La reine Hersdane




Nom : Hersdane.
Race : Humaine.
Sexe : Féminin.
Date et lieu de naissance : 997, Kaltera.
Date et lieu de mort : NA.
Résidence habituelle : Palais du Temps de Kaltera.
Père : Sarvenor.
Mère : Lueriane.
Conjoint : Dolrian.
Enfants : Kalev (né en 1019).
Culte : Culte du Passé.
Classe : Reine.

Physique : On disait de Hersdane, au début de son règne, qu'elle ressemblait à Kaly telle qu'elle était figurée par les statues nombreuses en Ar'Kalyven. Une histoire très en vogue dans le pays, popularisée par le balaet'adene du Dord-Kalyleg, raconte qu'un jour, peu avant la naissance de Kalev, elle ait croisé dans le Sanctuaire du Passé de Messevine l'ancien Chevalier des Temps Anciens ; il faisait sombre et l'histoire veut qu'il ait été pétrifié et se soit jeté à ses pieds pour implorer son pardon, la prenant pour Kaly revenue sur Oneira. Ni Hersdane ni l'intéressé n'ont confirmé la véracité de l'anecdote.
Il est vrai que, de visage, il existait des similitudes qui permettaient d'entrevoir derrière le visage de la reine, sous un certain angle et une certaine lumière, celui de la figure tutélaire de l'Ar'Kalyven. Les cheveux de Hersdane, longs et presque noirs, sa peau très pâle, sont proches de ceux que l'on connaît de Kaly, et la reine était, sinon forte, du moins potelée à cette époque. Son port altier et son aura royale renforcent la ressemblance.
Toutefois Hersdane jeune était loin d'être un portrait fidèle de Kaly. La reine a en effet une expression douce et affable la plupart du temps, qui a d'ailleurs conduit le clergé du Passé à la sous-estimer au début de son règne.
De nos jours, Hersdane présente le visage d'une vieille femme, bien qu'elle n'ait qu'une soixantaine d'années. Les problèmes politiques, la maternité et la longue maladie qui s'en est ensuivie l'ont durement affectée : elle est désormais presque décharnée, les cheveux blancs et des rides creusées par le souci et le chagrin ornent son front. Elle conserve malgré tout son ineffaçable sourire qui lui a valu tant d'alliés.

Caractère : Ses opposants ne voient en elle que la main de fer, ses partisans le gant de velours. Hersdane est une vieille dame charmante, qui a toujours un mot gentil pour ses semblables. Elle est aussi une redoutable manœuvrière politique, inflexible et déterminée. Si elle n'a jamais été naïve (son enfance troublée ne lui en a pas laissé le loisir), elle a été une jeune femme enjouée et profondément amoureuse de son époux, Dolrian, une jeune reine à laquelle tout souriait. Las, après la naissance de Kalev, la maladie puis l'exil de son fils lui ont ôté ses motifs de joie et les révélations récentes de son époux sur son lit de mort ont éveillé en elle le désir de vengeance.

Histoire : Seule fille de la reine Lueriane, Hersdane a été célébrée dès sa naissance comme l'héritière du trône. Née dans une période encore difficile pour l'Ar'Kalyven, elle n'a vécu avec ses parents que quelques années, avant qu'ils ne meurent lors d'un voyage vers Messevine. Devenue reine en titre mais non dans les faits à l'âge de quatre ans, elle assiste durant huit années à la régence conduite par le Chevalier des Temps Anciens Kan-Jiuln, traditionaliste radical extrêmement hostile à toute idée nouvelle, dont l'obsession était de réduire les contacts avec les autres pays et les autres régions de l'Ar'Kalyven.
Hersdane est, durant sa minorité, une enfant très calme et très studieuse, qui se forge sa propre conception de l'histoire du Dord-Kalymen en confrontant ce qu'elle observe autour d'elle et l'interprétation contestable que lui inculquent ses précepteurs. Il est probable qu'elle ait été marquée par les conseils de régence durant lesquels elle siégeait, simple figurante, pendant que les ecclésiastiques prenaient des décisions contre lesquelles son cœur s'élevait. Une vague d'arrestations d'opposants aux dirigeants du culte lancée en 1008 et poursuivie au début de l'année 1009 a sans doute été ce qui l'a décidée à prendre les rênes du Dord-Kalymen à sa majorité, en rejetant la tutelle des prêtres.
