Démor, les hommes marins




ette ville atypique de l'Oel'Nerill porte une histoire lourde qu'elle a su laisser de côté. La ville de Démor compte à ce jour 10 000 habitants dont seulement 20% d'humains. Démor marque la limite des terres prises par les humains lors de la colonisation du territoire à partir de l'Oel'Pyma en l'an 0. C'est une fois arrivés à cet endroit, dit-on, que les humains ont pris conscience de la beauté du Pyrelos et du peuple démor. Alors même qu'ils avaient pris le contrôle de l'ancien village se dressant alors à cet endroit, ils rebaptisèrent l'endroit du nom de "démor" et l'offrirent au Clan. C'est à cette époque (coïncidant avec la fin de la guerre de l'an 0) et à cet endroit que fut signé le pacte d'Embaa, instituant la paix entre les humains et les démor du Pyrelos qui s'entendent alors pour partager le territoire.
Située face à l'Oel'Dane, la ville de Démor constitue le portail d'entrée (et de sortie) des démor de l'Oel'Dane (les très rares humains de cette île, réticents à traverser ce détroit dangereux pour qui ne possède pas le sens de la mer et des courants comme les démor, préfèrent emprunter le détroit des Minän jusqu'à Sev'Linar). Le rivage de Démor, bordé par le plus grand massif de récifs du Pyrelos offre à la ville une faune et une flore sous-marine uniques et force une navigation prudente et difficile que seuls les démor de cette région du Pyrelos parviennent à maîtriser. La position unique de la petite cité assure une production colossale de fruits de mer et de crustacés.
La ville de Démor, comme toute ville comptant une majorité de représentants de ce Clan, s'étend dans la mer jusqu'à la limite des marées basses. Ainsi, les maisons du bord de mer sont-elles inondées à chaque marée, rendant plus aisé le travail des démor. Les limites terrestres de la ville (et non pas du territoire de la ville) sont marquées par huit immenses colonnes en kahrune veinée, gravées des termes du contrat d'Embaa. L'ensemble de la ville est majoritairement peuplé de démor. Les quelques deux mille humains que compte la cité, une fois n'est pas coutume, préfèrent vivre hors des limites fixées par les colonnes d'Embaa, afin de respecter le don fait par les humains aux démor lors de la signature du fameux pacte. Les terres, aux alentours de Démor, sont très salines, et, de fait, extrêmement difficiles à mettre en valeur pour les humains, principalement dans le Nord de la cité. L'on trouve néanmoins quelques champs, au Sud, permettant de subvenir dans une proportion d'environ 50% aux besoins de la ville en matière de céréales. L'essentiel du travail de la population est concentré, pour les humains, vers l'artisanat (ferronnerie, joaillerie, cordage, tissage...), et, pour les démor, vers la pêche ou les cultures sous-marines. La ville possède, au large de sa côte, d'immenses jardins d'algues et de coraux, créés par les démor. Les algues, produites en très grandes quantités, sont exportées à l'intérieur des terres pour la consommation des démor vivant le long de l'immense Jaenada, tandis que les coraux sont vendus aux humains qui en feront des bijoux de plus en plus recherchés dans le pays. Démor possède également un très important parc à huîtres perlières suivant, généralement, la même voie que les coraux.

Plan de la ville de Dmor, cliquez pour agrandir.

Notons, afin de mieux évoquer le lien entre humains et démor, qu'il n'existe à Démor aucun temple de l'Eau couvert, mais seulement des espaces dédiés au culte. Le culte rendu à l'eau dans la ville est conduit par les démor, et a été depuis bien longtemps adopté par les humains de la ville. De plus, il n'existe pas à Démor de milice comme dans les autres villes Pyreliennes. Les humains sont néanmoins tenus au service, mais se rendent, pour l'exécuter, soit à Sanavë soit dans les garnisons du Sud de la côte.
La cité est placée sous l'autorité du chaman An'Demor, personnage jeune et dynamique encourageant la ville à faire profiter au Pyrelos de ses productions d'une qualité et d'un nombre exceptionnels. Ainsi, de nombreux marins démor de la ville acceptent d'être engagés dans la flotte du Pyrelos qu'ils font bénéficier de leur expérience.

A voir à Démor


Les colonnes d'Embaa : Les colonnes d'Embaa constituent certainement le premier témoignage postérieur à l'an 0 du Pyrelos. De nombreux pyreliens, tant humains que démor, se rendent chaque année à Démor pour les contempler, et renouveler ainsi la promesse de partage du pays.
Les jardins d'algues et de coraux : Ces merveilleux jardins ne peuvent être contemplés aisément que lorsque les grandes marées les découvrent. Ils offrent alors un paysage étranger d'une beauté incroyable, véritable exemple du cadre que peuvent offrir les villes sous-marines des démor, des minapyre ou même des sirènes.

Extrait du "Dossier Pyrelos", Gwanys, Illéranyne.