L'Ordre du Bouclier Blanc




Emblme de l'Ordre du Bouclier Blanc de la Guilde des Messagers, par Erana.

e Bouclier Blanc fut le premier des sous-ordres de la Guilde des Messagers. Fondé par Salea'Eusteran en 711, il avait pour vocation première la protection des Messagers et de la Guilde et n'était pas, au cours de ses premières années, destiné au service public. Aujourd'hui voués avant tout à la protection des personnes, des lieux et des biens, il est cependant amusant de noter que les Messagers du Bouclier Blanc sont surnommés "les Marteaux" (len'Surdin) ou "les Rouges" (len'Reg), deux surnoms hérités de l'intégration du Marteau Rouge à la confrérie en 854. Ces surnoms ne sont cependant pas du goût des Messagers du Bouclier Blanc qui leur préfèrent le nom de "Serviteur" (en oneirien nerpesiren, ce qui correspond à pesiren, "serviteur", avec le préfixe ner- qui désigne une notion positive ; on pourrait par conséquent traduire ce nom par "noble serviteur" ou encore "serviteur de haut rang"). Le Bouclier Blanc lui-même, au sein de la Guilde des Messagers, est surnommé "le Corps" (en'Teas), en référence à l'esprit d'union et de fraternité qui anime tous ses membres. La devise des Boucliers Blancs, "aux Boucliers la Loyauté" ("en'Terolir len'Bateram-av") rappelle leur sens aigu du devoir et du sacrifice et leur volonté inébranlable de remplir leur mission, même au péril de leur vie. L'expression populaire "compter sur le Bouclier Blanc" suffit d'ailleurs à mesurer la confiance qu'on peut leur porter. L'emblème de l'ordre est, comme se doit, un bouclier blanc sur fond rouge, et paré des trois étoiles de la Guilde des Messagers. Cet emblème se retrouve sur les uniformes des Serviteurs, le tabard blanc ceinturé de rouge. L'arme de prédilection des Serviteurs est le célèbre Duo des Lei.
Comme évoqué plus haut, la mission du Bouclier Blanc consiste en la défense de toute chose : un Serviteur peut être engagé par tout un chacun et être affecté à la protection d'une personne, d'un lieu ou d'une chose qu'il se consacrera à défendre en toutes circonstances et devant tous les périls. En acceptant une mission, un Serviteur engage son honneur et sa vie, ce pourquoi il est choisi en fonction de la mission (par exemple du caractère de la personne à protéger, afin qu'un lien de confiance soit plus aisé à nouer) mais se réserve également le droit de décliner la requête si elle heurte son sens moral pour une quelconque raison ; à la charge, dans ce cas, du Serviteur en question de convaincre l'un de ses frères de le remplacer. Fait rarissime, si quatre Serviteurs refusent la mission, l'affaire est portée devant le maître de la confrérie, le Protecteur Blanc, qui se chargera de trouver un terrain d'entente ou déclinera officiellement la mission au nom de la Guilde dans son entier (c'est le sort réservé en général aux requêtes illégales qui engageraient la responsabilité de la Guilde). En mission, le Serviteur est intégralement dévoué à sa tâche et ne renonce devant rien pour la mener à bien : "le devoir avant tout" est leur second crédo, et l'honnêteté oblige à mentionner qu'ils s'y tiennent en toutes circonstances. De mémoire d'homme, jamais un Serviteur n'a trahi sa mission ni son client, et rares sont ceux qui échouent.
En dépit de ce que la logique pourrait suggérer, les services des Boucliers Blancs n'exigent pas nécessairement de gros moyens et sont au contraire très bon marché si on les compare au prix moyen d'un mercenaire. Cela tient aux limitations imposées par le Code très strict de la confrérie, qui interdit notamment aux Serviteurs de porter la moindre attaque ou de se livrer à tout acte contraire à l'esprit de la protection et de la défense, cette règle historique ayant été le compromis exigé par la confrérie pour l'intégration en son sein des anciens membres du Marteau Rouge, dont les méthodes violentes, voire cruelles, étaient alors très critiquées. Les Serviteurs étant avant tout des hommes de loyauté et de devoir, il va de soi que leur Code vaut pour eux parole de Délomaque. Il sera toutefois utile de noter que les Serviteurs exigent, outre le prix requis pour la difficulté et la longueur de leur mission, d'être logés, nourris et blanchis par leur commanditaire (les modalités sont souples : il va de soi qu'un Serviteur engagé pour la protection d'un voyageur dans le désert d'Eranos ne s'attendra pas à dormir à l'auberge tous les soirs...).

Extrait du Guide des Guildes et des Confréries d'Oneira.