Le Prêtre du culte du Passé




Conditions d'admission comme apprenti


Pour devenir apprenti du culte du Passé, il est nécessaire de remplir un certain nombre de conditions. Il faut avant tout avoir plus de douze ans et avoir étudié dans un séminaire du Dord-Kalymen, des structures réservées aux élèves les plus prometteurs de la région à partir de huit ans, qui y poursuivent leurs études sous la houlette de prêtres du Passé chevronnés. Enfin, l'élève doit avoir passé avec succès les épreuves d'initiation proposées à la fin des études du séminaire, qui font la part belle à l'histoire de l'Ar'Kalyven et aux récits et légendes du culte du Passé. La qualité première attendue d'un apprenti étant la mémoire, c'est cela que les épreuves d'initiation jaugent en priorité.
Une fois les épreuves passées avec succès, le jeune apprenti doit quitter sa famille et sa région natale pour se rendre aux grands séminaires de Messevine ou de Kaltera : seules ces cités proposent en effet la formation aux apprentis. Ce déracinement n'est pas toujours aisé à vivre pour les plus jeunes mais les familles se réjouissent habituellement de la chance offerte à leur enfant.

L'apprentissage


L'apprentissage peut être relativement court, puisqu'il n'est pas rare qu'un neven le devienne après seulement une année comme apprenti. La durée moyenne tourne autour de quatre ou cinq années d'apprentissage, et un apprenti ne peut le rester plus de neuf années. En effet, l'apprenti doit absolument réussir les épreuves d'admission pour devenir neven. Il peut échouer deux fois à cet examen, et il peut demander à le passer à la fin de chaque année. Mais, s'il ne se présente pas à l'examen deux années de suite, il est alors tenu de le présenter à la fin de la troisième, sous peine d'être radié du culte.
L'apprentissage est une phase sélective et assez difficile, tant en raison des exigences que le culte a envers les apprentis que des conditions de l'apprentissage, loin de sa famille et coupé du monde. Les apprentis, en effet, sont consignés dans les grands séminaires la quasi intégralité de leur temps. Trente jours dans l'année, ils sont affectés à un temple de Messevine ou de Kaltera et y partagent la vie et le travail des serviteurs du culte : entretien des lieux de culte, nettoyage des communs, cuisine, etc. Ces périodes visent à enseigner l'humilité aux apprentis et à leur faire connaître la vie dans un temple pour les profanes. Il est d'ailleurs à noter que nombreux sont les apprentis qui, après avoir échoué aux épreuves d'admission, deviennent de simples serviteurs dans un temple.
En dehors de ces périodes au sein d'un temple, les apprentis suivent des cours très théoriques, à la fois sur l'histoire du Dord-Kalymen et sur les fondements théologiques du culte. La philosophie de l'histoire et du Temps est enseignée à ce moment-là aux élèves. Le niveau d'abstraction requis des apprentis est élevé, ce qui explique qu'il faille à la plupart plusieurs années avant de réussir les épreuves d'admission.
Ces dernières s'effectuent tous les ans, et consistent en des épreuves écrites testant la mémoire encyclopédique des étudiants et en des épreuves orales permettant de manifester sa connaissance du culte, devant un jury composé de prêtres. Traditionnellement, le jury est supervisé par un Kan'da, qui change chaque année. Cela permet aux hauts membres du clergé de repérer précocement les neven les plus prometteurs et de les prendre en charge le plus tôt possible.

