Pymarée, ville de la vague




ymarée, située au Nord de l'Oel'Pyma, est la capitale du Pyrelos. Nommée "ville de la vague" depuis toujours, Pymarée est le théâtre de réguliers raz de marée depuis toujours. La ville compte environ 80 000 habitants (intra-muros), dont une très large majorité d'humains, mais on compte également une petite communauté badilim, une communauté de nains (en charge d'une brasserie renommée), quelques démor isolés, l'essentiel des démor vivant à l'extérieur de la ville, le long de la route du Sanctuaire Ouest ou de la Neldaly. Pymarée est le siège du pouvoir royal du Pyrelos. Actuellement, comme nous l'avons vu plus haut, Merillos, régent, est détenteur de l'autorité. Mais Pymarée est placée, comme toutes les villes pyreliennes, sous le pouvoir d'un gouverneur. Depuis 1037 il s'agit de Dame Releyla.

La vague


Pymarée est connue dans tout Oneira pour un phénomène des plus étranges. Une immense vague, figée, recouvre la ville sur tout un quart Nord-Ouest. Datant du grand tremblement de terre de 986, elle est issue d'un raz de marée, que les prêtres de l'Eau, d'Yne-Pyre et d'Oivenvë ont réussi à stopper. Depuis, celle-ci reste suspendue au dessus de la ville. Elle est maintenue par les prêtres qui officient à Pymarée et dans les principaux temples du Pyrelos. Ce paysage unique est particulièrement impressionnant au départ, mais redoutable contre les incendies. Cette preuve permanente du pouvoir de l'Eau fait que la ferveur est plus présente à Pymarée qu'ailleurs, même si les prêtres ne sont pas vraiment plus nombreux.
Figée en permanence, la vague est sculptée lors des fêtes, et maintenue grâce aux prières des prêtres, concentré dans un artefact que l'on appelle le "sceptre de la vague". Non seulement réceptacle du pouvoir des prêtres maintenant la vague, il est aussi le symbole du culte. Gardé dans le grand temple de Pymarée, il est sous la protection d'un gardien. Le prêtre Janmor est le Gardien du Sceptre de la Vague depuis 1040.

La Neldaly


Haut lieu du culte de l'Eau, Pymarée est traversée par le fleuve Neldaly, qui, de caractère sacré, ne souffre aucune contrainte (pas de digue, etc...) et n'est traversée que part six ponts (huit en comptant les remparts). Ces ponts ne portent aucune habitation. Les prêtres de l'Eau se chargent d'éviter les inondations et débordements. A Pymarée, la Neldaly fait figure de don d'Yne-Pyre, ce qui se traduit au quotidien : il est formellement interdit de jeter des déchets dans le fleuve, ainsi que d'y déverser des eaux usées, sous peine de travaux forcés pour le compte de l'un des trois temples principaux de la ville. Des écrits antérieurs à l'an 500 font état de réunions mensuelles le jour d'oinë, où toute la population était invitée à procéder à des ablutions rituelles dans le fleuve. Cette coutume, aujourd'hui désuète, notamment à cause du nombre croissant d'habitants, connaît cependant un regain d'existence depuis 986, puisqu'elle est observée à nouveau par les prêtres, les nobles et les mendiants. De même, tous les habitants de Pymarée ont à coeur d'avoir, le jour d'oinë, ne serait-ce qu'un flacon d'eau de la Neldaly pour procéder à un court rituel de purification. Notons encore que de vieilles légendes affirment que l'eau de la Neldaly aurait des vertus miraculeuses.

