Histoire du Dord-Kalyleg




e Dord-Kalyleg, région allouée au culte du Présent en Ar'Kalyven, est apparu comme les deux autres régions du pays à la suite du Concile de Kalenir de 420. Il paraît inutile de s'appesantir dans ce chapitre sur les évènements de la période 250 à 420, qui ont fait l'objet de développements antérieurs (se reporter notamment au chapitre consacré au Dord-Kalymen), hormis quelques faits d'importance.
Il convient, avant d'effectuer ces brefs rappels, de faire un point rapide sur notre connaissance de l'Histoire du Dord-Kalyleg. Dans cette région est élaboré depuis des siècles un Grand Livre du Présent, sur le modèle du Grand Livre du Passé écrit au Dord-Kalymen. Ce Grand Livre ne nous renseigne cependant que marginalement sur l'histoire du Dord-Kalyleg car il est perpétuellement actualisé, les informations anciennes disparaissant au fur et à mesure. Aussi n'est-il pas une source très utile, à l'instar des autres ouvrages écrits dans la région.
Le culte du Présent, en effet, ne se soucie pas de perpétuer l'Histoire mais invite ses fidèles à observer le monde qui les entoure au cours de leur existence. Cela explique que nombre d'informations ne soient connues que par le biais des travaux des Chronomanciens, parfois sujets à caution en fonction des interprétations, et qu'une histoire du Dord-Kalyleg paraisse bien pâle en regard d'une histoire du Dord-Kalymen.

près le Concile de Kaltera en 337, les fidèles du culte du Présent, établis du delta de la Kalyleg à la région de Kalenir, rejettent de plus en plus les décisions des reines ; ces dernières vivent à Kaltera et adhèrent en effet au culte du Passé. Cette appartenance conduit une partie des prêtres et des fidèles du Présent à rejeter les lois et prescriptions qui ne leur plaisent pas, que ce soit en matière de fiscalité, d'administration ou de religion, en décrétant qu'il s'agit là d'une manœuvre du culte du Passé pour étouffer progressivement les autres cultes du Temps.
Ainsi connaît-on assurément deux révoltes fiscales autour des années 380, l'une dans la région de Telania, l'autre dans le delta de la Kalyleg, déclenchées par la perspective dans les deux cas d'une taxation supplémentaires sur les échanges de denrées alimentaires (il est possible que ces révoltes aient été beaucoup plus nombreuses, comme l'hypothèse a pu en être faite).
Si les raisons de cette taxation sont perdues, leurs conséquences ont laissé des souvenirs. Dans les deux cas, les paysans et les viticulteurs chassent le percepteur en le menaçant, puis envoient des émissaires dans les villages voisins ; les notables de plusieurs villages se réunissent et écrivent un manifeste dans lesquels sont dénoncés conjointement les nouvelles taxes et les impies du culte du Passé. La figure de la reine est épargnée dans les textes de ce genre qui nous sont parvenus (pour les émeutiers, elle incarne Kaly) mais elle est appelée à rejoindre le véritable culte du Temps et à se libérer de l'emprise du clergé du Passé.

l est à noter que les adeptes du culte du Présent montrent des tendances à l'agitation plus marquées que ceux du culte du Futur. Le culte du Présent conduit à refuser tout ce qui est perçu comme intolérable au moment présent, tandis que les fidèles du culte du Futur estiment que tout finit par passer et que la situation présente a peu d'importance ; ils attendent donc, pour agir, d'être certains des conséquences à long terme de leur mouvement.
Cela se manifeste également lorsque Versane devient reine de l'Ar'Kalyven, en 410. Les prêtres du Présent surveillent depuis des années le mouvement de radicalisation qui s'opère au sein du clergé du Passé et savent à quoi s'attendre de la part de Versane. Aussi réagissent-ils immédiatement lorsque la reine condamne comme hérétiques les cultes du Présent et du Futur, en faisant acte de sécession et en fondant l'Ar'Kalyleg, tandis que le culte du Futur laisse passer plusieurs mois avant de réagir.

