Géographie de l'île de Cadel




adel est une île de petite taille, légèrement moins grande que Luvao. Elle est de surcroît isolée, puisqu'elle se trouve au large du golfe de Lumna. Cette situation solitaire explique pourquoi nous sommes si peu renseignés sur cette terre, et pourquoi les rares informations que nous possédons sont toujours à prendre avec précaution.
A titre d'exemple (très significatif), on ne connaît pas la position exacte de cette île, que seuls les marins de cadeliens sont capables de trouver à coup sûr. Cela est peut-être dû à des enchantements posés par les mages qui ont émigré là il y a bien longtemps, ou aux brouillards qui sont la norme dans cette zone maritime et qui empêchent d'y voir à cent kilomètres dans les meilleurs jours. Certaines légendes prétendent d'ailleurs que d'innombrables équipages se sont perdus dans ces brouillards, qui seraient peuplés de monstres marins ; cependant les disparitions - incontestables - proviennent probablement de naufrages, les récifs étant nombreux.

Cadel est une île haute, ce qui signifie qu'elle consiste en un grand plateau (d'une hauteur moyenne d'un jet) qui émerge littéralement de la mer ; elle est donc bordée de falaises abruptes sur presque toute sa circonférence, excepté sur une bande d'à peine quelques jets de large au sud.
A cet endroit se trouve une petite baie, la Lënngi, profonde (permettant à des navires de tonnage important de mouiller à cet endroit), mais sans plage : il n'y a guère là qu'une surface caillouteuse, et surtout rocheuse. De là, on accède au plateau par un gigantesque escalier taillé dans la pierre, appelé le Qhor'Sudur. Cet escalier est taillé à même la roche et s'inscrit dans une falaise très difficilement praticable à l'origine ; d'après certains, sa construction serait antérieure à la venue des humains sur Cadel. C'est la seule voie qui permet d'accéder au plateau.
De la falaise ouest part un pont, dirigé vers le large, dont on ne saurait dater la construction et qui s'étend sur trois à quatre élans. On estime que les pieds de ce pont doivent plonger à des centaines de jets. D'après les légendes, ce pont, le Qhorgensul, n'est pas de fabrication humaine). Le pont s'arrête brusquement au milieu de l'eau.

Cadel se présente donc comme un bloc rocheux qui émerge au milieu d'une mer extrêmement profonde, et dont le sommet est relativement plat. Le plateau, contrairement à ce que l'on pourrait croire, est loin d'être rocheux ; au contraire, il est recouvert d'une épaisse couche de terre fertile - au moins là où les étrangers peuvent aller.
Sur ce grand plateau, on connaît l'existence de forêts, de champs, de routes pavées qui relient les villes et les villages. Des rivières et des lacs se trouvent au sommet et de nombreuses sources jaillissent du sol, contribuant à donner l'image d'une contrée paisible et idyllique.

Les villes sont rares, et relativement peu grandes. Les petits villages sont en revanche assez nombreux. La faiblesse de l'urbanisation s'explique par la petitesse de l'île, qui ne pourrait ni contenir ni nourrir un nombre trop élevé d'habitants.
La capitale, Mercinel (également nom des rois de Cadel), se trouve au sommet du Qhor'Sudur. S'y trouvent entre autres le palais, les quartiers des étrangers, des quartiers marchands, les ateliers des alchimistes… Dans l'autre grande ville de l'île, Cintai, se dressent les résidences des vieilles familles nobles et la salle du Conseil, le Padene.

Le climat est plutôt frais et humide, soit un climat insulaire typique sous ces latitudes. Les précipitations sont abondantes, d'autant plus que l'on se trouve dans une région propice aux tempêtes, caractérisées essentiellement par des éclairs nombreux et une pluie torrentielle. Il y a assez peu de vent dans la région. L'hiver, la température est plutôt basse, mais descend rarement en dessous de 0°C, grâce à l'influence des courants marins ; un froid relatif règne durant toute la journée, d'une manière plutôt uniforme. En été, il peut faire très chaud dans l'après-midi, notamment au cœur des terres, en raison du soleil ; la nuit, l'air marin rafraîchit l'air.

Les étrangers à l'île ne peuvent sortir d'une zone précise : la capitale et ses abords immédiats. S'aventurer à l'extérieur des terres est strictement interdit et les contrevenants s'exposent à des représailles - le bannissement voire "l'accident".

Extrait des travaux privés de Kelranir.