Hersdane est couronnée le jour de ses douze ans par Kan-Jiuln à Messevine. Les hauts dignitaires du culte du Passé ne la connaissent alors que comme une enfant docile, issue d'une lignée de reines qui ne l'étaient pas moins, et pensent pouvoir continuer à gouverner comme ils le font depuis la fin du neuvième siècle. Pourtant Hersdane va rapidement montrer qu'elle a bien retenu toutes les leçons de ses professeurs et faire la preuve de son habileté.
Le lendemain de son couronnement, face au peuple de Messevine en liesse (le Dord-Kalymen n'avait plus de reine, représentante de Kaly, depuis huit ans, et cette jeune reine ressemblait à Kaly elle-même), Hersdane accuse publiquement Kan-Jiuln d'hérésie, de corruption et de cupidité, présentant à la foule des preuves accablantes. Le clergé n'a d'autre choix que de démettre le Chevalier des Temps Anciens en titre et de nommer un successeur acceptable pour la jeune reine, moins radical que son prédécesseur.
Les hauts dignitaires espèrent ainsi apaiser la colère de celle qu'ils voient toujours comme une enfant, mais au cours des mois suivants, plusieurs d'entre eux doivent affronter des scandales divers, sans doute soulevés par l'entourage de la reine. La hiérarchie du culte est donc bouleversée et des hommes plus intègres et moins butés accèdent à de hautes fonctions. Tout cela indique avec certitude que Hersdane avait préparé de longue date sa prise de pouvoir et qu'elle avait patiemment tissé sa toile en attendant sa majorité.
Cette purge du haut clergé lui donne les coudées franches pour imposer un changement de politique majeur : dès le début de l'an 1010, elle envoie des émissaires, sans consulter préalablement le Chevalier des Temps Anciens fraîchement nommé, aux dirigeants du Dord-Kalyleg et du Dord-Kalyav pour leur proposer de relancer les synodes décennaux interrompus par la reine Dersane en 890. Habilement, Hersdane présente la politique suivie depuis par le culte du Passé comme une hérésie (les synodes décennaux étaient une tradition, leur rupture était une insupportable nouveauté) et comme une faute grave dont elle prend la responsabilité.
Les autres régions, face à cette initiative inattendue, acceptent la reprise des synodes et le clergé du Passé ne peut que s'incliner face à une reine dont la popularité est au plus haut, puisqu'elle apparaît comme celle qui met fin aux abus du clergé. Le synode décennal se tient dès cette année-là, à Kalenir.
Au cours du synode de 1010, Hersdane conserve l'initiative et fait accepter le principe de grandes réjouissances pour célébrer les six cent ans du Compromis de la Trinité du Temps en 1020. Les festivités devaient être très proches des fêtes de 720, pour lesquelles les chefs des trois cultes du Temps s'étaient rendus successivement dans les trois capitales.
Forte de ce succès (d'autant plus remarquable que la reine n'a alors que treize ans !), Hersdane peut, durant les années suivantes, prôner la reprise de relations commerciales plus intensives avec le Dord-Kalyleg et le Dord-Kalyav. Si les frontières n'étaient pas fermées auparavant (l'économie du Dord-Kalymen étant trop étroitement liée à celle des deux autres régions), les prêtres du Passé s'efforçaient de limiter les échanges au strict minimum. Les affaires des marchands de Kaltera, qui dès 1009 s'étaient rangé derrière leur reine (Kaltera, ville dont la vitalité vient du commerce, avait beaucoup souffert durant le siècle écoulé, au profit de Messevine), redeviennent prospères en quelques années, ce qui montre au reste de la région les bienfaits de la vision de la reine, qui apparaît de plus en plus pour son peuple comme une nouvelle Kaly.
Autour de Hersdane se forme un cénacle acquis à ses idées réformatrices dans lesquels la reine puisera plus tard ses administrateurs. Contrairement à ce qui est dénoncé par les Traditionalistes du culte du Passé ensuite, il est peu probable que l'on trouve dans l'entourage de la reine des membres du Courant Unitaire du culte du Temps, du moins à cette époque. Hersdane met fin à une tradition ancestrale en confiant les rênes de la capitale non à un prêtre, mais à un marchand compétent proche d'elle, ce qui scandalise le clergé de Messevine, toutefois impuissant.