Description générale de la ville


Pymarée est entourée par un rempart continu, interrompu par dix-sept tours (on parle de tour là où il s'agit plus vraisemblablement de véritable fortins) portant les noms des grands généraux ayant protégé la ville tout au long de son histoire. Les quatre tours encadrant le palais royal portent quant à elles les noms de Loranos et des trois dynasties s'étant succédées sur le trône. Notons que la tour de Denven, la plus grande et la mieux fortifiée, bien qu'à l'opposée du palais, a servi à de nombreuses occasions de refuge à la famille royale lors d'émeutes ou de guerres. A l'intérieur de la cité, il reste deux murs rescapés des anciennes enceintes de la ville, datant de l'époque où Pymarée n'était pas encore ouverte sur la mer : le grand rempart du Nord de la ville sépare les habitations des docks, et un petit mur au Nord-Est sépare les docks de la plage sacrée des prêtres du temple de Dellay.
Seules deux routes d'importance partent de Pymarée (l'essentiel du trafic se faisant par voie maritime) : la route de Sev'Selm, vers le Sud-Est, et la route du Sanctuaire Ouest, vers le Sud-Ouest, rejoignant le temple de Selmaran.
Comme pratiquement toutes les villes du Pyrelos, Pymarée compte un quartier dédié aux armées dans son enceinte. Ce quartier, situé aux abords immédiats du Palais, est intégralement consacré à la milice, l'armée étant reléguée dans l'enclave extérieure formée par le rempart est (casernes et champs de manoeuvres). A chaque carrefour des artères principales, et comme dans toutes les villes pyreliennes, se trouve un poste de garde de la milice. Pymarée est découpée en un certain nombre de zones placées sous la direction de ces postes de gardes pour toutes les affaires publiques (litiges courants, circulation, etc...).
Au Nord des quartiers de la milice se trouve l'immense quartier administratif, comptant les tribunaux et le palais du gouverneur. Ces quartiers, ainsi que tous les quartiers entre le palais et la Neldaly et aux abords des deux grands temples de la ville, sont de riches quartiers, habités par les nobles et les bourgeois, voire les commerçants de la ville (par les familles de prêtres et les érudits autour des temples : on y trouve notamment de nombreuses bibliothèques). Toutes les rues y sont pavées (quoique depuis plusieurs années toutes les grandes artères et presque la moitié des petites rues du Nord de la Neldaly sont pavées également), et les habitations bénéficient d'un système de tout-à-l'égout unique au Pyrelos (et très réglementé par les prêtre de l'Eau). Notons que depuis presque un siècle, un réseau de ruisseaux double la plupart des grands axes du Nord de la Neldaly afin d'évacuer les eaux sales et de conserver la réputation de propreté et de bonne tenue de la ville (à ce propos on pourra utilement louer les efforts de la milice).
On trouve dans toute la ville de très nombreux puits et fontaines (notons que les systèmes de canalisations pour apporter l'eau courante ont été condamnés par les temples de l'Eau, ne respectant pas la pureté de l'élément, et sont donc inexistants au Pyrelos).

Plan de la ville de Pymare, cliquez pour agrandir.

Les marchés


On trouve très peu, sinon pas du tout, de grands marchés permanents à l'intérieur même de Pymarée, à cause, en grande partie, des lois sur la circulation. Sur tout le pourtour Ouest et Sud de la ville, ainsi qu'au Nord-Est, tout le long des remparts, se trouvent respectivement "la grande ceinture" et la "petite ceinture" : suites d'allées et de places le long du rempart, abritant marchés permanents, échoppes diverses, etc... Le long de ces allées se trouvent également de très nombreux espaces verts, initialement prévus pour abriter les animaux lors d'états de siège mais aujourd'hui reconvertis en jardins d'agréments où aiment se retrouver les prêtres et les bardes. La grande place du Sacre abrite également de nombreux marchés occasionnels (marché aux fleurs au mois d'yslan, marché aux fruits à la fin asten, etc...). Le long des deux "ceintures", l'on dénombre notamment : le marché aux tissus sous la tour de Denven, le marché aux fruits sous la tour de Zolnor, le marché aux épices entre la tour de Zolnor et la tour de Nelwan. Naturellement, les marchés aux poissons se trouvent le long des docks.
Il sera utile de noter que la Neldaly porte également de très nombreux marchés flottants.

