Géographie du Dye'Nelya




Extrait de l'Atlas d'Oneira, 1039, article sur le Dye'Nelya,
écrit par le professeur Kilyia, docteur ès Géographie de l'Université de Laiirna
et Dame Caessilya, doyenne de l'Ecole d'Ysenvi.

e Dye'Nelya est constitué principalement par une péninsule, assez vaste, et une multitude de petites îles, dont la plupart ne sont que des cailloux. La péninsule de Dye'Nelya donne sur la mer d'Oivan et touche l'Ar'Thard. Cette situation, au cœur de la mer, aurait pu lui conférer une puissance extraordinaire dans les relations maritimes si les côtes n'avaient pas été si impraticables (75 % des côtes environ sont des falaises de neuf à dix-huit tailles de hauteur, extrêmement abruptes) et rendues quasiment inaccessibles par l'omniprésence de récifs dangereux pour le trafic maritime et très resserré : d'où le fait que l'activité portuaire du Dye'Nelya est très réduite, circonscrite à quelques ports, bien qu'une multitude de petits esquifs - essentiellement destinés à la pêche - naviguent quotidiennement, partant de petits criques. Seuls les petits bateaux sont à même de naviguer sans crainte, à condition que son pilote connaisse parfaitement son aire de navigation.
Ainsi le Dye'Nelya n'a-t-il pas pu s'insérer dans les réseaux commerciaux et relationnels d'Oneira par le biais de la mer, sinon dans une mesure réduite. L'intégration ne s'est pas plus réalisée via la terre. En fait, le pays est relativement isolé de son propre fait : non que ses habitants ne désirent pas établir des relations avec les autres (le fait que le Dye'Nelya soit un des pays fondateurs d'Illéranyne et y joue un rôle actif le montre largement), mais, tout simplement, aucune visée expansionniste (qu'il s'agisse d'une expansion militaire et territoriale ou commerciale et diplomatique) n'est discernable dans le pays. Or ce sont les pays où existe une telle volonté de domination, explicite ou implicite, qui ont le plus à cœur de développer d'importants flux d'échanges.
Sans vouloir s'attacher à un déterminisme physique particulier, qui n'existe généralement que dans l'imagination, force est de reconnaître que cet esprit du Dye'Nelya, si paisible au niveau des relations du pays avec l'extérieur, correspond parfaitement au paysage. La plus grande partie de la péninsule est occupée par des collines de hauteurs moyennes ou des montagnes vieilles et rocailleuses. Toutefois l'altitude reste en moyenne faible, ne dépassant que rarement huit jets, et les pentes sont souvent faibles, bien qu'occasionnellement chaotiques - en raison de la présence de nombreuses aspérités rocheuses -, ce qui permet une mise en culture relativement aisée. Les côtes sont généralement, nous l'avons dit, des falaises (de grandes falaises de grès blanc), même si l'on trouve un nombre de petites criques et de plages non négligeables. La seule plaine d'envergure que l'on trouve dans la péninsule se trouve autour du seul port vraiment important, Danya. La capitale Ysenvi se trouve elle-même relativement proche de Danya, mais elle a été construite initialement sur une colline et s'est étendue à partir de là.
Le climat est plutôt tempéré, mais est toutefois assez froid. La température est moyenne en été, rarement chaude, et les nuages restent la norme toute l'année. L'hiver est plutôt froid, renforcé par un vent du Nord mordant, l'awen, mais la neige est exceptionnelle. Au printemps et en automne, les précipitations pluviales sont abondantes et permettent le renouvellement des sources (il pleut très peu en été et en hiver, malgré la persistance des nuages). Ce climat a des répercussions sur le paysage : les collines et montagnes sont couvertes de bruyère, et les forêts de hêtres ne sont pas la norme. Il faut noter que le sol n'est guère riche : on trouve quelques gisements de pierres ou de métaux précieux, mais en faible quantité ; de plus, la terre n'est pas très fertile, et ne permet pas une exploitation agricole vraiment développée.
Force est de reconnaître que le Dye'Nelya n'est pas extrêmement peuplé - peut-être trois millions d'âmes. Il est également essentiellement un pays de villages et de hameaux : le nombre des villes est fort restreint - il y en a cinq, en tout et pour tout. La liste donne la mesure de la situation du pays :
Ysenvi ("la Paisible", 62 000 habitants dont humains, sagittaires, eyrines, démors) : La ville se spécialise dans les produits médicinaux, les bijoux, les tissus (notamment laine), les petites productions artisanales et l'art (sculpture et architecture). Ysenvi est la capitale et le siège du Conseil des Anciens et abrite un grand Temple de la Mort.
Danya ("la Bleue", 46 000 habitants dont humains et sirènes) : La ville se spécialise dans le commerce maritime et pêche.
Pharos ("la Pierre", 34 000 habitants dont humains, eyrines, démors) : La ville se spécialise dans l'élevage (chèvres, moutons, vaches) et la production de laine et de lait. Pharos était anciennement construite derrière de grandes murailles et protégeait le Dye'Nelya des invasions terrestres ; maintenant, cette mission défensive est obsolète.
Suliva ("la Terre", 31 000 habitants dont humains et sagittaires) : La ville se spécialise dans la production de blé, de laine, de fruits et de légumes (pois, choux, haricots) ainsi que dans l'élevage (moutons, volailles et vaches).
Lyanna ("l'Œuvre", 24 000 habitants dont humains, sagittaires, eyrines) : La ville se spécialise dans la production de marbre (c'est là une importante source d'exportation), de statues, de blé, ainsi que dans l'élevage (chèvres, chevaux, volailles).