En 1013, Hersdane rencontre Dolrian, un jeune architecte originaire de Messevine, venu à Kaltera offrir ses services à la reine, aux idées de laquelle il était tout acquis. Hersdane, qui a toujours vécu dans un monde d'adultes, voit très vite en ce jeune homme à peine plus âgé qu'elle et fort bien fait de sa personne un ami très cher et un confident. Elle lui confie la rénovation de certaines ailes du Palais du Temps : il reste à Kaltera.
Des liens forts se nouent entre eux et leur union est finalement célébrée, à Kaltera (et non à Messevine comme c'est l'usage), le jour de mavï gilaor 1015, jour des aventuriers. Si le peuple acclame sa reine que son idylle avec le jeune architecte rend plus proche encore de chacun des Kalymiens, de nombreux prêtres s'offusquent de ce que, au mépris de la coutume, la reine n'ait pas choisi son compagnon au sein du clergé du Passé.
Hersdane et Dolrian filent le parfait amour durant quatre années, qui ont sans nul doute été les plus heureuses de la vie de la reine, à peine entachées par leurs difficultés à avoir un enfant. Enfin, peu après le solstice d'automne 1018, la grossesse de la reine est annoncée en Dord-Kalymen, donnant lieu à des manifestations de joie spontanée. Le Dord-Kalyleg et le Dord-Kalyav envoient des cadeaux de félicitation, ce qui ne s'était plus vu depuis près de deux siècles.
Le jour d'oinï asten 1019, Hersdane accouche d'un garçon en bonne santé, auquel ses parents ont déjà donné un nom : Kalev. Hersdane sombre dans l'inconscience suite à l'accouchement, ce qui est interprété par ses médecins comme un simple besoin de repos. Kaltera célèbre cette nuit-là la naissance de l'héritier présumé du trône du Dord-Kalymen.
Les réjouissances ne s'étendent pourtant pas au-delà des murs de la capitale : dès le lendemain matin, il devient clair que l'accouchement a entraîné des séquelles importantes pour la santé de la reine. En un peu plus d'une semaine, sa santé se dégrade, tandis qu'elle n'a toujours pas repris conscience ; sa respiration se fait laborieuse, son visage est agité par des crispations épisodiques.
Un mois plus tard, la maladie de la reine, que les médecins ne parviennent pas à diagnostiquer, franchit un nouveau seuil : son corps est secoué jusqu'à plusieurs fois par jour par des crises de convulsions durant quelques minutes, tandis que le blanc de ses yeux s'assombrit. A ce stade du mal, Dolrian envoie un messager à Kalaïrev mander l'aide des prêtres du lieu qui sont les meilleurs connaisseurs du corps et de ses besoins en Ar'Kalyven. La Main de Soins, dirigeante de la cité, dépêche auprès de la reine Hersdane ses meilleurs éléments mais ceux-ci doivent s'avouer impuissants face à la maladie, qui ne cesse d'empirer.
L'inconscience de Hersdane dure plus de deux années.
Les cérémonies de 1020 se déroulent dans une ambiance morne, celle qui les avait rendues possible n'y assistant pas. Le synode décennal se réunit moins d'une journée et ne discute d'aucun sujet d'importance, alors qu'il est presque certain que Hersdane, si elle y avait assisté, aurait proposé des avancées importantes.
En 1021, la santé de la reine semble s'améliorer : sa respiration s'apaise, les convulsions se calment. Quelques semaines après, elle se réveille. Malheureusement son esprit semble être la proie de démons particulièrement virulents. Suivent alors de longues années au cours desquelles alternent les moments de démence, les crises de terreur, les périodes de catatonie… Jamais la reine ne semble être pleinement consciente et deux gardes demeurent en permanence auprès d'elle pour l'empêcher de se meurtrir (lors de ces accès les plus terribles, elle est même attachée à son lit).
Dès qu'il est clair que l'état de la reine peut ne pas s'améliorer, Dolrian est intronisé régent du royaume. Toutefois, mortifié par le chagrin et inexpérimenté pour ce qui est du gouvernement, il ne peut assumer cette fonction et passe la plupart de son temps auprès de son épouse. Kalev passe donc les premières années de sa vie sans son père et sans sa mère, que l'on lui interdit en général de voir afin de ne pas l'effrayer.
La conduite du Dord-Kalymen, sans la présence de Hersdane, est disputée entre les réformateurs, partisans de la reine, et les Traditionalistes, chaque faction parvenant à neutraliser l'autre sans pour autant s'imposer. Le temps passant, l'espoir d'une guérison de Hersdane s'amenuise et les opposants à sa politique gagnent en influence.
