La répartition démographique du Pyrelos




es îles pyreliennes suivent toutes un schéma aisé en matière d'occupation du territoire. Le culte de l'Eau favorise naturellement la vie près des côtes, le long des fleuves et des rivières.
Les territoires proches de la mer, des fleuves, des rivières, mais également des grandes routes sillonnant le pays abritent un plus grand nombre d'habitants. Les pyreliens semblent ne pas aimer la vie en forêt, que l'on trouve toujours plus désertes que le reste du territoire. De même, les collines ou les vastes zones de prairies sont moins appréciées, et l'on y observe une concentration des villages le long des rivières ou des ruisseaux. Les monts Manokin, de même, sont moins peuplés que le reste du territoire, et l'essentiel de ses habitants ne sont pas pyreliens. Ce sont des nains, des badilim, des robannais...

Carte de rpartition dmographique du Pyrelos, cliquez pour agrandir.

Une carte de la répartition démographique chiffrée et exacte est impossible à rendre au Pyrelos, du fait des populations nomades qu'on y trouve. Les minapyre, les démor et les sagittaires sillonnent tout le territoire en fonction des saisons, et même des années. Notons ainsi le particularisme de l'île d'Oel'Dane qui n'est habitée que par des démor et minapyre (à quelques très rares exceptions près). C'est sur cette île que l'on trouve le seule territoire inhabité des îles pyreliennes : le marais de Sëdaa semble impropre à toute installation durable, y compris démor ou minapyre. Bien que ces deux peuples s'y aventurent fréquemment pour la cueillette de la feldem ou la pêche des marais, l'on pense qu'il ne s'y trouve aucun village permanent.
Un mot encore sur les petites îles du large pyrelien. Contrairement aux autres pays, ces îles sont très peuplées, et presque aucune n'est déserte. La vie sur un îlot permet aux pyreliens un meilleur contact avec l'eau, et l'on y trouve, sinon des villages humains, toujours au moins un groupe de minapyre ou de démor.
Les humains sont les plus nombreux représentants du Pyrelos. Organisés en villes ou villages, toujours sédentaires, ils pêchent et travaillent la terre. On en trouve sur tout le territoire, à l'exception toutefois de l'île d'Oel'Dane.
Les humains du Pyrelos forment un peuple très joyeux, accueillant, ouvert et tolérant. La position des îles pyrelienne a naturellement conduit le pays à recevoir de nombreux étrangers que l'on reçoit avec amitié et chaleur. Sans pour autant s'ingérer dans la vie d'autrui, il est de bon ton, au Pyrelos, de parler à tous. On ne salue pas nécessairement, ce qui peut sembler brutal, mais les pyreliens considèrent que les salutations sont parfois trop protocolaires, ils préfèrent entrer dans le vif du sujet directement.
L'on compte, parmi les humains du Pyrelos, de très nombreux prêtres, mais aussi beaucoup de bardes. La population pyrelienne est très instruite, les enfants vont à l'école et apprennent des habitants de tout un village ou un quartier. La solidarité entre les classes sociales et les générations est essentielle.
Les humains du Pyrelos ont fréquemment les yeux bleus, d'un bleu qu'on nomme, d'ailleurs, "pyrelien" et qu'on ne trouve guère qu'ici. Leurs cheveux sont souvent châtains, parfois cuivrés, rarement noirs ou blonds. Il est considéré, en Oneira, que les pyreliens sont beaux et robustes, durs au travail et en affaires.
Encore un mot sur la magie : bien qu'assez touchée par la catastrophe relativement proche de l'an 0, la magie du Pyrelos n'a, semble-t-il, pas été durablement affectée, probablement grâce à la présence de l'Ariiün Damyva, cependant, on dénombre assez peu de petits peuples magiques au Pyrelos, du moins au regard du reste d'Oneira. La magie est parfaitement intégrée par les pyreliens qui, sans y accorder une importance démesurée, apprécient les petits artefacts facilitant le quotidien et apprennent fréquemment de petits sorts à leurs enfants (la pratique de la magie de famille est très fréquente au Pyrelos, quoique moins "fantaisiste" que dans d'autres pays). Les mages et les sorciers sont relativement nombreux dans le pays, notamment à Sev'Immë et, bien sûr, à Damyva. On dénombre également au Pyrelos bon nombre de dons de famille, parmi lesquels on pourra citer, accompagnés du nom d'une ou de plusieurs familles pyreliennes chez laquelle il est particulièrement bien représenté :
Sentir les courants marins : famille Peredan de Sev'Oimar, famille Vesean de Pymarée, femmes de la famille Elniran de Pyrevo.
Transformation de l'eau de mer en eau douce : famille Silenar de Foer, femmes de la famille Eleran d'Oivenvë.
Attraction des poissons : famille Dendar de Sev'Imme.
Modelage de l'eau : famille Baldan de Sev'Nerilla.
Respiration sous l'eau : famille Selev et famille Nedler d'Oivenvë.
Détection de sources : famille Lineder de Pymarée, famille Chaner de Damyva, famille Feran de Pamesar, famille Sinnier de Netria, famille Enderan de Nelya.
Prévoir la pluie : famille Seler de Sev'Evesar.
Modifier la température d'une petite quantité d'eau : famille Delsar de Neveros.

Extraits du "Dossier Pyrelos", Gwanys, Illéranyne.