orsque Parsane succède à sa mère en 419, l'Ar'Kalyleg accepte de chercher une solution à la division de l'Ar'Kalyven, pour plusieurs raisons. Malgré les déchirures qui se sont ouvertes au cours du dernier siècle, certains espèrent toujours possible la réunification des cultes du Temps. Les prêtres et les fidèles du Présent, qui s'intéressent à ce que le monde est et non à ce qu'il a été ou sera, savent que l'Ar'Kalyleg n'est pas entièrement viable sur le plan économique et que des frontières entre les régions des cultes du Temps signifieraient des taxes commerciales élevées, donc moins de commerce. Enfin, Parsane propose que le Concile se tienne dans la capitale de l'Ar'Kalyleg et non à Kaltera, ce qui est jugé flatteur.
Le Concile général s'ouvre donc à Kalenir en 420. Il ne met pas fin à l'existence des trois cultes du Temps : au contraire, il la sanctifie en attribuant à chaque culte une zone bien délimitée - qui, dans l'ensemble, n'aboutit qu'à sanctionner un état de fait. Le Dord-Kalyleg, dont la capitale est Kalenir, est fondé. Peu montagneux, le Dord-Kalyleg est la région la plus propice à l'agriculture et, dès cette époque, la plus peuplée de l'Ar'Kalyven. Comme au Dord-Kalyav, le clergé gouverne directement la région, contrairement au Dord-Kalymen où les souverains demeurent des acteurs majeurs, non inféodés au culte du Passé, jusqu'au règne de Merlersane.

es débuts du Dord-Kalyleg sont paisibles, troublés seulement par la guerre contre les armées lumniennes qui envahissent le Dord-Kalymen en 446. Les représentants du culte du Présent au synode décennal de 450 sont immédiatement disposés à défendre l'Ar'Kalyven aux côtés des fidèles du Passé (et pas uniquement parce que le bassin de la Kalyleg est menacé), entraînant les représentants du culte du Futur moins enthousiastes. Le culte du Présent montre à cette occasion son intérêt, qui ne se dément pas même aujourd'hui, pour ce qui se passe autour du Dord-Kalyleg, les autres cultes s'occupant moins de cela.
Ce sont d'ailleurs les représentants du Présent qui proposent régulièrement lors des synodes décennaux l'accord du droit de libre passage aux marchands étrangers à partir du sixième siècle. Si le Dord-Kalyleg n'a aucune frontière donnant sur un autre pays, le commerce y est toutefois très actif, dans la mesure où la région produit et consomme beaucoup.