Vie et rôle du neven


Le neven est un prêtre novice, qui a réussi les épreuves d'admission mais qui doit encore faire ses preuves avant de pouvoir devenir kan-envet, ou prêtre aspirant. La vie d'un neven est à la fois plus dure et plus douce que celle d'un apprenti.
Le neven n'est plus consigné à l'intérieur du grand séminaire, il est désormais plus fréquemment en contact avec la population : lors de certaines phases du noviciat, il est par exemple chargé de dispenser l'enseignement de base aux enfants du Dord-Kalymen. Il est également envoyé pour de courtes périodes auprès de prêtres officiant, en variant les postes et les responsabilités afin de lui permettre d'acquérir une vision globale des différents rôles des prêtres et du caractère essentiel de chaque tâche.
Le neven est également astreint à poursuivre sa formation théorique. Il étudie toujours l'histoire, englobant à ce stade les pays voisins de l'Ar'Kalyven, et approfondit sa connaissance du culte du Passé. Il apprend petit à petit à rédiger de vastes synthèses et peut être amené à collaborer avec des prêtres érudits (le neven est alors considéré comme un aide, il cherche les références et les compile pour le compte du prêtre).
Le noviciat permet donc au neven d'acquérir des qualités considérées comme nécessaires pour tous les prêtres du Passé : être capable de transmettre un savoir, connaître la population et les rites, organiser des synthèses et effectuer des recherches.
Lorsqu'il est en période de formation théorique, le neven loge dans l'un des deux grands séminaires, à Messevine ou à Kaltera. Généralement, le noviciat se déroule dans le grand séminaire où ne s'est pas déroulé la période d'apprentissage. Le neven est plus libre de ses mouvements et dispose d'une soirée libre toutes les semaines. Il est cependant assez mal vu par les prêtres chargés de la formation de se rendre dans des lieux profanes : les bibliothèques ou les temples sont donc des destinations de choix.
Au terme de trois années de noviciat, le neven peut demander à passer les épreuves d'acceptation, qui permettent de devenir aspirant. Ces épreuves se déroulent chaque année et s'étalent sur dix jours entiers, mêlant épreuves théoriques et pratiques au cours desquelles le neven montre qu'il a acquis des savoirs et des savoir-faire qui font de lui un futur prêtre crédible. Le neven est libre de se présenter aux sessions d'examen de son choix : il peut, s'il le désire, attendre dix ou vingt années. La seule condition est d'attendre au moins trois ans. En cas d'échec, il peut représenter l'examen à sa guise, jusqu'à avoir échoué trois fois : le neven qui a connu trois échecs ne peut plus tenter les épreuves d'acceptation et reste à ce rang tout le restant de son existence - il reste donc membre du clergé du Passé, bien qu'à un rang inférieur.

Vie et rôle du kan-envet


Après avoir réussi les épreuves d'acceptation, l'étudiant entre dans la dernière phase de son apprentissage en devenant kan-envet, ou aspirant. Le kan-envet est en réalité très proche d'un prêtre de plein droit : il ne lui manque que l'expérience, acquise lors des cinq ans minimum d'aspiration, et les connaissances spécifiques requises pour accéder à un poste particulier. En effet, selon les désirs du kan-envet, il peut orienter sa formation dans une direction ou une autre. Il peut par exemple suivre un enseignement théorique d'histoire et de théologie poussé à l'université de Messevine, en particulier s'il compte devenir kan-lugam, kan-sor, voire Chronomancien.
Une formation générale demeure cependant au centre de ces années. Le kan-envet, quel que soit l'ordre qu'il désire rejoindre, doit ainsi suivre des séminaires tous les trois mois dans le temple majeur le plus proche. Ils sont reçus par le kan'da qui se charge lui-même des enseignements, ce qui lui permet de jauger les progrès et les capacités des kan-envet qui, pour l'essentiel, rejoindront son clergé par la suite. C'est d'ailleurs lors de ces séminaires qu'un kan-envet peut faire part de son désir de tenter les épreuves d'intégration, s'il dispose d'au moins cinq ans d'ancienneté ; le kan'da peut lui refuser ce passage s'il juge que l'aspirant n'est pas prêt, mais un tel refus est rarissime (les kan-envet désirant passer les épreuves après seulement cinq années sont toutefois également rares).
L'essentiel du temps du kan-envet est cependant occupé par une formation pratique, dans le but de lui permettre de montrer qu'il dispose des compétences nécessaires pour s'occuper d'un temple. Le kan-envet est donc chargé dans un premier temps d'assister un prêtre au cours des cérémonies ; des tâches annexes lui sont déléguées, variables selon les situations (l'enseignement dans les grands séminaires, l'archivage…).
Lorsque le Kan'da responsable estime qu'un kan-envet a prouvé qu'il possède maintes qualités, il est d'usage qu'il nomme ce dernier remplaçant d'un prêtre de plein droit dans un village - en cas de décès, de promotion ou de départ pour d'autres horizons du prêtre concerné. Sans superviseur au quotidien, le kan-envet fait alors montre de l'étendue de ses capacités.

