Généralités sur l'Ar'Mirë'Ys




Emblme du pays de l'Ar'Mir'Ys.

e pays d'Ar'Mirë'Ys est situé au nord-est des terres d'Oneira. Considéré comme le plus ancien territoire habité en Oneira, il ne compte plus aujourd'hui qu'une communauté réduite d'humains, au regard du grand nombre de fées, lutins et autres créatures magiques qui y ont élu domicile. Fréquemment malmené par l'Ar'Lumn qui prétend disposer de droits sur le pays, l'Ar'Mirë'Ys a de plus connu plusieurs périodes d'exode, notamment vers Per'Dellin, Tor-Keralm et, dans une moindre mesure, vers Mar'Ev'Syra et Mar'Ini'Uyn.
La vie politique d'Ar'Mirë'Ys semble nulle. Les habitants reconnaissent l'autorité des prêtres de la Nature et du doyen des humains, appelé Vonan de génération en génération, mais le pays compte également une famille royale dont la reine, le personnage le plus important, est traditionnellement chargée des Maga, premire Reine de l'Ar'Mir'Ys, dtail d'un vitrail du palais de Lumn, par SLo.relations diplomatiques avec les pays voisins (notons que contrairement à ce qui se passe dans la plupart des autres pays, s'il existe bien une demeure royale dans la capitale, Vomen, la famille n'y réside que rarement : tous ses membres, et surtout la reine, voyagent beaucoup, servant d'émissaires à travers tout Oneira, et voyageant en Ar'Mirë'Ys même afin de résoudre les divers petits conflits ou d'aider la population à traverser les aléas qu'elle peut connaître). Le pays n'a offert aucune résistance physique lorsqu'il fut annexé en 841 par l'Ar'Lumn, mais, harcelées par les fées, les armées se sont retirées peu après l'annexion. L'Ar'Lumn prétend cependant encore à ce jour que l'Ar'Mirë'Ys est sous protectorat du pays. Par ailleurs, la grande plaine de Dhara qui longe la forêt de fleurs au Nord-Est, est toujours sous occupation lumnienne sous le prétexte de prévenir une éventuelle invasion keralienne.
Paradoxe souvent relevé en Oneira, depuis les années 930, l'Ar'Mirë'Ys entretient d'excellentes relations amicales avec le proche pays de Tor-Keralm. Cette amitié, qui a donné lieu à de nombreux accords, dont l'établissement d'un système jumelé de feux de communication et la protection, à de nombreuses reprises, du sol miréen par les armées keraliennes, est pourtant encore niée aujourd'hui par l'Ar'Lumn qui s'obstine à prétendre que l'Ar'Mirë'Ys, sous son protectorat, est en guerre avec la nation keralienne et nécessite une protection accrue de la part des armées lumniennes.
Les humains d'Ar'Mirë'Ys sont adorateurs du culte de la Nature, ou sont d'excellents chamans, sorciers ou mages (mages des fleurs, mages verts...). Ils vivent regroupés en petits villages dont les habitations sont pour l'essentiel construites dans les arbres, reliées entre elles par d'étranges ponts suspendus. Les humains vivent du commerce des fleurs (dont la plupart des variétés très anciennes sont uniques en Oneira dans cette région) et du bois précieux.
Les vastes bois couvrant la presque totalité du territoire de l'Ar'Mirë'Ys sont couramment surnommés "la forêt de fleurs" ou "la forêt des saisons", car la légende veut que l'on y trouve les peuples chargés de répandre sur Oneira les effets des saisons, sans que la nature y soit affectée. L'on trouve en effet autant de fleurs en Ar'Mirë'Ys en hiver qu'au printemps. La forêt de fleurs couvrait anciennement la majeure partie de l'Ar'Mirë'Ys, de l'Ar'Lumn, de Mar'Ini'Uyn et de Mar'Ev'Syra. Décimée à l'époque des premières grandes guerres humaines, elle n'a jamais retrouvé son ancienne étendue et semble s'être concentrée autour de son noyau vital.

Extrait des Chroniques géographiques, par Gwanys, Illéranyne.