u cinquième siècle, le Dord-Kalyleg n'a guère encore de structures très claires. L'Ordre des Voyantes se constitue progressivement au sein du culte du Présent, mais devenir Voyante n'exige pas de longues études, à l'inverse des Chronomanciens : la Voyance est avant tout un don, qui se cultive par l'apprentissage plus que par l'étude. De plus le culte n'a pas de projet à long terme assimilable à l'écriture du Grand Livre du Passé ou à l'interprétation des prophéties, puisque toutes les actions des hommes doivent, selon la philosophie alors en vigueur, s'inscrire dans l'instant.
Ce n'est qu'au cours du sixième siècle que le culte du Présent, sous l'impulsion de la Lointaine Voyante Mesaline, se dote d'un projet comparable à celui du culte du Passé : retranscrire dans un Grand Livre du Présent l'état actuel du Dord-Kalyleg, de l'Ar'Kalyven et d'Oneira tout entier. La Lointaine Voyante fait élaborer par des prêtres spécialisés dans la magie du Présent trois artefacts magiques, trois livres dont le contenu peut être effacé, dans lesquels des pages peuvent être rajoutées, tout ceci en fonction des besoins. Le Grand Livre du Présent est élaboré par trois équipes différentes simultanément, afin d'éviter les oublis ou les erreurs. Les mêmes livres sont utilisés depuis leur mise en service et, bien entendu, ils ne peuvent servir à connaître un état antérieur.
En parallèle, toujours d'après l'exemple du Dord-Kalymen, Mesaline lance l'idée de la création de l'Université du Savoir d'Aujourd'hui, qui formerait les prêtres du culte et constituerait un pôle de la connaissance du monde actuel (d'où les spécialisations en géographie, économie, sociologie, etc.). Cette université, construite à Kalchaïr (ville d'origine de Mesaline), n'est achevée que durant le mandat de sa successeuse. Elle devient rapidement un centre universitaire réputé dans cette partie d'Oneira.
L'Ordre des Voyantes est également organisé à cette période et les procédures pour l'intégrer sont formalisées. Ce collège rassemble des prêtresses capables de recevoir des Visions, c'est-à-dire de voir des images ou des scènes se déroulant au même moment quelque part. Les plus douées d'entre elles seraient, d'après les rumeurs, capables de diriger leur regard là où elles le désirent ; une telle maîtrise des Visions serait extrêmement rare néanmoins. Mais le don de Vision ne suffit plus, à partir de l'époque de Mesaline, à se prévaloir du titre de Voyante : une Voyante doit désormais faire la preuve de ses connaissances sur Oneira - et donc avoir passé avec succès de nombreux examens universitaires - et être diplômée par l'Université du Savoir d'Aujourd'hui en théologie du Temps. L'Ordre des Voyantes s'installe à Kalynetri.

es siècles qui suivent le Concile de Kalenir sont particulièrement profitables au Dord-Kalyleg sur le plan économique, les relations commerciales reprenant de manière intensive entre les différentes régions de l'Ar'Kalyven (elles avaient été quasiment interrompues durant la Décennie des Trois Royaumes). La population du Dord-Kalyleg augmente considérablement, dans les villes comme dans les campagnes, et l'artisanat se développe : ainsi la poterie de Kalenir, les parfums de Kalynetri ou l'édition à Kalchaïr, pour laquelle l'ouverture de l'Université du Savoir d'Aujourd'hui est une considérable opportunité.
Les échanges avec les autres pays vont également croissant durant la période de 480 à 850, bien que les marchands du Dord-Kalyleg ne quittent l'Ar'Kalyven qu'exceptionnellement. L'expansion des villes est remarquable, celle de Kalenir au premier chef : sa population n'est estimée qu'a 40 000 habitants en 500, elle dépasse les 100 000 habitants en 700 et atteint 150 000 habitants vers 850. L'essor urbain suscite de nouvelles demandes de biens et de services et incite les négociants étrangers à se rendre en Dord-Kalyleg : Delliens, nains de Durgan et Lumniens sont nombreux à Kalenir au cours de la période.
Les villes embellissent également, encore que l'architecture soit moins remarquable ici que dans les autres régions du pays où les bâtiments grandioses servent, en Dord-Kalymen, de témoignages venus du Passé, et en Dord-Kalyav, d'anticipations sur l'avenir.