Devenir prêtre à part entière


Les épreuves d'intégration au culte consistent en une épreuve écrite de synthèse historique et théologique et en une série d'épreuves orales au cours desquelles est testée la maîtrise des rituels et des concepts du culte de l'aspirant. La Présentation à Kaly clôture les épreuves. Ces épreuves se déroulent à Messevine et sont individuelles : lorsqu'un kan-envet se présente muni de la recommandation de son kan'da de référence, un jury est réuni, composé de kan'da et de kan'envy. Pour les kan-envet particulièrement prometteurs, repérés depuis plusieurs années, un Kalylingen peut faire partie du jury.
Le kan-envet devant avoir l'approbation de son kan'da pour se présenter à Messevine, il est rare qu'un aspirant échoue à cet examen : tant qu'il n'est pas jugé apte, il ne peut le présenter. En cas d'échec, le kan-envet doit effectuer à nouveau cinq années d'aspiration avant de pouvoir se représenter devant un jury.
Une fois l'épreuve réussie, le prêtre est intronisé par un Kalylingen, puis est nommé à un poste.



Hiérarchie du culte du Passé


e culte du Passé est fortement hiérarchisé : le culte est organisé en différents niveaux de pouvoir et de responsabilités, dans un ordre supposé immuable et éternel. La structure du clergé est en effet théoriquement un héritage de la reine fondatrice, Parsane. En réalité, des évolutions majeures ont eu lieu depuis (ne serait-ce que l'importance majeure acquise par les Kalylingen), mais le culte a tendance à occulter ce genre de faits.
Le respect des traditions, poussé à son extrême dans le culte du Passé, implique donc celui de la hiérarchie et un sens aigu de l'obéissance. Il est inconcevable, dans le culte du Passé, qu'un ordre venant d'un supérieur ne soit pas immédiatement exécuté par un subordonné, que celui-ci soit ou non censément sous les ordres du premier. Depuis le début du règne de la reine Hersdane, de nombreux dilemmes moraux se posent donc à l'ensemble des membres de la hiérarchie religieuse au sein de laquelle toutes les lignes sont en recomposition.

Apprenti

Etudiant, le plus souvent jeune (les apprentis sont acceptés à partir de l'âge de douze ans), qui a réussi les épreuves d'initiation dans un séminaire et qui poursuit un cursus dont la finalité est l'intégration dans le corps des prêtres. La formation se déroule dans les grands séminaires de Messevine ou de Kaltera uniquement. Les apprentis suivent des cours théoriques qui portent essentiellement sur l'histoire du Dord-Kalymen ; les rudiments théologiques du culte sont également abordés.
Cette formation dure au mieux un an et il n'est pas rare qu'un apprenti le demeure de nombreuses années (jusqu'à neuf), la quantité de connaissances à acquérir et à maîtriser étant importante. Cette phase est également très sélective : moins d'un apprenti sur quatre réussit à passer les épreuves d'admission. L'apprenti peut solliciter à la fin de chaque année un examen. Mais cette demande doit être mûrement réfléchie : trois échecs aux épreuves d'admission entraînent la radiation du culte. Si un apprenti ne demande pas d'examen au bout de trois ans, celui-ci est automatique.

Neven

Prêtre novice, il a réussi les épreuves d'admission proposées aux apprentis mais doit poursuivre sa formation avant de devenir kan-envet. L'enseignement qu'il suit est à la fois théorique et pratique. Sur le plan théorique, il étudie l'histoire de l'Ar'Kalyven et des pays proches et il apprend les fondements du culte du Passé ainsi que ses traditions les plus importantes. Sur le plan pratique, il est mis en contact avec des prêtres officiant et partage leur vie durant de courtes périodes. Le neven acquiert des responsabilités, puisqu'il est chargé de dispenser des cours aux enfants du Dord-Kalymen. Il apprend ainsi à développer des qualités de transmission jugées fondamentales pour un prêtre du Passé.
Le neven peut demander à passer les épreuves d'acceptation au bout de trois années de noviciat. Les épreuves ont lieu chaque année, dans les temples majeurs du Passé. L'échec est toléré trois fois : le troisième implique que le neven restera à ce niveau dans le culte toute son existence.

