Les nains




Nain, par jiseo.
n date l'apparition des nains en Oneira aux alentours de 20000 ans avant l'an 0. Ils sont usuellement considérés comme les héritiers spirituels des Bâtisseurs, car leurs connaissances et leur amour de l'architecture sont immenses. Malgré une histoire glorieuse, les nains ont beaucoup souffert de l'an 0 car ils ont perdu bon nombre de leurs connaissances les plus anciennes, notamment en matière de construction. Ce phénomène a partiellement conditionné l'actuelle société des nains, lesquels sont à présent perpétuellement à la recherche d'anciennes techniques d'architecture ou de forge. Petit à petit, ils redécouvrent leur savoir, notamment grâce à l'étude des ouvrages consignés par le culte de l'Ordre dont ils sont devenus des adeptes, mais si ce peuple recouvre peu à peu sa grandeur, il demeure très loin de la puissance qui était sienne avant l'an 0.
Les nains vivent sous terre, et plus particulièrement sous les montagnes. On connaît actuellement en Oneira quatre régions habitées par le peuple nain : les monts An'Laÿ'Sur sous lesquels se trouve leur principal pays qu'ils nomment Tarendur ou Karan, l'Ouest de la chaîne des Kahargal, plus précisément sous les monts Fheorë où se trouve le petit pays de Tulkhar, le Sud de l'Ar'Kalyven, sous les monts Dilurn où se trouve le petit pays de Durgan, et enfin l'extrême Sud-Est du pays d'Arkfeld, à l'endroit du Gouffre du Démon où vit un clan agressif de nains renégats ne reconnaissant ni Tarendur, ni Tulkhar, ni Durgan.
Petits, massifs, robustes et dotés d'une grande force, les nains mesurent communément entre 5pe. et 8pe. selon les individus, et vivent en moyennent 200 ans. Contrairement aux idées reçues, ni les femmes ni les enfants ne portent la barbe qui est une immense source de fierté pour les nains. Les secrets de la taille de la barbe sont révélés aux jeunes lorsqu'ils passent à l'âge adulte. Chaque "clan" nain (aussi appelé "Aymaeg" par les humains et "Doin" par les nains eux-mêmes) possède par ailleurs ses propres codes relatifs à la taille, à la coiffe et à la décoration des barbes, au point que d'un simple coup d'oeil un nain pourra obtenir sur un de ses comparses une foule d'informations, comme son clan, sa ville, son rang, etc...
Contrairement à une autre rumeur très répandue, les nains supportent parfaitement la lumière du jour et ne sont en aucune manière nyctalopes, et il n'est par ailleurs pas rare d'en croiser à la surface dans les régions qu'ils habitent. C'est l'amour inconditionnel que les nains portent aux pierres et aux métaux qui les ont poussés dans un premier temps à se sédentariser dans les mines les plus productives, puis à y établir de véritables cités dont la taille surprenante a donné lieu à de nombreuses légendes prétendant, par exemple, que les monts An'Laÿ'Sur ont été élevés par les nains à force de creuser et de surélever les voûtes de leurs salles souterraines. Ainsi, les nains excellent dans la taille de la pierre, mais aussi dans celle, plus pointue, des gemmes qu'ils affectionnent particulièrement. Ils sont également d'excellents forgerons et certaines de leurs réalisations sont réputées pour être plus solides que de nombreuses armes magiques. De fait, les nains affectionnent les arts du combat et de la guerre et les rivalités entre clans sont nombreuses. Toutefois, depuis l'an 0, les guerres entre les nains et les humains ne sont qu'anecdotiques alors qu'elles étaient, semble-t-il, monnaie courante dans l'histoire ancienne d'Oneira. Reprsentation usuelle de la Hache de Galun, par jiseo.On ignore tout de la raison de cette paix qui semble pourtant fragile et ne tient manifestement qu'à des raisons économiques et commerciales. Certaines théories rattachent simplement ce comportement à la légende relatée dans le Livre des Derdûn voulant que le dernier roi des nains, Tâshun Irgoln, prit part à la guerre de l'an 0 et y périt, emportant avec lui les artefacts symboles de la royauté (à savoir la Hache de Galun, le Marteau de Ghûn, la Couronne de Kâlshur et le Torque d'Endûr) qui furent alors dérobés par un dragon qui les garderait dans son antre. Celui parmi les nains qui retrouvera ces artefacts deviendra le nouveau roi. De ce fait, l'on trouve un certain nombre de jeunes nains un peu partout sur Oneira, recherchant de manière plus ou moins active ces trésors. Si l'absence d'un roi semble limiter les actions politiques et militaires du peuple nain, cela n'affecte en aucune manière la cohésion de leur société, laquelle se base sur quatre vertus fortes et particulièrement respectées, à savoir le courage, la fierté, la fraternité et l'endurance. Autre valeur chère au coeur des nains, la solidarité au sein de la famille et du clan est extrêmement importante et conditionne leur vie, surtout, semble-t-il, depuis l'an 0 où la nécessité de partager et de transmettre valeurs et connaissances est devenue une véritable obsession.
Farouchement indépendants et quasiment autonomes, les nains ramènent leurs liens avec les autres peuples au strict minimum. S'ils traitent plus ou moins volontiers avec les humains, ils n'ont aucun rapport avec les clans (sinon peut-être avec les lubeun, au Sarelos, dans le cadre d'échange commerciaux, ou encore avec le peuple d'Eiluyn qui a accueilli certains d'entre eux après la Guerre des Mines de 607), et moins encore avec les peuples magiques qu'ils tiennent souvent pour faibles et dépendants de la magie. De fait, bien que les nains soient tout à fait aptes à manipuler la magie, bien peu choisissent cette voie qui fait pour eux figure de dénature.
Notons enfin que si tous les nains parlent couramment l'oneirien, ils possèdent également un langage qui leur est propre, le gôlnor.

Extrait de l'Encyclopédie des peuples d'Oneira, par Ob-Keleänn.