e Dord-Kalyleg connaît pourtant des troubles internes sur le plan théologique. Le culte du Présent, plus encore que les deux autres cultes du Temps, comporte en effet de nombreuses sectes proposant des interprétations parfois divergentes sur des points cruciaux, qui se concurrencent pour la direction de la région. Le courant majoritaire en 420 est dit Instantanéiste : seul compte le moment présent, les causes et les conséquences n'ont pas d'importance. Le monde dans lequel les fidèles sont insérés est le seul qui importe, car ni ce qui a été ni ce qui sera n'existe de façon sûre. En somme, pour ce courant, seul le Présent existe réellement. Les actions doivent donc n'être pensées qu'en fonction des besoins du Présent. La domination de ce courant explique l'absence de projet à long terme à cette époque.
Très radicale - produite par un siècle de troubles religieux - cette secte voit son influence se faire grignoter durant le siècle suivant par une interprétation plus modérée, dite Présentiste, reconnaissant le Passé et le Futur comme des aspects de la temporalité, certes mineurs mais non moins estimables. Bien entendu, cette montée en puissance est indissociable de la reprise des relations entre les trois cultes dans le cadre des synodes décennaux et de l'intensification des relations commerciales.
Les Présentistes finissent par s'imposer au cours du sixième siècle, Mesaline étant la première Lointaine Voyante issue de ce courant, en 530. Ils impulsent le projet du Grand Livre du Présent et sont à l'origine de la création de l'Université du Savoir d'Aujourd'hui. L'un de leurs buts est d'acquérir la meilleure connaissance possible du monde qui les entoure afin de permettre aux fidèles de réaliser les choix les plus profitables au cours de leur vie. Les Présentistes dominent sans partage le culte jusqu'au début du neuvième siècle, reléguant les prêtres des sectes opposées à des postes subalternes, ce qui constitue l'une des causes de la crise religieuse qui survient en 817.

alchaïr, depuis la fondation de l'Université du Savoir d'Aujourd'hui, est devenue le pôle principal des discours théologiques : on y disserte inlassablement sur la nature du Temps, sur la centralité du Présent, etc. C'est aussi au sein de l'Université, qui est pourtant la création des Présentistes, que les différentes interprétations du culte du Présent trouvent un écho particulier. Or, à la fin du huitième siècle, le monde universitaire et plus particulièrement estudiantin de Kalchaïr est agité par l'apparition d'une nouvelle interprétation, dite hédoniste, du culte du Présent.
Pour les Hédonistes, il n'est rien de plus ancré dans le Présent que le Plaisir, éphémère par excellence, qui permet d'accéder à la pureté de l'Instant présent mieux que tout autre média. L'objectif de chaque fidèle doit donc être de rechercher, au quotidien, l'accès au plaisir, sous toutes ses formes. Cette philosophie s'oppose nettement à la conception des Présentistes qui prônent une morale plus austère, basée sur la quête de la connaissance et de la sécurité matérielle : il n'est pas étonnant que les Hédonistes rencontrent un vif succès au sein des jeunes gens vivant en milieu urbain et éduqués.
La figure de proue du Mouvement Hédoniste est une jeune femme du nom de Fynae. Cette dernière organise des fêtes de grande ampleur à Kalchaïr dans les années 815 et 816, avant de lancer un mouvement de contestation de l'autorité du Recteur de l'Université du Savoir d'Aujourd'hui en 817. C'est le point de départ de la grande crise du culte du Présent qui agite le Dord-Kalyleg jusqu'en 826 (connue sous le nom de Crise Hédoniste). Le déroulement des événements nous est encore en grande partie inconnu, les documents de l'époque étant nettement moins nombreux qu'avant ou après, mais les grandes lignes peuvent être tracées sans grands risques d'erreur.
En 817 et 818, les étudiants de l'Université du Savoir d'Aujourd'hui occupent les locaux, poussant le Recteur à démissionner au printemps 818. En parallèle, le Mouvement Hédoniste gagne du terrain dans les autres cités, en particulier à Kalenir. Nombre de prêtres aux idées traditionnelles sont alors en bute à des critiques, y compris durant les cérémonies cultuelles (ainsi il n'est pas rare que des groupes d'Hédonistes interrompent des cérémonies en scandant des slogans contestant le credo Présentiste).