Kan-envet

Aspirant prêtre, rang atteint par un neven qui a réussi les épreuves d'acceptation. Le kan-envet suit un enseignement théorique de théologie et d'histoire, plus poussé que celui des neven et élargi désormais à l'ensemble d'Oneira. Cet enseignement peut être suivi à l'Université des Temps Jadis de Messevine, sans que cela soit une obligation. Mais l'essentiel de la formation est pratique : il doit faire la preuve de ses compétences en tant que prêtre du culte, donc responsable d'un groupe humain. Le kan-envet peut assister un prêtre dans les cérémonies voire, pour les plus proches de passer les épreuves d'intégration, remplacer un prêtre dans un village qui en manque. Il peut également être chargé de cours dans les grands séminaires, à destination des apprentis.
Les kan-envet d'une région du culte sont réunis tous les trois mois par le kan'da du temple majeur le plus proche pour suivre un séminaire de quelques jours. Ils peuvent à cette occasion, s'ils ont cinq ans d'ancienneté comme kan-envet au moins, présenter leur désir de passer les épreuves d'intégration qui se déroulent à Messevine.

Le prêtre, kan

Ossature du clergé du Passé, il a réussi les épreuves d'intégration auxquels sont soumis les kan-envet. Il a été intronisé par un Kalylingen en personne à Messevine puis a été affecté à un poste qui lui est propre, soit dans un temple sous la direction d'un kan'envy ou d'un kan'da, soit dans un village. Il s'occupe de célébrer les cérémonies du culte, de rappeler les fondements du culte aux âmes dont il a la charge, d'éduquer les enfants et d'apporter les soins de base aux malades et aux blessés.
Il peut demander à tout moment de sa vie à reprendre ses études (en vue de devenir Chronomancien, par exemple) ou une formation spécialisée pour obtenir des responsabilités au sein d'un temple.
Il existe plusieurs groupes distincts de prêtres :
Le kan-kyma vit dans un village déterminé, auquel il a été attaché. Il est le seul prêtre des environs. Il est polyvalent.
Le kan'netrien ou prêtre itinérant se déplace et rend visite aux villages ou aux hameaux dépourvus de prêtre fixe. Il est polyvalent.
Le num-kan est un prêtre spécialisé dans la guérison. Il peut être attaché à un temple ou se déplacer de village en village (il se rapproche alors d'un kan'netrien).
Le kan-selm est rattaché à un temple dans lequel il occupe une place définie par le supérieur. Ses attributions sont précises (enseignement, cérémonies, soins, assistance, copie, écriture…).

Kan-dinis

"Prêtre de la monnaie" chargé, au sein d'un temple, de l'intendance. Un temple mineur n'a généralement qu'un kan-dinis secondé par quelques kan-envet ou neven, tandis qu'un temple majeur peut en avoir un petit bataillon (dans ce cas, les intendants se répartissent les tâches). Les kan-dinis gèrent les finances des temples, veillent à ce que rien ne manque pour l'exercice du culte, répartissent les tâches quotidiennes effectuées par les apprentis (entretien des bâtiments, travail en cuisine, tâches ménagères diverses…), etc. Ils sont un rouage essentiel des temples du culte du Passé, bien que souvent ignorés et méprisés par les prêtres qui considèrent leurs attributions comme avilissantes - leur avis changeant bien souvent dès qu'ils s'aperçoivent qu'ils ont besoin de quelque chose.

Kan-sor

Prêtre chargé de l'écriture, c'est-à-dire de consigner les faits marquants dignes d'être transmis ensuite aux Chnoromanciens en vue d'être intégrés au Grand Livre du Passé. Le kan-sor fait donc office de secrétaire lors de certaines cérémonies quotidiennes (l'Inscription des Faits Marquants). Dans les temples mineurs de faible importance, il est généralement le collaborateur le plus proche du kan'envy, faisant office de secrétaire particulier. Dans les temples plus imposants, le kan'envy dispose d'un personnel spécifique et le kan-sor supervise le travail de ce personnel ; il copie aussi des documents pour les transmettre à d'autres temples. Les temples majeurs disposent quant à eux de nombreux kan-Sor qui effectuent d'importants travaux de copie d'ouvrages anciens.

