Histoire du Pyrelos




La naissance du Pyrelos



l est dit dans la Genèse de Délomaque que les Terres d'Oneira furent créées à l'aube des temps par les huit anciens dieux, dont Oivenvë, dieu de l'eau. Les légendes de la fondation du Pyrelos disent que dans les temps anciens, Oneira était de forme circulaire, et que la mer intérieure était séparée de la mer extérieure par un large bras de terre. Oivenvë, malheureux de cet état de fait, s'appliqua longtemps à éroder la terre pour ouvrir la mer d'Oivan à la mer d'Oiventean. Lorsqu'il réussit, cinq parcelles de terre lui résistaient encore, et Maveneva, Déesse de la terre, les lui offrit afin qu'il puisse faire, en ce lieux, connaître aux créatures vivantes les merveilles de son monde aquatique.
Comme pour bon nombre des pays d'Oneira, la guerre de l'an 0 nous a fait perdre la trace du Pyrelos tel qu'il était avant le cataclysme. Seuls les minapyre et les démor gardent dans leur inconscient ou leurs légendes la trace de ces temps reculés. L'observation de ces peuples nous amène à considérer que le Pyrelos, en un temps où la navigation n'était pas encore ce qu'elle est aujourd'hui, était une terre sauvage impropre à la civilisation, mais dont les populations, très liées à la mer et à l'eau en général, vivaient en paix et en harmonie, conciliant avec intelligence la terre et l'eau qui se rejoignent dans ce pays.

