Sev'Selm, ville des temples




econde ville du Pyrelos au niveau du nombre d'habitants (65 000), juste après la capitale Pymarée dont elle est voisine sur l'Oel'Pyma, Sev'Selm, la "Ville des Temples" est essentiellement axée sur la vie du culte de l'Eau. Les prêtres de Sev'Selm tentent à l'heure actuelle de faire pression sur la monarchie pour obtenir le statut de capitale administrative. La ville est dirigée avec sagesse par la prêtresse Kan-Laelin depuis 1030 environ, et prospère depuis lors, tant en puissance qu'en richesses. Sa position en fait le passage obligé des navires en partance pour le Nord de l'île d'Oel'Imme (le passage par l'Ouest étant naturellement moins courant par faute des hautes falaises entourant toute cette partie de l'île) et assied encore la prédominance de la ville sur l'ensemble de l'Est pyrelien.

Description générale de la ville


Comptant parmi les villes les plus anciennes du Pyrelos, Sev'Selm porte la marque du temps en de nombreux endroits. Les rues tortueuses, les anciens remparts, les multiples petits sanctuaires dédiés à des dieux aujourd'hui oubliés, et les nombreux vestiges d'anciens remparts et tours de gardes contribuent à tourner Sev'Selm vers les traditions et la vie du culte de l'Eau plus que toute autre ville pyrelienne. L'ensemble de la ville est tourné vers le cœur historique auquel mène les trois grands axes de la route du Cae, la route de la Côte et la route de Pymarée. Situé à l'intérieur remparts de l'ancienne ville, le centre comprend l'immense quartier du temple, le quartier du château et le quartier marchand, situés tous trois autour de la magnifique place du temple où se trouve le très beau temple de Pyrellane (un des dernier encore actif au Pyrelos, Pyrellane ayant été peu à peu remplacée par Lyr-Pyre au sein du culte de l'Eau). La ville est très hiérarchisée, et compte un quartier pour chaque corps de métier. Notons au passage : le quartier des paysans, au Nord-Est, le quartier des prêtres, au Nord du quartier du château, le quartier des casernes, à l'extrême Sud de la ville, l'immense quartier des vignerons, à l'Ouest, et enfin le quartier administratif, au Sud de la place des Marches.
La ville est entourée d'un rempart relativement récent, surélevé dans les années 1000 lors de la montée des tensions avec le Roban, et de onze tours principales, abritant de nombreuses garnisons importantes.
Cinq routes principales quittent Sev'Selm :
La route du Cae mène au port commercial situé à l'extérieur de la ville pour des raisons de sécurité liées encore une fois aux anciens risques d'invasion du Roban,
La route forestière menant à la forêt domaniale de Sev'Selm, à l'Ouest de la ville, mais également au vignoble situé dans les collines du Sud-Ouest,
La route de Pymarée, la plus empruntée de toutes, qui relie Sev'Selm à la capitale,
La route de la côte, rejoignant le Nord de l'île,
La route du port, mal nommée puisque le port principal de la ville se situe au Sud. Cette dénomination provient du port de pêche, effectivement situé au Nord mais réduit de nos jours à son strict minimum. La route du port, donc, mène aux champs et pâturages proches, gérés par la communauté paysanne du Nord-Est de la ville.
L'on peut considérer que Sev'Selm présente le même visage qu'elle a toujours eu, et qu'elle aura probablement toujours. La surélévation récente des remparts a été la seule transformation digne d'intérêt de la ville dans les derniers siècles. Très attachés au passé de leur ville, les habitants se plient avec bonne humeur aux contraintes imposées par des rues étroites et mal alignées. L'ensemble forme pourtant un climat des plus heureux et des plus intéressants.

Plan de la ville de Sev'Selm, cliquez pour agrandir.

Les marchés et les ports


L'essentiel de la vie économique de Sev'Selm se concentre dans le quartier ancien de la ville, autour de l'immense place des Marches jouxtant le quartier marchand. Reliant directement la place du Marché aux Bêtes, la Grande Place du Marché (réservée aux marchés agricoles quotidiens) et la place du Marché aux Poissons, elle est le rendez-vous des négociateurs et des marchands. Seules les productions de bois sont écartées de ce monopole, puisque concentrées sur la place du Bois Noir, au Nord-Ouest de la ville, et sur la Place à Bois, au Sud (pour les troncs destinés à la construction des navires), les troncs d'arbre étant difficiles à acheminer par les petites rues typiques de Sev'Selm. Notons encore que tous les outils et marchandises nécessaires au travail des bûcherons et des vignerons (scies, haches, tonneaux, etc...) sont vendus sur la place du Marché aux Outils et le long de l'allée des Bons Outils et non pas sur le marché principal.
La longue route du Cae suffit à faire le lien entre la place des Marches et le port commercial situé, comme nous l'avons dit, à l'extérieur de la ville, côté Sud. La ville comptant davantage sur son lien avec Pymarée que sur la mer pour se défendre en cas d'attaque robannaise, le port n'est pas inclus dans les remparts, mais protégé seulement par quatre garnisons militaires, et entouré par les champs de manœuvre de la milice de la ville. Notons que le port possède également son propre temple de l'Eau, dont les prêtres ont la tâche de bénir trois fois chaque navire quittant le port. Quelques mots, enfin, sur le port de pêche situé au Nord-Est de la ville, au-delà du domaine agricole de Sev'Selm. Abandonné dans les années 1010 à cause des risques d'attaque robannaise, il reprend depuis 1020 une activité plus intense, bien qu'inférieure encore à la moyenne nationale.
L'industrie du vignoble se cantonne dans l'Ouest de la ville, la rue de la Pomme et la Rue Sans Fin faisant le lien respectivement avec le marché et le port. Ces quartiers, très animés, abritent (et on s'en doute) de nombreuses tavernes et auberges, mais surtout de nombreuses échoppes de négociants en vins. Bien que la production de vin soit inférieure à Sev'Selm qu'à Sev'Linar, c'est ici qu'est acheminée la plus grande part de la production pyrelienne avant d'être revendue à Pymarée ou dans les pays voisins.