Kan-onea

Prêtre célébrant, chargé de diriger les cérémonies cultuelles au sein d'un temple. Un temple mineur n'en compte pas toujours puisqu'un prêtre sur dix environ est kan-onea (dans les temples uniquement). Un kan-onea peut parfois remplacer le kan'envy dans les célébrations quotidiennes, si son supérieur n'a pas de temps à y consacrer. Les kan-onea sont également les assistants du kan'envy lors des cérémonies annuelles.

Kan'esote

Initialement, le kan'esote est un prêtre initié aux arcanes du culte, donc capable d'utiliser des mots de pouvoir rituels et des sortilèges ; un kan'esote est donc un prêtre de rang supérieur, dont les attributions dépassent le service du culte usuel. C'est pourquoi les kan'esote ont eu tendance à se regrouper dans l'entourage des Kalylingen (Maîtres du Souvenir) qui maîtrisaient le mieux les arcanes du Passé. Progressivement une double évolution s'est affirmée : d'une part, la transmission des arcanes est passée sous monopole des Kalylingen (à l'exception des arcanes propres aux Chronomanciens, qui devaient cependant se rapprocher des Maîtres du Souvenir pour une partie de leur formation), tandis que le terme de kan'esote s'est généralisé à l'ensemble des prêtres oeuvrant dans l'entourage d'un Kalylingen.
Aujourd'hui, un kan'esote est donc de manière certaine un prêtre de rang élevé qui évolue dans le cercle d'un Kalylingen, ce qui lui confère un poids plus important que son grade ne le laisse entendre. Un kan'esote se rendant dans un temple mineur est théoriquement sous les ordres du kan'envy local mais, dans les faits, un kan'envy prendra garde à ne pas brusquer son visiteur, à moins qu'il n'ait envie de voir sa carrière stoppée rapidement. En revanche il n'est plus rare de croiser des kan'envy sans réelles capacités en matière d'arcanes du culte.

Kan'envy

Un prêtre de rang supérieur, qui dirige un temple contenant moins de cinquante prêtres ordonnés (kan ou assimilés). Plus le temple est important, plus le kan'envy doit consacrer de temps à ses fonctions administratives, au détriment des fonctions cultuelles. Le kan'envy dirige normalement plusieurs cérémonies quotidiennes (en particulier l'Inscription des Faits Marquants et la Lecture de la Tradition), mais ce rôle tend à être délégué régulièrement à un kan-onea dès que la gestion du temple devient une tâche plus lourde, accaparant l'attention du supérieur.

Chronomancien

Un Chronomancien a un rang légèrement supérieur à celui de kan'esote mais appartient à une hiérarchie différente. En effet les Chronomanciens appartiennent à un ordre spécifique, fondé par la reine Parsane et voué à l'écriture du Grand Livre du Passé et, de manière plus large, à la préservation de la mémoire des faits anciens. Ils ont suivi des études longues à l'Université des Temps Jadis de Messevine, qui se sont achevées par la rédaction de la Trace, un ouvrage à la fois historique et théologique apportant de nouveaux éclairages sur la compréhension d'un aspect du Passé.
Les Chronomanciens ne sont pas attachés à un temple en particulier. Leurs obligations les pousse au contraire à changer très souvent de paysage, voire dans certains cas à quitter le pays, lorsqu'ils cherchent à retrouver des traces d'évènements particuliers. Le clergé du Passé est donc en réalité connu hors de l'Ar'Kalyven essentiellement à travers le prisme des Chronomanciens, ce qui induit un certain nombre de représentations erronées : tous les prêtres du Passé ne sont pas érudits, obnubilés par la quête du savoir historique, pour qui seuls ce qui a été a de l'importance.
Les Chronomanciens ne sont pas tenus d'obéir à un membre du clergé traditionnel, y compris aux Kalylingen. Cependant un Chronomancien qui, pour ses recherches, se rend dans un temple spécifique est tenu par la tradition de respecter l'autorité du prêtre en charge dudit temple et de se comporter comme s'il n'était qu'un simple prêtre, en respectant l'ensemble des règles existantes.

Em-kan

Prêtre érudit, versé dans la connaissance de la tradition du culte du Passé, il est capable de juger les conflits et les litiges entre les membres du culte, y compris lorsqu'un kan'envy, un kan'esote, un Chronomancien et même, dans certains cas, un kan'da sont impliqués. Les em-kan sont peu nombreux et sont directement rattachés au Chevalier des Temps Anciens. Il faut avoir effectué un service d'au moins dix ans en tant que kan-lugam dans un temple majeur ou d'au moins quinze ans comme kan'envy ou d'au moins vingt ans comme kan-lugam dans un temple mineur pour devenir em-kan.

