L'économie du Pyrelos




Territoire extrêmement riche et privilégié, le Pyrelos sait tirer partie de la moindre parcelle de terre. Dressons ici une liste rapide des grandes productions pyreliennes.
Pêche en mer : la pêche se concentre sur tout le littoral pyrelien, mais essentiellement : au Nord et à l'Ouest de l'Oel'Laïr ainsi qu'autour des presqu'îles d'Olyn et de Foer, au Nord de l'Oel'Pyma, au Nord et au Sud de l'Oel'Imme, à l'Ouest et à l'Est de l'Oel'Nerill.
Pêche en eau douce : tous les fleuves et rivières du Pyrelos ainsi que tous ses lacs sont exploités (notons cependant la spécificité du lac de Dyadin, près de Pyreanyn, dont le poisson, considéré comme sacré, ne doit pas être pêché pour être vendu).
Pêche des marais : la pêche des marais, pratiquée dans les uniques marais du Pyrelos, ceux de Sëdaa, est une spécificité des démor du Nord de l'Oel'Dane. Peu exportés, les produits de cette pêche sont essentiellement consommés sur place.
Sel : indispensable à la cuisine pyrelienne, le sel est produit sur tout le littoral pyrelien, mais principalement dans la région d'Oivenvë où il est particulièrement réputé (on y produit notamment de la fleur de sel, appelée "sel Demën").
Céréales : la culture des céréales occupe la grande majorité de l'Oel'Nerill (toute l'île, à l'exception des territoires des bois de Coëdel, des collines du Venvill et des collines d'Elleanda), tout l'Oel'Pyma à l'exception des bois d'Yne'Laena et des collines de Caochas, toutes les plaines de l'Oel'Imme, et un petit quart Nord-est de l'Oel'Laïr ainsi qu'au Nord de la presqu'île d'Olyn. Les pyreliens consommant moins de céréales que les autres habitants des pays d'Oneira (ils consomment énormément d'algues, par exemple), et les terres réservées à cette culture étant d'un rendement exceptionnel, on estime à 21% la proportion de céréales exportées à l'étranger (essentiellement à Illéranyne et au Roban, bien que les ventes dans ce dernier pays aillent décroissantes depuis la reprise de l'économie robannaise). Le Pyrelos produit, pour l'essentiel, du blé, de l'orge et de l'avoine. Sev'Nerilla est la première productrice et exportatrice de céréales du pays.
Chanvre textile et lin : l'essentiel des productions de chanvre se concentrent autour et à l'Est de Netria, autour de Pamesar et sur une large bande courant entre ces deux villes. Les champs de lin se trouvent partout où l'on cultive des céréales, sans pôle particulier. L'on observe néanmoins que c'est de loin l'île d'Oel'Imme qui détient la première place quant à ces productions.
Vigne : l'on trouve au Pyrelos de vastes territoires viticoles. Notons : les collines de Caochas de l'Oel'Pyma, les collines du Venvill et d'Elleanda de l'Oel'Nerill, les collines d'Immeda, le Sud des collines de Veilin et l'Ouest des monts Manokin de l'île d'Oel'Imme. La ville de Sev'Linar est très naturellement inégalable concernant la production de vins et de liqueurs, tant en quantité qu'en qualité. Un mot sur l'amusante légende de l'endroit, racontant que les nains ont creusé tant et tant de caves autour de Sev'Linar qu'ils ont ainsi formé les collines de Veilin.
Vergers : l'essentiel des vergers du Pyrelos se concentre dans le Nord des collines de Veilin, près de Sev'Linar. Naturellement, de petits vergers sont disséminés partout dans le pays, sans prendre d'ampleur, consacrés uniquement à la consommation des habitants de la région.
Herbes médicinales : c'est l'immense plaine d'Ild, à l'Ouest de l'Oel'Laïr, qui concentre la plus vaste exploitation d'herbes médicinales du pays. Les richesses de ce territoire sont telles qu'on exporte la très grande majorité de la production partout en Oneira. Notons encore les territoires voisinant Danerill où l'on cueille la célébrissime feldem, plante médicinale des démor.
Ovins, bovins, volailles : l'essentiel de la population pyrelienne ne consommant pratiquement pas de viande, l'on compte peu de zones consacrées au bétail dans ce pays. Notons cependant l'immense bande courant du Nord au Sud de l'Oel'Laïr dans les plaines des Annsa, de Liasan, et à l'extrême Ouest des plaines de Fënn. Nelya, située au centre de ce vaste territoire, regroupe l'essentiel des productions. Peu de viandes, mais beaucoup de produits laitiers et de laine. L'on trouve poulet, vaches et moutons un peu partout au Pyrelos, en très petits élevages la plupart du temps communs à tout un village. Notons cependant la quasi-totalite absence de porc dont la viande n'est guère consommée sinon par les étrangers. Un dernier mot encore pour citer les élevages de chèvres des monts Manokin où leur fromage est très apprécié, et les élevages de brebis de Damyva où on produit un fantastique fromage exporté dans tout le Pyrelos. Pour finir, notons que bœufs et coqs sont vendus aux étrangers, et plus particulièrement aux villes côtières du Nord où les tavernes et auberges étrangères sont nombreuses.
Exploitation forestière : tous les bois et les forêts du Pyrelos sont protégés et sagement administrés depuis de nombreux siècles. Il est bien naturel de considérer que le bois est extrêmement précieux dans un pays à vocation navale. Les immenses forêts de l'Ouest de Sev'Evesar (regroupant la forêt d'Ellenda, la forêt de l'Amsev et la forêt du Linnor), les bois de Coëdel et les bois d'Yne'Laena comptent parmi les zones dont l'exploitation est la plus importante. La très grande majorité du bois tiré de ces forêts est utilisée pour la construction de navires.
Carrières et mines : parlons des monts Manokin qui offrent la seule possibilité pyrelienne d'extraction de pierre et de minerai. C'est là que l'on trouve dans la plus grande quantité la fameuse pierre bleue du Pyrelos, la kahrune, naturellement résistante aux assauts du sel et de l'érosion. Le Pyrelos est cependant passé maître dans l'art du "recyclage", la pierre étant rare. Ainsi, rien n'est laissé à l'abandon, les pierres des maisons vides étant réutilisées pour la construction de nouveaux bâtiments. Parlons encore de l'extraction de pierres le long des falaises (sur le littoral ou, surtout, le long de l'immense falaise d'Unelum qui traverse l'Oel'Imme, et surtout la ville de Pamesar) pour les besoins des villages, et de la présence d'importantes quantités de kahrune dans les collines de Caüne, au Sud de l'Oel'Dane, qui n'ont encore jamais été exploitées du fait de la propriété des démor sur le territoire. La population du Pyrelos n'augmentant plus guère depuis plusieurs siècles, les besoins en pierre ne sont pas énorme et sont comblés par les falaises, les carrières des monts Manokin et la récupération sur les anciens bâtiments ou remparts. Concernant les mines, les richesses du Pyrelos ne sont pas fameuses. L'on trouve essentiellement du fer et du cuivre dans les monts Manokin, un peu d'argent, et rien d'autre. L'import est, ici, une valeur fondamentale. L'ouverture du Roban a, ces dernières années, largement pallié aux besoins du Pyrelos. Notons que la plupart des mines robannaises sont encore, pour l'heure, exploitées uniquement par le Pyrelos qui verse d'importantes taxes au Roban pour compenser l'extraction.

Extraits du "Dossier Pyrelos", Gwanys, Illéranyne.