Les Temples


Sev'Selm n'est pas appelée "la ville des temples" sans raison. Elle contient probablement plus de temples qu'aucune autre ville du Pyrelos. Chaque quartier possède au moins un petit temple de l'Eau et un ou plusieurs sanctuaire dédiée à l'Eau, à Pyrellane, à Lyr-Pyre ou même à Oivenvë. L'on croise dans la ville plus de prêtres que nulle part ailleurs, et il est usuellement considéré que leur savoir, et surtout leurs capacités de divination, sont supérieurs en nombre et en profondeur à ceux des autres prêtres de l'Eau (et dérivés).
Le temple le plus important de la ville reste néanmoins le temple de Pyrellane, sur la place du Temple au centre de la ville. Très ancien, il est l'un des derniers dédié à cette déesse encore très honorée à Sev'Selm, mais surtout le plus grand qui lui ait jamais été consacré. Chaque habitant de Sev'Selm peut y venir une fois l'an pour recevoir sans contrepartie ni offrande soins et oracles de la part des prêtres.
La vie du temple préoccupe beaucoup les habitants de Sev'Selm, qui viennent souvent, au cours de l'année, rendre spontanément un service au temple de leur quartier. De même, il est plus que fréquent que les artisans et commerçants fassent des dons aux temples (vin, nourriture, objets d'art, mais aussi travaux, réparations, etc...), contribuant à faire du culte la force de la ville, et à renforcer la solidarité des habitants.

Vivre à Sev'Selm


La grande originalité de Sev'Selm ne tient pas uniquement dans son aspect un peu désuet et très traditionnel, mais surtout dans l'amour inconditionnel que ses habitants lui portent. Considérée par les autres pyreliens comme impénétrable, Sev'Selm apparaît parfois davantage comme un village solidaire que comme la seconde ville du pays au niveau humain et commercial. L'on trouve à Sev'Selm moins de races que dans aucune autre ville du Pyrelos (seuls les démor restent fidèles à la ville, sans doute en raison des petits temples dédiés à Oivenvë ; ils sont extrêmement bien accueillis par la population et possèdent même un quartier à l'intérieur des remparts, ce qui constitue un fait unique au Pyrelos).
La milice est moins présente à Sev'Selm qu'ailleurs dans le pays, car il est usuellement considéré que "le selmien fait sa loi propre" : le manquement à l'ordre ou à la courtoisie est considéré comme une faute d'honneur par tous les habitants, qui règlent eux-mêmes leurs conflits, et agissent avec une grande solidarité pour aider leurs voisins (incendies, famine, troubles de l'ordre, etc...). Kan'Laelin contribue à maintenir la grande solidarité de la population en créant au Sud de la ville un quartier accueillant pour les visiteurs (marins et marchands de passage) près du port commercial.
Pour peu que l'on soit intégré à la communauté humaine de Sev'Selm, la vie y est agréable, et le niveau de vie relativement aisé. Les quartiers sont sûrs et les habitants aimables, l'ambiance joyeuse et chaleureuse. La place des Marches, grâce aux nombreux niveaux de pierre s'étageant à l'Est tient lieu de conseil général. La population s'y réunit régulièrement, profitant de l'acoustique étonnante dont bénéficie la place, pour entendre orateurs (Kan'Laelin elle-même vient régulièrement expliquer sa politique ou demander l'avis des habitants) ou bardes.

A voir à Sev'Selm


Le grand temple de Pyrellane : Incontournable si vous visitez la Sev'Selm, le temple et la place qui l'entoure sont de toute beauté. Un excellent exemple de ce que pouvait être l'architecture pyrelienne après l'an 0.
La place des Marches : Lieu de vie par excellence, il s'y tient tous les jours un grand marché proposant tout ce qui peut se vendre dans la ville. En soirée, la place accueille les habitants pour écouter bardes ou orateurs, ou encore sert tout simplement de lieu d'échange à la population.
La vieille ville : Cœur de Sev'Selm, la vieille ville, entourée des anciens remparts et dominée par le château, avec ses rues bordées de ruisseaux, est agréable à visiter, particulièrement au printemps.

Extraits du "Dossier Pyrelos", Gwanys, Illéranyne.