Kan'da

Un kan'da (grand prêtre) dirige un temple majeur ou supervise les prêtres d'une région. Il a, sous ses ordres, de nombreux prêtres, aspirants et novices. Les kan'da forment l'ossature du culte du Passé et leur nombre évolue très peu : les limites des régions cultuelles sont fixées, et il faut la création d'une nouvelle région (pour des raisons démographiques généralement) ou la fondation d'un temple majeur pour qu'un nouveau poste de kan'da apparaisse. Quasiment inexpugnables de leur position, ils sont nommés par le Chevalier des Temps Anciens sur proposition du Petit Conclave (la réunion des Kalylingen) et après ratification du Grand Conclave (la réunion des kan'da).
Il semblait acquis par la pratique ancienne qu'un kan'da ne pouvait être déposé et le restait jusqu'à sa mort ou jusqu'à sa promotion, voire sa démission (le cas est loin d'être rare, et elles n'ont pas toutes été spontanées…), mais cette coutume tend à s'effacer face à la crise que traverse actuellement le culte, confronté à la personnalité de la reine Hersdane. Les kan'da sont généralement assez âgés lors de leurs prises de fonctions, le culte ayant tendance naturellement à promouvoir des anciens, mais il est arrivé qu'un prêtre devienne kan'da très tôt, souvent pour des raisons de politique interne au culte.
Les Chronomanciens ne peuvent pas devenir kan'da, dans la mesure où ils appartiennent à une hiérarchie parallèle. En revanche, les kan'da sont assez souvent passés par le service d'un Kalylingen comme kan'esote, leur patron poussant ses clients à des postés-clés qui lui donneront un avantage dans les jeux de pouvoir permanents au sein du culte. Cela explique une politisation très forte de ce corps et une ambition partagée par la quasi-totalité des kan'da. Nombre de kan'da sont cependant parfaitement capables ; de même, l'ambition personnelle n'exclut pas une grande connaissance et une grande piété (ce qui vient également du fait que les kan'da ne venant pas du corps des kan'esote étaient précédemment kan'envy).
Les kan'da sont les acteurs majeurs de diverses cérémonies du culte. Ils ont accès à des sorts de rang supérieur que les kan'esote ne peuvent pas apprendre.

Kalylingen (maître du Souvenir)

Les Kalylingen constituent l'élite du clergé du Passé. Peu nombreux, entre une demi-douzaine et une douzaine le plus souvent, ils sont nommés par le Chevalier des Temps Anciens, théoriquement avec l'accord du souverain de l'Ar'Kalyven ; dans les faits, les reines n'ont pas eu leur mot à dire depuis le règne de Dersane, mais la crise actuelle tend à redistribuer les cartes. C'est également depuis le règne de la reine Dersane que les Kalylingen ont acquis une importance capitale au sein du culte, qu'ils n'avaient pas de manière aussi accentuée auparavant.
Le titre de Kalylingen se superpose à une fonction qui continue d'être exercée : nombre de Kalylingen sont en même temps kan'da, ce qui n'est pas étonnant puisqu'il s'agit de la fonction la plus importante du clergé. D'autres ont parfois été em-kan. Il arrive qu'un kan'envy devienne Kalylingen ; en revanche, un prêtre occupant un poste inférieur a très rarement été nommé Kalylingen (une dizaine de cas sont connus de simples prêtres distingués pour leurs exceptionnelles qualités ou leurs capacités d'intrigue exceptionnelles, comme Mer'Eni, époux de Dersane). Il faut noter que les Chronomanciens ne peuvent pas être nommés Kalylingen mais que le Gardien des Traditions a un rang à peu près équivalent, à vrai dire à peine supérieur.
Les Kalylingen n'ont donc pas de fonction spécifique : ils conservent leur rôle antérieur et peuvent obtenir un poste plus important (un kan'envy nommé Kalylingen peut très bien devenir kan'da, ou changer de temple, etc.). Leur rôle est cependant loin d'être honorifique, pour deux raisons.
Les Kalylingen sont d'abord, et avant tout, les prêtres du culte qui ont accès aux Mystères Archaïques, c'est-à-dire aux arcanes suprêmes du culte. Ce sont les seuls membres du clergé à pouvoir manier certains sorts de très haut niveau, et également les seuls à pouvoir enseigner les arcanes du culte aux kan'esote - hormis les arcanes des Chronomanciens.
En second lieu, les Kalylingen se réunissent régulièrement (le Petit Conclave) pour des raisons diverses et variées. Ce sont eux qui proposent des noms au Chevalier des Temps Anciens pour les nominations de kan'da, eux également qui élisent le Chevalier des Temps Anciens depuis le règne de Dersane. Progressivement, le Petit Conclave est devenu l'instance de décision habituelle du culte, présidé par le Chevalier des Temps Anciens ou, en l'absence de celui-ci, par le doyen des Kalylingen.