A la mort du Chevalier des Temps Anciens en poste en 1023, un prêtre modéré choisi par Hersdane sept années plus tôt, les conservateurs parviennent à reprendre le contrôle de la hiérarchie du culte lorsque l'un d'eux, Kan-Chtaren, accède à la plus haute fonction. Face à des réformateurs désorganisés et démotivés et à un Dolrian accablé par le chagrin, le nouveau Chevalier des Temps Anciens pousse ses pions et récupère petit à petit les leviers du pouvoir, tout en ayant l'habileté de ne pas chercher à s'opposer à la population de Kaltera, qui demeure extrêmement attachée à la reine.
Le rêve des Traditionalistes est bien entendu d'éviter un retour aux réformes, perçues comme fautrices de chaos et de rupture avec le Passé. Or le jeune prince Kalev, alors qu'il n'est encore qu'un petit garçon, manifeste très tôt un refus de l'enseignement des prêtres du Passé et, précoce, exprime des idées sur le Temps jugées plus que blasphématoires par les dirigeants du culte. Ces derniers cherchent donc un moyen d'écarter de la succession - qu'ils espèrent imminente - Kalev, afin d'oublier à jamais la lignée de Hersdane et son règne.
L'occasion leur est fournie, ironiquement, par l'un des cultes qu'ils abhorrent : le culte du Futur, sollicité à nouveau par Dolrian, dépêche à Kaltera l'un de ses Oracles. Kan-Chtaren est la seule personne qui assiste à la prédiction aux côtés du régent en titre, sous le prétexte qu'il serait irresponsable pour le responsable des fidèles du Passé de laisser son souverain seul avec un personnage aux idées dangereuses.
Cet épisode, dont la teneur exacte est restée secrète, n'est connu en détail que depuis la mort de Dolrian en 1046 ; tandis qu'il était sur son lit de mort, ce dernier a raconté toute la scène à son épouse, déclenchant une grave crise politique. Il avait juré de préserver ce lourd secret auprès du Chevalier des Temps Anciens, ce qui explique qu'il se soit tu jusqu'à ce moment.
Devant le régent et le chef du culte du Passé, l'Oracle prédit que la reine ne pourra recouvrer la santé tant que son fils demeurera près d'elle et qu'elle ne survivra pas plus de deux ans dans la situation présente, puis se retire. Désespéré, Dolrian ne sait que faire : il ne parvient pas à cerner cette prédiction, trop sibylline (comme toutes les prédictions des Oracles, à vrai dire, et c'est d'ailleurs pour cela que le culte du Futur ne les rend jamais publiques, sauf en quelques occasions).
Kan-Chtaren, en revanche, comprend immédiatement le parti qu'il peut tirer de cette affaire et parvient à persuader Dolrian qu'il ne suffit pas d'éloigner temporairement Kalev, car son retour entraînerait le renouveau du mal de la reine. Jouant sur l'amour et le chagrin de l'époux, il convainc le père d'accepter le bannissement de son enfant pour le bien de la mère. Il fait ensuite promettre à un Dolrian défait de conserver la teneur de la prédiction et de l'échange qui s'est ensuivi secrète afin, selon lui, de ne pas accabler Hersdane.
Le conseil de régence se réunit quelques jours plus tard à Messevine, dans l'antre de Kan-Chtaren, et prononce le bannissement de Kalev - et non un simple exil qui pourrait prendre fin aisément. L'enfant est également déchu de ses droits de succession. Ces décisions sont, fait remarquable, retranscrites immédiatement dans le Grand Livre du Passé.
Suite à cela, Kalev est envoyé sur l'ile d'Oel'Selm, avec interdiction de revenir en Ar'Kalyven. C'est en Oel'Selm qu'il rencontre Illénira qui l'adopte quelques années plus tard et l'emmène à Illéranyne une fois son propre exil achevé. Toujours est-il que Kalev quitte la vie de sa mère pour plus de dix ans.
Il est probable que Kalev, bien que particulièrement éveillé pour un enfant de six ans, n'ait guère compris les raisons de cette sentence. Il n'est toutefois pas certain que ce départ n'ait pas, en quelque sorte, été un soulagement pour lui : en Dord-Kalymen, cerné par des prêtres hostiles, sa mère malade et son père ne le remarquant qu'à peine, comment pouvait-il goûter à la joie ?