n 819, les sectes marginalisées par les Présentistes (y compris les Instantanéistes, qui retrouvent dans l'Hédonisme une importance particulière accordée à l'instant fugace) apportent leur soutien aux Hédonistes, ce qui conduit à l'élection d'un Recteur de l'Université du Savoir d'Aujourd'hui Hédoniste. C'est la première fois depuis la fondation de l'Université que cette charge échappe à la faction majoritaire du culte, et cela ouvre une nouvelle phase de la crise.
La Lointaine Voyante, qui traditionnellement ne s'implique pas dans les débats théologiques, est alors Hulione. Très liée à l'un des plus hauts dignitaires du culte du Présent, elle est également la cible des Hédonistes. Aussi ses tentatives pour ramener le calme au sein du culte n'ont-elles aucun effet positif, bien au contraire. Dès le milieu de l'année 819, le culte du Présent est bloqué, aucune décision, d'où qu'elle vienne, ne pouvant être appliquée. Cela affecte l'Ar'Kalyven tout entier, le culte du Présent étant incapable de participer aux prises de décision lors du synode décennal de 820, pourtant très attendu puisqu'il s'agit du quatre centième anniversaire du Concile de Kalenir.
La crise prend fin en 826 et s'achève par la victoire du mouvement Hédoniste. Victoire partielle seulement : les Présentistes parviennent à obtenir le détachement de l'Ordre des Voyantes par rapport au reste de la hiérarchie du culte : l'ordre est administré à part et n'est pas soumis à l'autorité du nouveau Conseil du culte du Présent. La Lointaine Voyante demeure la plus haute figure du culte mais n'a plus guère qu'un pouvoir honorifique. Les Présentistes réussissent donc à écarter tout danger de démantèlement des équipes du Grand Livre du Présent, qui rencontre peu de considération chez les autres sectes.
Les Hédonistes sont largement représentés dans le nouveau Conseil du culte, que la jeune meneuse des étudiants de Kalchaïr de 817, Fynae, préside. Les Présentistes ne constituent qu'une minorité, disposant d'un quart des sièges environ, tandis que les autres sectes minoritaires obtiennent plusieurs sièges (prix de leur soutien au mouvement Hédoniste).

a mainmise du Mouvement Hédoniste sur le culte du Présent est aujourd'hui affaiblie, bien que cette mouvance continue d'occuper les postes les plus importants. La virulence de l'Hédonisme s'est en réalité estompée et ce sont souvent les modérés, plus portés au compromis avec les Présentistes et plus intéressés par les travaux des Voyantes, qui occupent de nombreuses charges prestigieuses, y compris celle de Recteur de l'Université du Savoir d'Aujourd'hui.
Les Hédonistes ont cependant marqué le Dord-Kalyleg de leur empreinte, en particulier en développant l'enseignement artistique par la fondation des deux Académies des Arts Présents. Les arts présents sont en effet considérés comme permettant d'accéder à un plaisir immédiat et inscrit dans le moment, non dans la durée ; leur promotion est l'un des principales revendications des étudiants en 817 et 818. La première Académie est fondée à Naamiluvi en 828 par Fynae, dans une petite ville choisie pour son éloignement vis-à-vis des centres du Présentisme. La seconde est fondée à Kalenir en 874 en raison du succès grandissant rencontré par l'Académie de Naamiluvi, qui ne peut plus accueillir tous les jeunes artistes.
La grande vitalité artistique du Dord-Kalyleg est par conséquent à mettre au crédit, pour une large part, des Hédonistes, les Présentistes s'occupant plutôt de mener à bien le gigantesque projet du Grand Livre du Présent.

