Fêtes du culte des Ténèbres




Jour de l'Entrée (solstice d'hiver)


C'est le jour du solstice d'hiver que, chaque année, les postulants se présentent au temple des Ténèbres afin d'entrer en apprentissage. Si ce jour n'avait tout d'abord pas vocation à être considéré comme une fête particulière du culte, son importance dans la vie des fidèles des Ténèbres a vite poussé la population à se tourner, ce jour, vers les temples au détriment des activités habituelles. Plus qu'autre chose, c'est en réalité la libération des apprentis ce même jour, trois ans après leur entrée au temple, qui a donné au solstice d'hiver son caractère festif pour le culte, en dépit du nom conservé à ce jour : le jour de l'Entrée. Rien de particulier n'est organisé ce jour, mais on assiste à de nombreux banquets, d'adieu ou de bienvenue, ainsi qu'au déploiement des talents de nombreux bardes et autres corps de métier tentant de récupérer à leur compte les jeunes gens en quête d'avenir et reculant au dernier moment devant l'austérité des prêtres, ou invitant à les rejoindre les jeunes sortants ayant finalement choisi de quitter définitivement les temples. Ainsi, on assiste à de nombreuses scènes de joie, mais aussi à bien des larmes et bien des questionnements. C'est également un jour privilégié pour les fidèles qui aiment profiter de l'inhabituelle ouverture des temples pour y porter des offrandes ou recourir aux conseils des neven ou des prêtres.

Jour de Vérité (première nouvelle lune de neor)


Bien que trouvant son origine dans les principes du culte des Ténèbres, cette "fête" est devenue une tradition populaire en Ar'Thard et en Ar'Boeren s'étendant au-delà de la simple dévotion. Il s'agit de commencer l'année le cœur léger en honorant la philosophie de Mulken. Ce jour, toute personne est libre de dire à une autre une vérité qui lui pèse ou qu'il avait eu peur de révéler, et chacun est tenu d'écouter et de tenter de comprendre, avec tolérance, la vérité autant que les raisons qui ont poussé à la dissimuler. Si toute la journée est consacrée à la vérité, c'est la nuit que l'ambiance particulière de ce jour se dévoile, car les plus lourds secrets sont plus aisés à confier dans l'obscurité. Traditionnellement, on éteint toutes les lumières à l'exception de petites lanternes laissées près des portes d'entrées pour guider les personnes venues avouer une vérité, et les engager à entrer. Refuser d'entretenir une lanterne devant sa porte ce jour revient à refuser la vérité, le pardon, et à trahir Mulken, ce qui sera mal considéré pour le reste de l'année.

Jour du Mahat (première nouvelle lune d'hiver)


C'est un jour de peur pour les fidèles du culte des Ténèbres. Selon le culte, la nuit du Mahat sortent dans le monde les esprits les plus noirs et se jouent les pages les plus terribles de l'Histoire. On y entend des bruits inquiétants et on sent l'action de grandes forces, lorsque la nuit risque de dévorer le jour à jamais. Selon la légende, la nuit du Mahat tient son origine du jour de la création du Nokdar, ou encore de celui où, pour la première fois, fut prononcé le Daoteas, deux occasions où le mal a déferlé sur Oneira et ébranlé son équilibre. Cette nuit, les fidèles du culte se réunissent en grand nombre dans les habitations, et on envoie des hommes vigoureux patrouiller dans les villes et les villages au crépuscule pour inviter les étrangers et les égarés à rejoindre ceux qui sont déjà à l'abri. La nuit se passe à l'intérieur, pour une fois saturé de lumière, où, réunis autour d'un feu, on se raconte des histoires cocasses pour se rassurer.

Fête de Mal-Mulken (eilë dalnë)


Avant de devenir une véritable fête pour le culte et ses fidèles, la célébration de Mal-Mulken est avant tout celle de la connexion entre les prêtres et le dieu des Ténèbres, Mulken. Ce jour, plusieurs prêtres dirigés par le Mularonam procèdent à la cérémonie dite de "l'Appel de Mulken", lequel interviendra directement pour faire savoir le ou les noms de ceux des prêtres assez sensibles aux Ténèbres pour avoir attiré son attention et son écoute. Mulken fera de ces prêtres sa "Voix" sur Oneira, et ils seront nommés Mularegen. Le choix de Mulken sera propagé dans tous les temples et sanctuaires des Ténèbres à travers tout Oneira par l'intermédiaire des sodilis. Pour les fidèles, c'est l'occasion unique d'entendre Mulken et, dans une certaine mesure, de l'approcher. Si la plupart des villes et des villages comptent nombre de sodilis, par exemple sur les façades des temples importants ou au fronton de nombreuses portes, presque tous les fidèles s'amassent dans les temples et les sanctuaires, apportant des offrandes et profitant de l'occasion pour procéder à une purification dans les bassins du temple. Fidèles, neven et prêtres attendront tous ensemble, dans le silence, l'intervention de Mulken. Le ou les noms des nouveaux Mularegen seront proclamés par les prêtres dès que la vibration des sodilis aura commencé, donnant libre cours aux festivités et à un certain soulagement : une année encore, Mulken a accepté d'intervenir dans les affaires du culte, constituant la certitude que le culte n'a pas été suffisamment dénaturé pour que son dieu s'en détourne ou soit "perdu". Au cours de l'histoire du culte, Mulken resta muet à plusieurs occasions, plongeant prêtres et fidèles dans le désarroi. Il est intéressant de noter qu'avec la montée du Nokdar au début des années 1000, la fête de Mal-Mulken tomba en désuétude, car désertée par le dieu. Les Mularegen furent alors nommés par le Mularonam. Toutefois, Boeros restaura cette célébration dès son accession aux hautes fonctions du culte, et la voix de Mulken fut à nouveau entendue.

Fête des Prières (eilä asten)


La fête des prières est, de toutes les fêtes du culte des Ténèbres celle qui est la plus connue des oneiriens ne pratiquant pas ce culte, au point qu'elle est célébrée dans certains villages très éloignés du berceau du culte. Contrairement aux autres festivités des Ténèbres, la fête des Prières ne s'adresse pas à Mulken mais à Délomaque. On ignore par ailleurs ses véritables origines, car elle ne fait pas appel aux principes des Ténèbres, mais son respect est vivement encouragé par les prêtres du culte, et aucun fidèle des Ténèbresne peut manquer de la célébrer. Ce jour, les fidèles se rendent dans certains lieux particuliers : places du village ou de la ville, place des temples ou des sanctuaires, lieux sacrés ou à la beauté particulièrement appréciée, afin d'y dresser de hauts "mâts" où chacun accroche un ruban qui représente une prière et claquera au vent toute l'année. Si tous les rubans peuvent être utilisés, les rouges et les bleus ont la préférence des fidèles. Rouges, ils sont une demande, bleus ils figurent un remerciement. Au cours de la dernière guerre d'Ar'Thard, les rubans y étaient si abondants et si souvent rouges qu'on a surnommé la fête des Prières le "jour rouge" ou encore le "jour de sang". Les rubans de l'année écoulée sont détachés des mâts et précieusement conservés : tressés, ils servent à la protection des maisons et des enfants.