Toujours est-il que la reine n'a plus d'héritier. Les médecins savent en outre depuis 1021 qu'elle ne pourra plus enfanter, son corps ayant subi des dommages irréparables. Si elle venait à décéder, la hiérarchie du Passé aurait donc toute latitude pour installer sur le trône une nouvelle marionnette et refermer à tout jamais la parenthèse Hersdane.
La santé de la reine ne montre dans un premier temps guère de signes d'amélioration. Au cours des semaines, il devient cependant évident que l'intensité des crises diminue. Puis les périodes de torpeur se transforment en heures de sommeil véritable, les premières depuis des années pour la malade. Les symptômes physiques s'estompent au fil des mois tandis que les crises de démence s'espacent de plus en plus. Au cours du mois d'yslan 1027, Hersdane revient à elle pour la première fois ; on raconte que les médecins ont dû faire faire sortir un Dolrian fou de joie par les gardes à cette occasion.
La période de convalescence de Hersdane dure plus d'une année, une longue année de sommeil entrecoupée de brèves périodes de réveil. Bien qu'ayant conservé toutes ses facultés mentales, la reine n'est pas en état de reprendre les rênes du pays dès ce moment, son corps étant bien trop fatigué. L'annonce de son rétablissement galvanise en revanche ses partisans, tant dans le peuple qu'au sein du clergé : un nouveau dirigeant de l'Ordre des Chronomanciens, élu cette année-là, s'avère être un prêtre connu pour ses positions favorables au dialogue avec les autres cultes du Temps et aux idées de Hersdane.
Ce n'est qu'au mois d'elwë 1028 que la reine peut à nouveau assumer la direction du pays, ce qui met fin à la période de régence nominale de Dolrian. La maladie a transformé la reine, physiquement autant que mentalement. La jeune fille rondelette et enjouée a cédé la place à une femme maigre, trop maigre, vieillie avant l'âge ; sa chevelure est déjà parsemée de cheveux gris et sa bonne humeur a laissé la place à une sérénité douloureuse, probablement causée par l'exil d'un fils qu'elle n'a jamais vu.
Ses idées, en revanche, sont restées les mêmes : la reine, forte du soutien de la quasi-totalité de la population du Dord-Kalymen, engrange de nombreux succès face aux Traditionalistes. Elle parvient notamment à imposer Yne'Laena à la tête de la cité de Ferinkahr, une de ses cousines lointaines, plus jeune qu'elle mais très capable, qui n'a pas suivi d'études au sein du culte. Yne'Laena s'attache à développer le commerce entre Ferinkahr et le Per'Dellin voisin, suscitant de nombreux grincements de dents dans la hiérarchie ecclésiastique.
En 1030 se tient le synode décennal. La reine propose d'accorder la liberté de culte pour tous les fidèles des cultes du Temps dans l'ensemble de l'Ar'Kalyven, ce qui est très ambitieux : la liberté de culte n'est alors effective que dans les trois capitales, depuis le synode de 620 ! Hersdane n'ayant pas eu le temps de préparer efficacement le synode, sa proposition est rejetée à la majorité des participants ; aucune des trois délégations n'a voté de manière uniforme et une faction importante de la délégation du Passé a voté contre.
Ce revers marque la fin de la période faste de 1028 à 1030 : à partir de là, Hersdane doit compter à nouveau avec son opposition, tandis qu'elle n'est pas entièrement remise sur le plan émotionnel de sa maladie et de la disparition de Kalev.
A la fin de l'année 1034 s'éteint le Chevalier des Temps Anciens Kan-Chtaren. Ni les Traditionalistes ni les réformateurs ne parviennent à imposer leur candidat et c'est finalement un personnage de compromis plutôt terne, Kalydoa, qui devient le chef du clergé du Passé. Ayant perdu une partie de son énergie, Hersdane n'a guère pesé dans ce choix (elle parvient toutefois à faire de Hecor Sorani'Melye, un jeune ingénieur naval, le nouveau gouverneur de Kaltera en 1037).
Les années suivantes sont principalement occupées à la préparation du synode de 1040, à l'occasion duquel la reine espère pouvoir réaliser une avancée majeure dans le rapprochement des trois régions de l'Ar'Kalyven. Elle entame en 1035 un voyage qui l'amène à Kalenir, puis à Kalaïrev et Kalyran ; elle conclut son tour du pays par un long séjour à Messevine. Il est difficile de savoir comment elle a réagi en apprenant la nouvelle de l'adoption de Kalev par Illénira en 1036 ; en 1038, des rumeurs font état du passage du prince en Ar'Kalyven, mais sa mère ne semble pas en avoir eu connaissance, comme si Dolrian filtrait les nouvelles afin de ne pas l'affecter.
