Sev'Linar, ville des liqueurs




es mauvaises langues vous diront qu'à Sev'Linar, on adore plus volontiers les liqueurs du pays que l'Eau de Délomaque. En vérité, les enivrantes liqueurs de Sev'Linar, distillées selon un procédé ancestral très jalousement gardé, se vendent dans tout le Pyrelos, mais aussi jusqu'en Ar'Lumn et ont établi depuis bien des siècles la réputation de richesse de la ville (certaines bouteilles peuvent atteindre des sommes astronomiques). Confortablement nichée dans une anse calme, entourée par son vignoble, ses vergers et ses champs de blés, Sev'Linar est depuis plusieurs centaines d'années une ville prospère et sans histoire où il fait bon vivre.
La très grande majorité (pour ne pas dire la totalité) des 42 000 habitants de la ville sont humains. Désertée par les Clans (et même par les démor qui ne trouvent pas dans Sev'Linar l'attachement à l'Eau propre aux autres villes du pays) qui n'approuvent pas les festivités et l'activité incessantes de la ville, et même par les nains déplorant le mépris des habitants pour la bière, la ville n'en accueille pas moins chaleureusement de très nombreux étrangers (bardes, voleurs, aventuriers, négociants...) bien que sa position ne soit ni stratégique ni facile d'accès.
Sev'Linar - et personne au monde ne peut ignorer cela - est une ville riche, qui le sait, et qui n'hésite pas à l'afficher. Les rues de la ville sont d'interminables alignements de petits pavillons cossus, peut-être un peu voyants lorsque les sculptures et mosaïques chères aux pyreliens de toutes les îles sont utilisées en trop grand nombre pour mieux rendre compte de l'état financier des propriétaires. Le linarien attache une grande importance à son apparence ainsi qu'à celle de sa demeure et de sa ville. Ainsi les rues sont-elles généralement propres et agréables à parcourir en toutes saisons. Presque chaque carrefour comporte sa fontaine - plus souvent à l'effigie d'un célèbre vigneron ou inventeur d'un procédé de distillation qu'à celle d'une divinité de l'Eau.
Autonome vis-à-vis de Pymarée d'un point de vue financier, la ville semble ne comporter que peu de quartiers pauvres. Très attachés, nous l'avons dit, à la belle apparence de leur ville, les riches linariens s'attachent à financer eux-mêmes la milice de la ville (en charge de l'entretien des rues et des bâtiments publics, comme partout au Pyrelos), laquelle, en contre partie, engage tout homme dont la famille se trouve (ou pourrait se trouver) dans le besoin, et ce quel que soit son âge. Toute famille bénéficiera ainsi d'un revenu suffisant pour obtenir une maison décente et agréable.
La milice, que l'on pourrait trouver surabondante dans la ville, s'emploie largement à juguler la grande activité de la Guilde des Voleurs, considérée comme la plus grande du pays (en nombre de membres, et non en qualité, car la ville ne compte que de petits voleurs dont la seule ambition semble être de perfectionner l'art de vider les poches des riches négociants ; la ville ne déplore pas plus d'un ou deux cambriolages mineurs dans ses pires années). Entièrement financée, nous l'avons dit, par la ville elle-même, la milice absorbe une grande part des impôts énormes imposés aux habitants de la ville par la prêtresse Kan'Aelys, gouverneur de la ville. Sévère dans ses actions (bien qu'elle ne refuse pas un verre de liqueur de temps à autres), elle doit lutter contre les forts groupes de pression que constituent les plus riches familles de la ville afin de maintenir vivaces les traditions du culte de l'Eau, que la ville aurait tendance à reléguer au second plan, derrière les vendanges et dégustations de la liqueur de l'année.
Historiquement, la ville de Sev'Linar est divisée en trois parties depuis l'an 700 environ. Sear-Iln, alors gouverneur, légua la ville - indépendante jusqu'à 780 et dirigée selon un droit successoral par la famille des Iln - à ses trois enfants dont aucun ne s'entendait avec l'autre. Le château de la ville fut bientôt détruit, et remplacé par trois citadelles, la ville étant divisée en trois parties plus ou moins égales, isolées les unes des autres par une série de remparts en pierre. La partie de la ville appartenant à Keln-Iln se spécialisa dans la culture de la vigne et la production de vin, la partie obéissant à Ulnor-Iln s'attacha à développer d'immenses vergers et à produire de la liqueur, et enfin la partie de Lenlea-Iln se préoccupa essentiellement de la culture de céréales, aisée dans cette partie du Pyrelos. Lenlea fut ordonnée prêtresse et rallia, de fait, tous les prêtres à sa cause. Ayant démontré une plus grande volonté d'aider les linariens que ses frères, elle obtînt finalement le contrôle de la ville, s'arrangeant pour que les prêtres conservent à présent le statut de gouverneur de la ville. Sev'Linar semble ainsi toujours composée de trois parties (vignerons, liquoristes et paysans) possédant chacune son quartier des temples, son château, ses casernes, etc...