'interruption des synodes décennaux en 890, due aux éléments réactionnaires du culte du Passé, ne suscite pas de protestations particulières de la part du culte du Présent. Les hédonistes se soucient assez peu de la coopération entre les trois cultes du Temps et se préoccupent plutôt du Dord-Kalyleg à proprement parler.
Le commerce ne subit pas d'éclipse comparable à celle que connaît le Dord-Kalymen, car les marchands étrangers et ceux venus du Dord-Kalyav poursuivent les échanges avec la même régularité. Naamiluvi et Telania enregistrent toutefois une baisse des échanges, la première en raison de la raréfaction des pigments de couleur en provenance de Kaltera, la seconde à cause du ralentissement du commerce avec le Per'Dellin, grand acheteur de vins de grand cru.
Dans l'ensemble, la vie suit son cours entre 890 et 1000 en Dord-Kalyleg et les évènements qui se déroulent au Dord-Kalymen intéressent peu. Même la marginalisation des reines d'Ar'Kalyven, qui étaient après 420 perçues comme des représentantes de Kaly, ne suscite pas d'émotion ; pis, la tentative des Traditionalistes du Passé de marquer leur prééminence sur les autres cultes du Temps en donnant aux reines le titre d'Echo de Kaly suscite des railleries (pendant plusieurs années, les troupes de balaet'adene se moquent de la reine Merlersane, représentée en marionnette incapable de comprendre ce qui se passe autour d'elle). Le Mouvement Unitaire qui naît autour de 920 séduit très peu en Dord-Kalyleg en comparaison des deux autres régions (où son audience est pourtant marginale).

'arrivée au pouvoir de Hersdane au Dord-Kalymen intervient alors que les Hédonistes et les Présentistes tendent à se rapprocher au sein du culte du Présent et que l'intérêt pour les évènements extérieurs est croissant. Le culte du Présent accepte dans ce contexte la reprise des synodes décennaux proposée en 1010, c'est-à-dire la reprise du dialogue et de la coopération entre les cultes du Temps.
Depuis le début du règne de Hersdane, le culte du Présent se montre à la fois ouvert et conciliant, cherchant à faire avancer la situation, et méfiant envers un culte du Passé qui reste largement acquis aux idéaux conservateurs. Les initiatives de Hersdane sont malgré tout parfois interprétées comme des manœuvres visant à instaurer une sorte de tutelle du Dord-Kalymen sur l'Ar'Kalyven : ainsi la proposition formulée lors du synode de 1040 de rejoindre le Synode d'Illéranyne a été refusée par une large partie du clergé du Présent (et du Futur) qui craint de voir les reines, donc le culte du Passé, représenter le royaume à Illéranyne. Pour autant le culte du Présent ne se montre pas hostile à Illéranyne, mesurant les bienfaits que le culte pourrait en retirer immédiatement, et s'entend avec le culte du Futur pour proposer ensuite l'adhésion des cultes du Temps au Synode.
Le Dord-Kalyleg profite en tous cas pleinement de la reprise des relations, en particulier des relations commerciales avec le Dord-Kalymen : le secteur de la mode de Naamiluvi a retrouvé sans bonne santé d'antan grâce aux achats massifs de pigments de couleur réalisés à Kaltera. De même la population de Kalenir, après une période de stagnation autour de 150 000 âmes, a recommencé à grandir durant le dernier demi-siècle. Les fêtes et les expositions organisées dans la région sont, paraît-il, particulièrement somptueuses ces dernières années, afin d'éblouir les visiteurs et de démontrer l'importance de la satisfaction présente de l'individu.

e culte du Présent subit à l'heure actuelle deux mouvements différents, qui du reste affectent l'ensemble de l'Ar'Kalyven. La réouverture des frontières de l'Aÿnat suscite de nombreux départs vers ce pays de descendants des réfugiés venus s'installer vers 200 dans la région de Telania. Les anciens Aÿniens, fidèles du culte du Présent, avaient développé une interprétation propre du Présent (dite fataliste), considéré comme le seul aspect de la temporalité auquel les êtres vivants ont accès et donc comme le seul qui compte malgré les espoirs et les regrets. Il est probable que l'interprétation en vogue parmi cette communauté change en raison des récents évènements et que la Secte Fataliste perde beaucoup de ses membres.
Enfin le Mouvement Unitaire, commun aux trois cultes du Temps, se renforce depuis quelques décennies. Les derniers rebondissements que connaît le Dord-Kalymen provoquent depuis 1047 l'agitation des Unitaires, y compris au Dord-Kalyleg.



Extraits de L'Histoire de l'Ar'Kalyven, par Kal-Natsir de l'Université de Laiirna.