Les docks


Pôle commercial important du Pyrelos, Pymarée exporte essentiellement des produits de la mer et d'objets d'art et d'artisanat de luxe. Toutes ces marchandises, vendues presque exclusivement par voie maritime, passent par les grands docks du Nord de la ville. Les docks de Pymarée se découpent en trois grandes zones :
Les grands docks : l'utilisation des grands docks est limitée depuis 986 et l'apparition de la vague. On trouve, dans cette partie du port, essentiellement de petites embarcations, majoritairement des barques de pêche, etc...
Le bas dock : c'est traditionnellement par les bas docks que transitent toutes les marchandises et les navires commerciaux. Haut lieu du commerce pymaréen, on trouve tout au long des bas docks de nombreux marchés et échoppes ouverts de manière irrégulière (selon le rythme des marchés de quartier).
Le haut dock : moins marchand que son frère de l'Ouest, le haut dock trouve, depuis 1021, une vocation de transport de personnes grandissante. On y croise également de plus en plus de navires appartenant au culte de l'Eau, faisant lien avec les temples d'Illéranyne et les sanctuaires de tout Oneira (Istia notamment).
Près des docks, au Nord-Ouest de Pymarée, se trouvent les "bas quartiers" de Pymarée. Bien que le niveau de vie y soit tout à fait convenable, convenons qu'il y fait moins bon vivre, essentiellement à cause de la proximité des docks et de la vague. En effet, les habitants de ces quartiers, essentiellement marins et/ou pêcheurs, vivent, pour ainsi dire, "à l'ombre de la vague" : la vague, assombrissant beaucoup les quartiers, sature l'atmosphère d'humidité en permanence, comme si la bruine ou les embruns ne cessaient de tomber. De plus, et bien que cela soit très anecdotique, l'on observe de deux à trois fois l'an des poissons tomber du haut de la vague (d'où les expressions très courantes au Pyrelos : "être en retard parce qu'on a reçu un poisson sur la tête", "être fou comme quelqu'un qui a reçu un poisson", etc...). Les plaisanteries, à Pymarée, sont légion sur le sujet (un alchimiste, en 1013, a publié une thèse sur les espèces marines du Pyrelos, affirmant que leur activité était essentiellement nocturne : il s'appuyait sur le grand nombre de poissons que l'on trouve au sol le matin dans les rues des "quartiers de la vague". Il a été prouvé dix jours plus tard que ces poissons provenaient simplement des transports de marchandises effectués à la fin de la nuit, des docks aux différents marchés de la ville).

Les Temples


Il existe à Pymarée trois grands temples principaux, et plusieurs centaines de petits temples, sanctuaires, autels, etc...
Le temple du Palais : le temple du palais, sous protection royale, fut le second temple de l'Eau érigé à Pymarée. Aujourd'hui encore, il compte pour l'un des plus grands du Pyrelos. Notons que ce temple n'est pas accessible aux habitants comme le sont les autres, mais seulement aux prêtres (même les neven n'y sont que rarement admis). La haute prêtresse du temple du palais est actuellement la prêtresse Meranne.

Le temple de Dellay : bâti pour protéger la source de Delnä, sacrée pour les démors et considérée comme la source de la magie au Pyrelos, le temple de Dellay est le plus important du Pyrelos. Il y règne une très grande activité. Notons également la très grande beauté des jardins du temple, considérés comme l'une des plus grandes merveilles du pays. C'est également au temple de Dellay qu'est conservé le sceptre de la vague. Depuis 1040, Janmor, vingt-troisième prêtre de l'eau, tient le poste de Gardien du Sceptre de la Vague. La prêtresse Menmela est actuellement à la tête du temple.

Le temple de Nevlay : premier temple construit à Pymarée, il est à ce jour l'un des plus petits en taille, mais non en importance. En effet, les prêtres considèrent que l'enceinte du temple s'étend à toute la plage du Nord-Est de Pymarée. C'est au temple de Nevlay que sont formés les meilleurs prêtres, et ceux qui iront dans le culte de l'Eau au-delà de la simple prêtrise. Ce temple n'est pas, comme les autres, placés sous les ordres d'un seul haut prêtre, mais de trois : Ynenna, Deleor et Oilenne. Notons que la plage du temple de Nevlay est réservée au seul usage des prêtres.
Les pyreliens, surtout depuis 986, sont très croyants, et participent activement à la vie des temples. C'est presque quotidiennement que les habitants de Pymarée se rendent au sein d'un temple, d'un sanctuaire, ou seulement devant un autel, pour prier, faire une offrande ou proposer leurs services.