Gardien des Traditions

Dirigeant de l'ordre des Chronomanciens, il ne s'incline que devant le Chevalier des Temps Anciens. Membre de droit du Petit Conclave, il participe donc à la direction des affaires du culte. Bien que les Chronomanciens soient très rarement issus de l'entourage des Kalylingen (kan'esote), le Gardien des Traditions est initié aux Mystères Archaïques ; d'après les rumeurs, il aurait d'ailleurs accès à des arcanes spécifiques que ne maîtrisent ni ne connaissent les Kalylingen.
Le Gardien des Traditions vit dans le Palais des Traditions de Messevine situé en face de l'Université des Temps Jadis. Il ne quitte cette cité que pour des affaires de la plus grande importance ou pour les questions de politique interne au culte. Le Gardien des Traditions ne dirige pas l'Université mais surveille son évolution : le Recteur est en effet immanquablement choisi parmi les Chronomanciens de son entourage.
Le Gardien des Traditions est élu tous les dix ans par l'ensemble des Chronomanciens réunis en assemblée, à bulletins secrets. Un Gardien ne peut exercer sa charge plus de trois mandats. Tout Chronomancien ayant plus de dix années d'ancienneté peut présenter sa candidature. Il n'est pas rare qu'un Gardien sortant soit battu par un autre candidat.

Chevalier des Temps Anciens

Plus haut dignitaire du culte du Passé, il est choisi par l'ensemble des kan'da réunis dans le Grand Conclave parmi une liste de nom proposée par les Kalylingen réunis dans le Petit Conclave. Il peut être choisi parmi n'importe quel corps du clergé du Passé : il n'y a pas de carrière obligatoire ou de postes clefs qu'il faut avoir occupés. Rien ne s'oppose à ce qu'un simple prêtre devienne Chevalier des Temps Anciens, le cas s'est d'ailleurs produit. Un Chevalier des Temps Anciens est normalement nommé à vie et ne peut être destitué, mais les évolutions en cours au Dord-Kalymen ont abouti à une rupture sans précédent lorsque la reine Hersdane a fait démettre Kan-Jiuln peu après son couronnement.
Selon les époques et surtout depuis le règne de Dersane, le Chevalier des Temps Anciens a pu concentrer un grand pouvoir, dirigeant de fait le Dord-Kalymen, ou au contraire n'a été qu'une marionnette des Kalylingen et du Petit Conclave. Dans ce dernier cas, le Chevalier des Temps Anciens se borne à célébrer les cérémonies les plus importantes et à occuper le premier rang protocolaire, les décisions réelles étant prises par d'autres. Il possède pourtant des attributions importantes dans l'absolu, puisque c'est lui qui nomme les kan'da et qu'il peut préciser certains points en matière de théologie (c'est-à-dire, concrètement, modifier la doctrine du culte).
Le poste est soumis à d'importantes pressions politiques, tant au niveau du choix de l'heureux élu que dans sa direction des affaires du culte. Ces pressions se sont exacerbées au cours de la dernière période en raison du conflit ouvert et particulièrement violent entre la reine de l'Ar'Kalyven, Hersdane, et la faction traditionnaliste du culte du Passé.
Le Chevalier des Temps Anciens vit dans le Sanctuaire du Passé de Messevine, dans lequel les Kalylingen ont leurs bureaux et dans lequel le Petit Conclave se réunit.