Plan de la ville de Sev'Linar, cliquez pour agrandir.

Notons, concernant les corps de métiers courants à Sev'Linar, un très grand nombre d'ateliers de verrerie et de tonnellerie dont l'activité est évidente dans la région. Un mot encore sur l'absence presque totale des métiers de la mer, celle-ci étant très difficile d'accès du fait des récifs dangereux affleurant au large de toute cette partie des côtes de l'île.
La taverne tient à Sev'Linar une place plus importante que partout ailleurs au Pyrelos. Rendez-vous incontournable aussi bien des voleurs que des négociants ou des mères de famille, elles sont sous l'obligation d'honnêteté et de sécurité (aucune bagarre, aucun vol, aucun conflit racial, politique, etc... ne sont tolérés) sous peine d'être placées sous la surveillance du culte, et éventuellement fermée. Ces règles sont plus appliquées encore lors des diverses fêtes liées à l'activité de la ville (fête des vendanges, fête de la liqueur, fête du premier vin, etc...). Lors de celles-ci (principalement fête de la liqueur et fête du premier vin), toutes les fontaines de la ville (ne portant pas de signe du culte de l'Eau) sont alimentées par les mauvaises cuvées de l'année précédente. La plus grande activité se tient autour de la magnifique fontaine des trois Linar (la seule à l'effigie de Pyrellane), possédant neuf bassins indépendants les uns des autres (dans trois coulent le vin, dans trois la liqueur et dans trois autres l'eau).

A voir à Sev'Linar


La distillerie d'Ulnor : la plus grande du Pyrelos, et peut-être bien d'Oneira toute entière (la distillerie de Kenda défend son droit à cette appellation), est absolument à visiter pour mieux comprendre l'extrême qualité des liqueurs produites par la ville.
La taverne du raisin bleu : dans la rue de lourde-poix, au cœur du quartier des vignerons, vous y goûterez le vin le plus fin de Sev'Linar.
La taverne du vieux prunier : dans la rue de masse-herbe, à deux pas de la distillerie d'Ulnor, c'est là que vous trouverez la plus grande variété d'excellentes liqueurs de la ville. Depuis peu, la taverne fait également auberge, la plupart des consommateurs étant incapables de se souvenir de l'emplacement de leur maison une fois minuit passé.
Le marché aux fruits et légumes de la place de Vertepaix : de très loin le plus grand et le mieux approvisionné du Pyrelos, vous y trouverez tous les produits des jardins et vergers alentours, mais également de nombreux fruits et légumes venus de l'étranger.
La fontaine des trois Linar : avec ses neuf bassins approvisionnés lors de toutes les fêtes pour un tiers de vin, un tiers de liqueur et un tiers d'eau, elle symbolise la réunification de la ville et se dresse sur la place de Linar au centre des trois anciens quartiers.

Extrait du "Dossier Pyrelos", Gwanys, Illéranyne.