Malgré les efforts déployés et le voyage que Hersdane s'est imposée, le synode décennal de 1040 est un nouveau revers, bien que moins important. Lors de la réunion d'ouverture, la reine propose que l'Ar'Kalyven rejoigne, en tant qu'Etat, le Synode d'Illéranyne. Si la question avait déjà été évoquée lors du voyage de 1035, les événements ultérieurs de 1036 ont changé la donne, ravivant un certain nombre de questions : l'adoption de Kalev par Illénira signifie-t-elle que la reine du Dord-Kalymen va prétendre représenter l'Ar'Kalyven ? Le spectre de la mainmise du culte du Passé ressurgit dans les délégations du Présent et du Futur. Ne faudrait-il pas trois représentations distinctes, impossibles avec l'adhésion comme pays ? Les Traditionalistes du Passé, quant à eux, craignent que l'adhésion au Synode d'Illéranyne n'entraîne le retour de Kalev et la restauration de ses droits de succession.
La séance du synode décennal est donc ajournée pour trois mois, au grand dam de Hersdane qui ne semble pas avoir pris la mesure de l'impact des rumeurs concernant Kalev. Ce délai doit permettre aux délégations de porter l'affaire devant l'assemblée des dignitaires de chaque culte.
A la reprise du synode décennal, il est procédé à un vote sans débat sur la proposition émise par Hersdane précédemment. Une courte majorité s'oppose à l'adhésion au Synode d'Illéranyne. Ce vote est cependant suivi immédiatement par une proposition conjointe des cultes du Présent et du Futur visant à faire adhérer au Synode d'Illéranyne non l'Ar'Kalyven mais les trois cultes du Temps. Cette motion remporte une très large majorité après des débats limités, seule une poignée de délégués de chaque culte (les Traditionalistes pour le Passé) s'exprimant contre.
Les cultes du Temps rejoignent donc le Synode d'Illéranyne en 1040, ce qui revient d'ailleurs à instaurer une liberté de culte totale dans le pays : en définitive, une avancée importante a été réalisée, y compris par rapport au désir de la reine Hersdane en 1030. Néanmoins elle ne sort guère confortée en Dord-Kalymen après les tribulations du synode décennal et la situation politique dans la région continue à se dégrader.
Les dernières années sont, pour Hersdane, agitées. Le premier évènement majeur est certainement sa rencontre avec son fils, venu en qualité de représentant officiel d'Illéranyne en Ar'Kalyven. Kalev visite les capitales des trois régions mais, bien entendu, la visite à Kaltera revêt un caractère particulier. L'époux de la reine, Dolrian, se serait paraît-il opposé à sa venue, probablement car il craignait le retour de la maladie qui l'avait frappée - sans succès, de toute manière. Kalev reste environ deux semaines dans le Dord-Kalymen, dont une entière à Kaltera ; il est certain que Hersdane et lui se sont rencontrés plusieurs fois en public et au moins une fois seul à seul. S'il est impossible de savoir ce qui est ressorti de leur échange, il faut relever que la santé de la reine n'a pas été troublée et qu'elle semble plus sereine ensuite.
En 1042 et 1043, la frontière avec l'Aÿnat redevient praticable après plus de huit siècles de malédiction. Cela génère une forte attente parmi la communauté de descendants de réfugiés vivant en Dord-Kalyleg mais aussi chez les marchands du Dord-Kalyav. Cela conduit Ved-Niradrë, Lointaine Voyante du culte du Présent, à solliciter la tenue d'une réunion exceptionnelle des trois cultes du Temps : une première depuis le Concile de Kalenir. Hersdane accepte sans hésitation. Le libre passage est accordé aux Aÿniens et un programme d'aide au retour est mis en place pour les descendants des réfugiés tandis qu'un certain nombre de mesures sont prises pour l'accueil de communautés de chercheurs, mages et alchimistes issus de tout Oneira en vue de l'exploration de l'Aÿnat.
