Desserts et recettes sucrées des terres d'Oneira







Le breuvage des jeunes mariés


Bouteille, par jiseo.Le "Breuvage des Jeunes Mariés" correspond à une vieille tradition populaire : avant de laisser les jeunes couples unis partir pour leur nuit de noce, leurs proches leur donnent à boire un breuvage ayant pour vocation de stimuler l'ardeur du jeune époux et de détendre la jeune épouse.
Ingrédients : Miel de fleurs, sirop de glycine ou de rose, vin de lune, liqueur de brume, sève de kaltaros, épices, gingembre râpé.
Remarque importante : Cette recette correspond au breuvage tel qu'on le prépare dans les pays de l'Est : en Mirë-Mean, Mar'Ev'Syra, en Mar'Ini'Uyn, en Ar'Lumn et en Ar'Mirë'Ys. Les ingrédients qui le composent varient bien entendu selon les productions des différents pays et les moyens des familles des futurs mariés. Le miel sera de pin ou d'acacia, le sirop sera un sirop de fruit et non de fleur, le vin pourra être remplacé par de la bière ou de l'hydromel, les ingrédients seront plus ou moins fins et coûteux etc.

Extrait de La Cuisine de l'Histoire, par Kal-Nalth.

La confiture de rhubarbe


En premier lieu, il convient de se munir d'une belle quantité d'admirable rhubarbe du jardin, d'en laver les tiges, mais sans les écraser, ni les hacher et encore moins les broyer, mais simplement en les coupant en gros tronçons que l'on mettra simplement dans un récipient de la taille qui convient, avec le même poids en sucre, avant de laisser dormir cette rapide préparation du coucher au lever de soleil du lendemain matin.
Il faudra ensuite ne point négliger de récupérer le jus qui n'aura manqué d'apparaître au fond du récipient, et de le chauffer vivement jusqu'à la venue de moult bulles à la surface du liquide, en n'omettant pas de remuer régulièrement, car il faut que le jus ait diminué de moitié en quantité (sans pour autant que la moitié disparue ait été déplacée dans votre ventre), mais point en qualité.
Ensuite, il faudra diminuer également l'ardeur du feu de moitié pour que la cuisson soit douce et lente, et rajouter les morceaux de rhubarbe au beau sirop doré. La cuisson doit durer entre vingt et trente bonnes minutes (attention, le secret ici est de remuer bien régulièrement) à la fin desquelles il faut verser la confiture encore chaude dans les pots bien préparés, et prestement les recouvrir pour que le bon goût n'ait pas l'idée de s'échapper, comme aimait à dire ma grand-mère, grande confiturière parmi ses fariganesques petits enfants.
Il est possible pour varier, d'ajouter selon la même méthode, pruneaux ou fraises selon l'idée, l'important étant finalement d'avoir assez de sucre pour conserver au moins un pot de sa préparation jusqu'à la fête des confituriers qui suivra.

Article du Journal du Farigan, numéro "l'Horizontal".

Les madeleines d'hiver


Les madeleines d'hiver sont ainsi nommées car c'est au cœur de la froide saison qu'on les apprécie le plus. Les déguster chaudes avec une tasse fumante d'infusion (nous vous conseillons menthe ou verveine) fait partie des moments fédérateurs de la famille dans de nombreuses contrées.
Pour en réaliser une trentaine, il vous faudra : 3 oeufs, 5 cuillères de sucre et autant de miel, 3 tasses de farine, 1 cuillère de bicarbonate de soude, 1 louche de beurre fondu, 1 demi tasse de lait, 4 cuillères d'huile d'abricot.
Les oeufs, le sucre, et le miel doivent être vigoureusement mêlés jusqu'à blanchissement du mélange. On ajoute ensuite la moitié du lait, puis la farine, et le bicarbonate. Enfin, le beurre et le reste du lait.
N'oublions pas d'alimenter le fourneau en prévision d'une cuisson qui devra être forte et surtout rapide.
Posez ensuite votre jatte de pâte sur le rebord de la fenêtre, à la lumière, pendant le quart d'une heure entière. Pendant ce temps de pause, beurrez les moules à madeleine. Puis, quand la pâte a eu le temps de gonfler, versez la dans les moules (en tenant compte du fait qu'elles vont encore gonfler).
Une fois les moules apprêtés, l'huile d'abricot est délicatement ajoutée, goutte par goutte, sur chaque madeleine. Elle va rehausser leur saveur tout en leur prêtant sa fragrance orangée et printanière. Certains aiment à préparer leur huile, macérée avec quelques feuilles de thé, avant de l'ajouter sur les gâteaux.
La cuisson ne doit pas durer pas plus de dix minutes, à grand feu. Attention, il faudra bien la surveiller ! Dès la sortie du four, démoulez tout de suite les madeleines, ou elles risquent d'attacher.

Extrait du Journal du Bol Doré.

Les pommes séchées


Pomme, par SLo.
Prenez donc toutes les pommes que vous n'avez par eu le coeur d'accomoder cet automne, et qui ne semblent pas avoir grande envie de passer l'hiver en compagnie de leurs consoeurs. Coupez-les en quartiers fins fins fins et placez-les, sans les faire se toucher d'aucune manière, sur quelque chose que vous mettrez dans votre four, tout doux, tout doux pendant des heures, en prenant bien garde qu'elles ne grillent pas ni ne fassent de caramel d'aucune sorte. Prenez ensuite du bon fil robuste et une aiguille, enfilez les quartiers comme des perles, et suspendez les guirlandes de pommes partout où il fait bien sec. Quelques jours et elles seront bien sèches, juste bonnes à être grignotées dans la soirée avec un thé, ou à l'heure de la lecture, pour s'occuper les mains. Les patients pourront simplement mettre sur le fil les quartiers encore frais, et attendre jours et semaines qu'ils soient bien secs.

Article du Journal du Farigan, numéro "le Flocon", d'après une recette de Estredille-Karidan-Loquebouc.

La tarte à la figole


Ingrédients : 6k. de pâte sablée, 2k. de poudre de noisettes, 80 g de sucre en poudre, 1 œuf, 1 cuillerée à soupe de crème épaisse, 11k. de figoles du Guélberath, une noranine, de la confiture de mûres, 12yk. de pignons de pin.
Préparation : Étalez la pâte sablée dans un moule à tarte beurré et piquez le fond avec une fourchette. Lavez soigneusement la noranine, séchez-la et râpez sa peau. Battez l'oeuf avec la crème, la poudre de noisettes, le sucre et le zeste de noranine. Versez le mélange dans le fond de tarte. Enfournez 15 à 20 minutes, le temps que la pâte et la crème de noisettes se colorent. Pendant ce temps, coupez les figoles en quartiers. Sortez la tarte du four. Disposez les quartiers de figoles sur la crème de noisettes, puis remettez à nouveau la tarte au four pendant 5 minutes. Pendant ce temps, faites légèrement griller les pignons de pin dans une poêle. Après avoir sorti la tarte du four, à l'aide d'un pinceau, badigeonnez généreusement les figoles et la crème de noisettes avec la confiture de mûres. Puis dispersez les pignons de pin sur la tarte. Dégustez la tarte tiède ou froide.

Extrait des Classiques de la cuisine nokienne, par Neis'Losca.