L'histoire ancienne du Pyrelos, de l'an 0 à 962


ous savons que les premiers hommes arrivèrent au Pyrelos bien avant l'an 0, et que le Pyrelos fait partie des premiers pays fondés en tant que "nation" par les humains. Cependant, le Pyrelos, de part sa proximité géographique avec les Kahargal, lieu de la grande bataille qui scella le destin d'Oneira en l'an 0, a beaucoup souffert du cataclysme, et nous ne conservons aucune trace écrite des humains d'avant l'an 0.
Après la grande guerre, les humains survivants au Pyrelos étaient extrêmement peu nombreux, mais les démor et les minapyre, plus résistants et réfugiés dans les profondeurs de la mer avant la bataille finale, ne tardèrent pas à revenir peupler le pays. A une époque où l'entraide et la volonté de renouveau primaient sur les préjugés, humains et démor s'allièrent tout naturellement pour favoriser la reconstruction du pays, sous l'égide de Loranos, dont nous savons à ce jour qu'il a joué un rôle déterminant (bien qu'hélas inconnu) dans le processus de paix d'après l'an 0. De cette époque vient peut-être la sérénité qui caractérise tous les habitants humains natifs du Pyrelos, ainsi que la grande tolérance envers les Clans dont a fait preuve l'ensemble du pays depuis la signature du traité d'Embaa dès la fin de la guerre de l'an 0 (notons que même lors de la Guerre des Clans (1023-1025), le Pyrelos a souffert de moins de tensions que beaucoup d'autres pays d'Oneira).
Les historiens du Pyrelos datent usuellement la fondation du royaume du Pyrelos aux alentours de l'an 320. D'emblée, les rois du Pyrelos choisissent Pymarée pour capitale. A l'époque, la ville n'est guère plus qu'un village, axé autour de la source de Delnä, sacrée pour le peuple des démor qui la considèrent comme la source la plus pure d'Oneira, et considérée comme la source du renouveau magique postérieur à l'an 0. Depuis la création de cette royauté, il n'y a eu au Pyrelos que trois dynasties, dont les deux premières se sont éteintes naturellement, et dont la troisième est encore sur le trône à ce jour.
La première, dynastie des Lelney, régna de 322 à 673. Nym-Lelney, premier roi du Pyrelos, est, selon la croyance populaire, un descendant en ligne directe de Loranos. Il est à cette époque naturellement choisi par les pyreliens car il semble désigné par les dieux (Nym bénéficiait, semble-t-il, d'une extraordinaire maîtrise de l'eau, d'un pouvoir certain de clairvoyance, et de grandes connaissances dans l'art de la guérison). Le règne des Lelney se passe sans heurts jusqu'à 673 où la dynastie s'éteint, faute d'héritier. Les Lelney auront marqué leur temps par la construction de très nombreux temples et sanctuaires partout au Pyrelos. Tous les rois et les reines de cette dynastie ont été de très grands prêtres, et ont forgé la vocation spirituelle des pyreliens d'aujourd'hui. Hélas, il est à déplorer que l'évolution du culte de l'Eau sous cette dynastie ait séparé lentement les humains des démor, encore attachés au culte d'Oivenvë.
La seconde dynastie est celle de Milne. Les Milne ont régné sur le Pyrelos de 674 à 755 seulement, et la dynastie, comme celle des Lelney, s'est éteinte par défaut d'héritier. Après une année de vacation du trône après le décès de Salen-Lelney, dernier roi de la dynastie précédente, Elsana-Milne s'impose pour lui succéder à Pymarée comme ailleurs. Cette prêtresse connue dans tout le pays ne suivra pourtant pas les objectifs spirituels de ses prédécesseurs, et entame rapidement une grande campagne de construction de ponts et de routes partout dans le pays. Elle s'attache à développer la construction de navires de mieux en mieux conçus pour favoriser l'échange entre les îles du Pyrelos, et commande la construction de grands phares tout autour des îles. Les successeurs d'Elsana poursuivront son œuvre. Le Pyrelos, de plus en plus riche, attire la convoitise de nombreux pirates. En réponse à ces offensives, Ylnor-le-Jeune, en 698, donnera l'ordre à chaque ville de plus de 4000 habitants de construire des remparts dans le but de faire échec aux pirates. La sécurité croissante dans le pays amène les pyreliens à construire et à s'enrichir. Cette période marquera pour le Pyrelos la séparation définitive des humains et des démor.
C'est le bras droit d'Oana-Milne, dernière reine de la seconde dynastie, Jelner-Enmos, qui lui succède en 755 sur le trône. Jelner poursuit la politique de construction et de sécurité du Pyrelos. Artiste sculpteur, il fait ouvrir à Sev'Nerilla, sa ville d'origine, la première école d'art du Pyrelos, qui forme encore aujourd'hui de nombreux artistes et artisans d'art renommés dans tout Oneira. En 802, Lornak-Enmos lance le Pyrelos à l'avant de la scène commerciale oneirienne. De nombreux traités commerciaux sont signés avec l'Eranos et le Sarelos, mais aussi avec des pays plus lointains (Alakh'Sun, Ar'Lumn, Mëgen, Daëgen...). De cette époque datent les troubles récurrents avec le Roban, et l'édification de nombreuses garnisons le long des côtes pyreliennes. Le Pyrelos entame alors la construction d'une massive flotte militaire, et forme une armée de métier non négligeable. Les descendants de Jelner et de Lornak moderniseront le Pyrelos d'un point de vue social, avec la mise en place d'un système complexe de tribunaux et d'administrations, dans le but d'améliorer le règlement des conflits, la répartition des impôts, le contrôle démographique (registres des naissances, mariages et décès), etc... En 815, Zert-Enmos, devant les troubles sociaux grandissants dans les grandes villes du pays, et avec le Roban à l'Est, rend la conscription obligatoire chez les hommes dès l'âge de 16 ans pour un service de deux ans. Jusqu'à la moitié du 10e siècle, les conflits avec le Roban s'intensifient en nombre et en dureté. Cet état de fait prendra temporairement fin en 953Pamer-Enmos lance un raid punitif à Mevyran. La Guerre des Roniven ainsi commencée ne durera que quelques mois, au terme desquels les robannais promettent de cesser toute activité de piraterie et tous conflits politiques, mais continuent de rejeter toute proposition commerciale.