Le second événement majeur de ces dernières années pour Hersdane est la mort de son époux après trente et une années de mariage. Dolrian, dont l'organisme avait manifestement été soumis à rude épreuve auparavant, fait une attaque au début de l'année 1046 ; s'il en sort vivant, l'attaque laisse son côté droit paralysé, l'empêchant désormais de se lever. Ses organes internes sont touchés et il diminue rapidement. Sentant la mort approcher, il désire apprendre à Hersdane les raisons qui l'ont poussé à éloigner d'elle Kalev et il lui raconte la venue de l'Oracle.
Les deux époux ne reparlent plus après cela, Dolrian tombant dans le coma. Après cette confession, Hersdane ne quitte pas le chevet de son aimé jusqu'à sa mort, quelques jours plus tard. Il est probable qu'elle ait longuement réfléchi à ce qu'elle venait d'apprendre durant ce laps de temps.
Une fois les obsèques de Dolrian achevés, Hersdane réunit ses fidèles et prépare une offensive majeure contre les hauts dignitaires conservateurs : leurs occupations, leurs comptes et leur entourage sont passés au crible, tout élément compromettant étant relevé. Une centaine de personnes travaillent d'arrache-pied durant plusieurs mois et accumulent les preuves, jusqu'à découvrir l'existence d'un complot ourdi depuis près d'une dizaine d'années visant à faire disparaître la reine "par accident" et à la remplacer par l'une des figures du mouvement Traditionaliste afin d'éviter tout irruption de Kalev dans le débat.
Forte de ces connaissances, Hersdane publie le jour de mavë vielor 1046 un décret royal mettant en accusation pour haute trahison vers le Dord-Kalymen et le culte du Passé une trentaine de hauts prêtres et de Chronomanciens impliqués dans le complot, et annonçant un contrôle général du clergé du Passé. Ces annonces troublent la paix du Dord-Kalymen, partisans et opposants de la reine s'opposant désormais ouvertement.
L'ouverture des premiers procès au cours du mois d'yslan 1047 conforte la position de la reine et confirme l'ampleur du complot dirigé contre elle. En parallèle son entourage fait éclater les scandales découverts l'année précédente pour affaiblir les conservateurs qui ne sont pas impliqués dans la trahison, ce qui contribue à exacerber la méfiance envers le clergé du Passé parmi le peuple, soutien de longue date de Hersdane.
Le but de toutes ces manœuvres demeure obscur : si les méthodes employées sont proches de celles du début du règne, elles tranchent avec la recherche de voies plus consensuelles que Hersdane manifestait depuis son rétablissement. Certains observateurs estiment donc qu'elle est plus mue par la volonté de faire payer aux Traditionalistes le tort causé à sa famille et la culpabilité qu'a due porter Dolrian toutes ces années, plus que pour faire triompher ses idéaux.
Un autre groupe d'acteurs intervient à partir du début de l'année 1047 : les Unitaires, un mouvement regroupant des fidèles des trois cultes du Temps qui désirent voir la réunification des cultes et du pays ainsi que la reconnaissance du caractère pluriel et pourtant unique du Temps. Les Unitaires soutiennent les initiatives de Hersdane depuis 1010, bien qu'ils critiquent l'absence de réflexion sur la nature intrinsèque du Temps dans son action, ce qui la conduit selon eux à reproduire des vieux schémas sans fondement théologique.
Lorsque le complot contre Hersdane est mis en lumière, les Unitaires du Dord-Kalymen manifestent bruyamment leur indignation. Leur intervention rend la position des prêtres modérés et des fidèles indécis inconfortables, car ils sont pris entre les Traditionalistes envers lesquels ils ne peuvent avoir de sympathie en regard de leurs agissement et entre une bande de personnages à la foi douteuse qui remet radicalement en cause la validité des traditions du pays depuis plus de six siècles. Le mouvement de protestation des Unitaires s'étend au Dord-Kalyleg et au Dord-Kalyav.
Si les Unitaires ne sont pas réellement nombreux, ils sont très motivés par ce qu'ils font et peuvent se montrer extrêmement bruyants : leur intervention ne passe donc pas inaperçue et fait bouger les lignes à l'intérieur de chacune des régions.
En 1048, la situation reste très incertaine au Dord-Kalymen et il est difficile de dire si Hersdane va retrouver la paix ou si elle va poursuivre sa croisade contre les conservateurs. L'acharnement pouvant détacher d'elle est modérés, elle pourrait alors s'appuyer en partie sur le mouvement Unitaire qui considère Kalev comme un étendard - et qui sait, alors, jusqu'où l'Ar'Kalyven et les cultes du Temps pourraient évoluer ?