Vivre à Pymarée


Le niveau de vie à Pymarée est l'un des plus élevés de tout le Pyrelos (bien qu'il aille en se dégradant à mesure que l'on monte dans le Nord-Ouest de la ville, comme nous l'avons vu précédemment), maintenu par la présence et l'action des temples assurant repas et asile contre un service (entretien du temple, courses et messages, etc...). De même, les temples absorbent la mendicité en employant les mendiants, logés et nourris s'ils consentent à travailler pour le culte (les mendiants refusant ce service et continuant à arpenter les rues de Pymarée se voient refoulés à l'extérieur de la ville par la milice du quartier).
Les pymaréens sont réputés dans tout Oneira pour leur courtoisie (les mauvaises langues diront que c'est grâce, ou à cause, de la présence de la milice et des nombreux tribunaux), leur propreté et leur élégance. Les pymaréens prennent en effet grand soin de leur apparence : ils aiment les vêtements propres et bien faits, les bijoux, etc... On note également qu'à Pymarée les gens sont moins armés qu'ailleurs en Oneira, encore une fois grâce au sentiment de sécurité conféré par la milice et le pacte d'Illéranyne, mais tous les pymaréens possèdent une ou plusieurs armes chez eux (habitude tenue de la milice chez les jeunes de 16 à 18 ou 20 ans).
La majorité des pymaréens sont artisans. L'on compte cependant énormément de scribes (à cause du grand nombre de temples et de l'importance du système administratif), de marins et de pêcheurs, naturellement. L'art fait partie aussi de la culture de Pymarée, et les couchés de soleil se reflétant sur la vague de Pymarée ont inspiré de nombreux peintres, poètes et bardes de tous genres. Ajoutons encore que depuis la création de la première école de magie de Pymarée, en 980, le nombre de mages ne cesse d'augmenter dans la ville, et dans tout le pays.
Petite note sur les déplacements dans la ville de Pymarée. Il sera important de remarquer qu'à Pymarée on se déplace essentiellement à pied (un peu plus rarement à cheval) ou en bateau le long de la Neldaly (le nombre restreint de ponts a poussé l'ensemble des pymaréens à instaurer un système ingénieux de transport par barques d'un côté à l'autre des rives, participant ainsi à la survie des marchés itinérants du fleuve). Le transport en véhicule est limité par la milice aux seuls véhicules autorisés, et ce en vue de permettre l'intervention rapide de la milice, des prêtres, des médecins, l'approvisionnement rapide des marchés, etc... L'on note cependant certains axes ouverts sans restrictions à tous les véhicules : la grande et la petite ceinture, la rue du long vent, la rue des averses et la rue de Sev'Selm. Pour circuler ailleurs que sur ces axes, il faudra au préalable demander une autorisation au chef de garnison du quartier.
Finissons sur les tavernes. La taverne (ou plutôt l'auberge) tient au Pyrelos une place importante. Contrairement à l'usage dans d'autres pays, au Pyrelos, et plus encore, à Pymarée, on se rend dans les tavernes en famille (sauf pour ce qui est des tavernes mal famées du Nord-Ouest, ou de la rue des tavernes, proche des casernes) : on y écoute des contes et de la musique, on y voit des danseurs, on y échange les nouvelles, on s'y retrouve entre voisins, etc... Lors de ces soirées, typiquement, l'on mangera un plat de poisson fumé ou de fruits de mer, accompagné de liqueurs de Sev'Linar. Les pymaréens, en effet, mangent encore moins de viande que les autres habitants du Pyrelos, comme le confirme la phrase courante : "pourquoi tuer une vache quand les poissons tombent du ciel ?".

A voir à Pymarée


La place du sacre : lieu de victoire de Loranos, on y couronne traditionnellement les nouveaux rois. Sur cette place se trouvent les marchés saisonniers de Pymarée. A ne pas manquer : le marché aux fleurs au mois d'yslan.
Les jardins du temple de Dellay : considérés comme l'une des plus grandes beautés du Pyrelos, ces parcs sont incontournables lors d'une visite à Pymarée.
La vague : naturellement, qui va à Pymarée verra la vague, mais faire un tour sur les docks proche du pied même de la vague renseigne utilement sur la puissance du culte de l'Eau.
Le port et les docks : non seulement pour observer la vague, visiter les docks et les marchés qu'on y trouve vous fera approcher la vie de Pymarée mieux que tout autre endroit de la capitale.
La fontaine de Loranos sur l'allée du marché bleu : cette fontaine immense à l'effigie de Loranos représente le héros adressant un signe à la non moins immense fontaine d'Yne-Pyre, à l'autre bout de Pymarée, devant l'entrée de la plage du temple de Nevlay. Il est généralement considéré qu'elle scelle le tombeau de Loranos qui, par conséquent, se trouverait au dessous d'elle. Ce fait est contestable, car il semble bien étonnant qu'un pyrelien de cette envergure ait été mis en terre et non rendu à l'océan comme on le fait depuis toujours au Pyrelos.
La fontaine d'Yne-Pyre sur la place du temple de Nevlay : cf. fontaine de Loranos : cette fontaine représente Yne-Pyre, donnant naissance à l'Eau, et adressant un signe à la fontaine de Loranos.
La Neldaly et ses marchés flottants : ballade pittoresque par excellence, allez faire un tour le long du fleuve pour observer les barques itinérantes. Pour quelques tales de cuivre seulement vous pourrez louer une barque et approcher de plus près encore les étals.

Extraits du "Dossier Pyrelos", Gwanys, Illéranyne.