Le Pyrelos de 962 à nos jours



'histoire moderne du Pyrelos commence en 962 avec la naissance de Merillos, fils de Pamer, héritier du trône. La naissance, très attendue dans tout le Pyrelos, aide la population à oublier la menace robannaise pas tout à fait éteinte. Pyrela, épouse de Pamer, mettra au monde un second fils en 964, et une fille en 966. Le Pyrelos tout entier suit ces nouvelles avec allégresse, et le pays, de plus en plus fort, finit par écarter les prérogatives du Roban.
Néanmoins, en 968, l'Eranos ferme brutalement ses frontières et coupe tout lien commercial et diplomatique avec le Pyrelos, suite à l'attaque sur ses côtes menées par des navires pyreliens. Bien que Pamer nie toute responsabilité quant à ces attaques, il s'entête à défendre la position du Pyrelos. La situation ne tardera pas à s'envenimer, et c'est un mois seulement après la fermeture des frontières eraniennes que Pamer lance dans tout le Pyrelos une immense politique de conscription qui durera presque une dizaine d'années. Malgré les efforts diplomatiques de la part de Daenya, reine d'Eranos, les incidents se multiplient et s'aggravent, jusqu'à la fin du printemps 975 où la guerre est finalement déclarée.
La Guerre des Colères touchera peu les terres du Pyrelos, sinon d'un point de vue économique et social, mais fera de grands ravages sur le sol eranien. En 979, le jeune Merillos, alors âgé de 17 ans, est nommé par son père Général et Premier Conseiller à ses côtés. Malgré la volonté de paix de Merillos, Pamer refuse d'arrêter la guerre. La vie pyrelienne se poursuit alors tant bien que mal. Le jeune Pameros épouse Nelwana, fille d'un haut gradé de l'armée pyrelienne en 981. La situation reste inchangée jusqu'au début de l'année 985 où les prêtres, jusqu'alors retirés de la vie politique, font pression sur Pamer pour faire cesser les hostilités contre l'Eranos. Hélas, il faudra attendre le grand tremblement de terre de 986 pour que Pamer accepte de laisser le contrôle diplomatique à son fils Merillos. A la fin de l'année 986, la naissance du jeune Kelwan, fils de Pameros, justifiera le désir de paix de tous les pyreliens. Le processus durera encore deux ans jusqu'à la signature du Pacte de Merillos l'addä asten 988.
Jusqu'à mi-996, Pamer reste sur le trône, assisté de plus en plus par Merillos (au poste de Premier Conseiller, tandis que le Paremos, ami d'enfance de Merillos, occupera les fonctions de général des armées), qui accèdera officiellement à la fonction de Régent en 996Pamer tombe gravement malade. Au milieu de l'année 998, Pamer décède alors que Merillos est en voyage au Dye'Nelya. Hélas, il n'aura pas le temps de revenir au Pyrelos. Son navire fait naufrage quelques semaines plus tard, et Merillos est rapidement porté disparu.
Pameros monte alors sur le trône. Jusqu'ici préparé à assurer les fonctions de grand Général et Conseiller auprès de son aîné, il multiplie les incidents diplomatiques avec le Roban. La situation s'aggrave en 1004, où le Roban ferme ses frontières et commence à lever une armée contre le Pyrelos. Une campagne de conscription comparable à celle de 968 est lancée par Pameros. La guerre avec le Roban commencera en 1015 après de longues années de préparation et d'escarmouches de violence variée. Dès les premières semaines du conflit, Pameros, malade, fait appel à son fils Kelwan, alors en voyage en Eranos, pour le seconder. Le jeune prince obtiendra l'aide de l'Eranos (notamment des sagittaires et de quelques hauts stratèges), grâce à laquelle la Guerre de l'Archer ne durera que moins d'une année au terme de laquelle le Roban enlève Illénira, jeune fiancée de Kelwan. En représailles, Kelwan lance toute sa flotte contre Mevyran et y entre victorieux deux semaines plus tard, causant la mort du roi Opron. Kelwan annexe alors tout le Roban et se fait couronner roi par les prêtres de la Terre, las des guerres menées par leur ancien souverain. Rappelé d'urgence au Pyrelos où son père est mourrant, Kelwan confie le pays à ces mêmes prêtres et à la princesse Loyane, fille du roi Opron.
La première moitié de l'année 1016 est chaotique pour tout le Pyrelos. Au retour surprenant de Merillos accompagné de ses trois enfants (Anaron, Emyna et Mélira), et à la nouvelle de la mort de Pameros s'ajoutent les rumeurs de folie du jeune Kelwan, qui monte pourtant sur le trône en été 1016 et épouse sa cousine Mélira. Manifestement incapable de régner, Kelwan laisse le pays en proie à de graves troubles civils jusqu'à l'été 1017Mélira décède en donnant naissance à Jernan, fils de Kelwan. Ce dernier, alors miraculeusement remis sur pied, choisit Merillos pour premier Conseiller et entame de relever le Pays. La politique de reconstruction durera de 1017 à 1020 où, jugeant le pays assez fort, Kelwan confie la régence à Merillos et part pour Loranyne, capitale de l'Eranos, où il participera à l'élaboration des plans d'Illéranyne et à sa création en 1021.
Dès la fondation d'Illéranyne, Kelwan, avec l'accord de Merillos, engage le Pyrelos à signer les accords politiques et commerciaux avec Illéranyne (aide militaire et commerciale aux pays signataires en faisant la demande, etc...), induisant de fait une paix durable avec l'Eranos, le Sarelos et le Roban qui signent également.
Après son mariage en 1023 avec Illénira, Kelwan abandonne définitivement le Pyrelos à son oncle pour ne plus s'occuper que d'Illéranyne. Il décède cependant le lumä lüwen 1023. A compter de cette date, Merillos s'occupe seul du Pyrelos, bien qu'il refuse toujours d'être couronné et se contente du statut de régent. Il est assisté par Nelwana (ancienne reine du Pyrelos, épouse de Pameros) comme première conseillère. A la mort de cette dernière, Merillos fait chercher Jernan à Illéranyne pour commencer son éducation et le former à lui succéder, mais devant l'inaptitude totale du fils de Kelwan face à la magie de l'Eau, Merillos se laisse convaincre en 1040 de renvoyer Jernan à Illéranyne où il occupera dès lors les fonctions de Second Sorcier au Synode. C'est alors Thifano, Premier Prêtre de l'Eau à Illéranyne, qui secondera Merillos, jusqu'à nous jours.

