ce point pèche encore à l'époque.
Cette lacune de la formation des Oracles est comblée dès 423 avec la fondation de l'Université des Perceptions Causales à Kalyran. L'Université couvre bien entendu un champ beaucoup plus large (elle gère toute la formation des prêtres du culte et s'impose rapidement comme un pôle majeur pour les sciences, l'astronomie notamment), mais à l'origine elle répond à un besoin particulier, qui est de mieux former les Oracles à l'interprétation des prophéties - sans que l'on sache si ce besoin s'est accru à ce moment pour une raison ou une autre. Alors que l'Université est bâtie, une aile réservée au stockage et au travail sur les prédictions est aménagée dans le complexe d'où est dirigé le culte du Futur, qui prend alors le nom de Centre des Prédictions.

'histoire du Dord-Kalyav se déroule sans heurts notables jusqu'au neuvième siècle, si l'on excepte la guerre contre l'Ar'Lumn au milieu du cinquième siècle (durant laquelle le territoire du Dord-Kalyav n'est jamais menacé), sans doute parce que la vision dominante du Futur n'a jamais été sérieusement remise en cause, à l'inverse de ce qui se passe à un moment ou à un autre pour les autres cultes du Temps.
Le commerce avec les autres régions de l'Ar'Kalyven reprend ses droits très rapidement, le Dord-Kalyav ayant un certain nombre de besoins à combler (importation de bois du Dord-Kalymen, de papier, de métaux…). La région est en effet autosuffisante pour tout ce qui concerne les activités premières du culte, telles que l'observation des étoiles (les lentilles optiques du Dord-Kalyav sont réputées dans les pays alentours), mais manque de denrées de base. L'ouverture rapide des frontières aux pays voisins, et particulièrement envers le royaume nain de Durgan, profite grandement au Dord-Kalyav.
Les deux grandes cités croissent sans heurts et se spécialisent progressivement. Kalyran, grâce à l'Université des Perceptions Causales et au Centre des Prédictions, renforce son statut de centre cultuel, culturel et scientifique (elle attire notamment de nombreux alchimistes qui joignent leurs recherches à celles des prêtres). En marge émergent des activités plus ou moins liées aux besoins du culte et des savants (la verrerie, l'horlogerie tout d'abord). Kalaïrev grandit autour des activités liées aux soins du corps et de l'esprit : maisons de repos, hôpitaux… et les artisanats qui s'y développent, comme la pharmacie ou la parfumerie, répondent à une demande ciblée.
Le Dord-Kalyav agrandit également son réseau urbain après 420, ce qui est une particularité de la région. Non loin de la capitale Kalyran est fondée au sixième siècle la ville d'Olesanet dont la raison d'être est de fournir Kalyran en cartes du ciel et en observations des corps célestes ; c'est d'ailleurs ce qui explique le choix de son site. L'apparition de Kydelomi, déjà évoquée, intervient quant à elle dans les années 430.

a crise diplomatique consécutive à la décision du synode décennal de 850 de retirer le droit de libre passage aux Lumniens (qui fait suite à l'attaque de l'Ar'Lumn sur l'Ar'Mirë'Ys) porte un coup dur à l'économie du Dord-Kalyav, qui se repose alors beaucoup sur les marchands lumniens pour s'approvisionner et pour écouler les productions dans lesquelles les fidèles du culte du Futur excellent. En effet le Dord-Kalyav a tendance à se méfier du Tor-Keralm, perçu comme un perturbateur, et de l'Ar'Ollin, dont le manque de stabilité politique et d'unité culturelle est appréhendé comme un signe d'incapacité à faire des choix à long terme, et base donc ses échanges extérieurs sur le royaume de Durgan et l'Ar'Lumn.
Cela explique que, dès le synode décennal suivant, les représentants du Dord-Kalyav demandent un changement d'attitude envers ce dernier pays, ce qui est refusé par les autres cultes, en particulier par le culte du Passé. Il faut attendre 870 pour que le Dord-Kalyav rallie à sa cause le Dord-Kalyleg en montrant les dommages causés sur son économie par la détérioration des relations diplomatiques avec l'Ar'Lumn. Cet épisode laisse des traces en Dord-Kalyav, par exemple une rancœur assez vive vis-à-vis du culte du Passé, qui se mue en hostilité latente dans une bonne partie de la population lorsque le Dord-Kalymen met fin aux synodes décennaux. Ce sentiment s'atténue avec le temps mais des échos en sont parfois perceptibles aujourd'hui encore.
Sur le plan intérieur, rien de notable ne se produit en Dord-Kalyav jusqu'aux années 1000. Le mouvement unitaire du culte du Temps s'y implante le plus vigoureusement (toutes proportions gardées) car il séduit les fidèles du culte en leur proposant une perspective d'avenir attrayante via la réunification des trois cultes.

orsque Hersdane devient reine, le culte du Futur est le premier à accepter la reprise des synodes décennaux qui devrait permettre, dans son optique, de reprendre le dialogue entre les trois cultes du Temps afin de pouvoir, à terme, aplanir les difficultés et assurer à l'Ar'Kalyven un avenir serein. Le culte du Futur est ainsi la seule délégation à se prononcer en majorité pour l'instauration de la liberté de culte suggérée par Hersdane en 1030, et il est à l'origine de la seconde proposition du synode décennal de 1040 (l'entrée simultanée des cultes du Temps dans le Synode d'Illéranyne).
Dans l'ensemble, le culte du Futur se montre favorable à la reine du Dord-Kalymen : la Main de Soins, l'Oracle de Kalaïrev, envoie ainsi des guérisseurs auprès de Hersdane en 1019 à la demande de son époux, Dolrian. Il est également avéré désormais que Dolrian sollicite par la suite un Oracle, qui lui est envoyé par le Devin Rian'Gen, pour obtenir une prédiction sur la guérison de Hersdane. Dolrian et le Chevalier des Temps Anciens Kan-Chtaren sont donc les premiers non initiés à entendre une prophétie délivrée par un Oracle depuis six siècles. Cette aide est d'ailleurs remise en cause par de nombreux prêtres du Futur qui considèrent que cette intervention d'un Oracle est à l'origine des troubles actuels dans le pays.
Les événements actuels qui se déroulent au Dord-Kalymen sont suivis avec attention et non sans inquiétude, une victoire des Traditionalistes risquant d'annuler une partie des avancées réalisées ces dernières décennies. Il n'est pas étonnant que les Unitaires du Dord-Kalyav aient manifesté leur soutien à Hersdane précocement. Le culte du Futur connaît également des remous internes qui pourraient aller en s'amplifiant, plusieurs tendances (et pas seulement les Unitaires) s'élevant contre la position officielle du culte qui, comme souvent, préfère attendre avant d'entamer une action. Il semblerait que le Devin Rian'Gen appuie discrètement les partisans d'une intervention rapide, ce qui serait fidèle à la politique d'appui à Hersdane suivie entre 1019 et 1025.



Extraits de L'Histoire de l'Ar'Kalyven, par Kal-Natsir de l'Université de Laiirna.