Arbre généalogique partiel de la lignée d'Enmos du Pyrelos.

Le Pyrelos, bilan et prévisions



epuis 1017, et surtout 1021 et le nouveau souffle inspiré au Pyrelos par Illéranyne, le pays ne cesse de croître en force et en richesse. La paix durable, assurée par la signature de la Maltelin-Ar]charte d'Illéranyne rassure la population qui retrouve peu à peu son identité spirituelle d'antan. Seule la Guerre des Clans, de 1023 à 1025, a ralenti quelque peu cet élan, mais l'intégration à Illéranyne de l'ensemble des Clans, ainsi que la signature des Accords de Wytanos a favorisé la réintégration des démor dans la société pyrelienne. D'un point de vue social, les guerres incessantes avec le Roban depuis plusieurs siècles et la longue guerre avec l'Eranos semblent intégrées, et même la conscription, toujours obligatoire, est envisagée comme une étape normale de la vie, et non pas une contrainte.
L'avenir du Pyrelos peut, à ce jour, être envisagé sans crainte (par acquis de conscience, notons un mot sur les prévisions de certains oracles qui attendent la destruction de cette partie du monde avant la fin du siècle suite à une guerre provoquée par l'Edanel). Il reste malgré tout un dernier point flou quant à l'avenir du Pyrelos, qui ne manque pas d'inquiéter les hautes instances. En dépit du retour de Kelwan en 1038 (fait inexpliqué de la vie de Kelwan, décédé en 1023 et incinéré à Illéranyne, mais dont l'âme, à priori, a pris place dans un autre corps identique grâce à la bienveillante Délomaque), il n'y a toujours pas de roi sur le trône du Pyrelos. Merillos, toujours régent, refuse le couronnement, et ses enfants, Anaron et Emyna, seraient incapables d'assurer la suite de leur père (rappelons qu'Anaron est Premier prêtre du Chaos à Illéranyne, et Emyna Première prêtresse de la Mort à Illéranyne et au Dye'Nelya). Concernant les enfants de Kelwan, nous savons Jernan inapte à apprendre la magie de l'Eau, et Serana déjà destinée à assurer la succession de ses parents à Illéranyne. Resterait Shemie dont l'avenir n'a pas encore été dévoilé par les prêtres, mais tout porte à croire qu'elle restera plus attachée à Illéranyne qu'au Pyrelos. Ne resterait donc que le jeune Kelon, petit fils de Merillos et neveu de Kelwan. Seule son entrée au Temple de l'Eau et son accession au statut de prêtre pourraient confirmer qu'il puisse succéder à Merillos, et s'il devait échouer aux épreuves de l'Eau, la question de la vacance du trône deviendrait cruciale pour tout le pays.