Le culte de l'Ombre




Tre'Nera'Kar, dieu  trois faces, par SLo.

Apprentissage de l'Aspirant


Le Culte de l'Ombre accueille les enfants très tôt, afin de pouvoir développer au maximum les potentialités de leur esprit.
Chaque enfant est pris en charge par une sorte de professeur "référent", qui s'occupe plus particulièrement de lui.
Les enfants suivent à la fois un entraînement physique, pour apprendre à maîtriser leur corps et la douleur; un enseignement intellectuel, axé sur les sciences, la médecine, l'histoire et la géographie ; ainsi qu'une initiation spirituelle, grâce à laquelle ils apprennent à développer et à contrôler les ressources insoupçonnées de leur esprit.
Les enfants sont également chargés, avec les Initiés novices, d'entretenir la propreté des différents lieux qui composent le Temple de l'Ombre, ainsi que d'une multitude de petites tâches pour aider les Initiés confirmés.

Epreuves de l'Ombre


Arrivés à l'âge adulte, les jeune Aspirants doivent subir différentes épreuves afin d'intégrer les rangs des Initiés. Ces épreuves ont lieu une fois par an, avant le Solstice d'Hiver :
Première épreuve : rester trois jours enfermé dans la pénombre, sans manger ni dormir, pour purifier le corps et tester la volonté de l'Aspirant.
Deuxième épreuve : affamé, physiquement diminué, l'Aspirant doit résister aux attaques télépathiques que lui assènent trois Maîtres, puis contrer leurs barrières mentales pour projeter une image choisie dans leur esprit.
Troisième épreuve : après avoir absorbé le Mularepyrem, un breuvage toxique, qui le plonge dans une semi inconscience agitée, peuplée de cauchemar, l'Aspirant doit parvenir à contrôler sa peur, puis à faire refluer les effets du breuvage et se réveiller.
Il s'agit d'épreuves extrêmement éprouvantes, tant pour le corps que l'esprit, mais rares sont ceux qui y échouent, les enfants étant élevés dès leur plus jeune âge en vue d'être capable de réussir de telles épreuves.
Il est possible de repasser ces différentes épreuves d'une année sur l'autre.

Apprentissage de l'Initié


Une fois les épreuves de l'Ombre réussies, l'Aspirant devient l'assistant d'un Grand Prêtre, d'un Eg'gen ou d'un Vayalean'daa, suivant ses aptitudes et ses inclinations. Il lui sera alors possible d'évoluer dans la hiérarchie du Culte en fonction de ses talents.

Sorts et apanages


Le Culte de l'Ombre ne manipule pas la magie (à ce titre, il n'y a pas de neven dans le culte de l'Ombre). Il n'existe donc pas de sorts ni d'apanages spécifiques au Culte de l'Ombre. Ce culte utilise les potentialités de l'esprit humain et s'efforce de les développer jusqu'à leur paroxysme.
Mémoire sans limite.
Affinement des perceptions, et notamment, développement de la nyctalopie.
Lecture des pensées (par "lecture des pensées", on entendra la capacité de saisir et d'analyser correctement les sentiments éprouvés par autrui, ses tergiversations, ses débats intérieurs, ses envies, ses desseins, ses motivations. Ce que l'on nomme ici "lecture des pensées" est donc en fait une perception extraordinairement fine et fiable de la psychologie d'autrui, ce qui permet d'anticiper partiellement ses agissements).
Empathie (permet de saisir les états d'âme d'un individu ou d'un groupe d'individus, et de ressentir tout ce qu'il(s) ressent(ent)). En théorie, les Initiés du Culte de l'Ombre sont aussi capables de ressentir le vécu des lieux ou des objets, de reconnaître l'empreinte de certains événements très importants, etc...)
Télépathie (à courte distance, de visu).
Manipulation (consiste à influencer le comportement de l'autre en agissant sur son esprit).
Projection (consiste à se projeter par l'esprit dans un lieu donné). La projection permet d'entrevoir par bribe ce qui se passe ailleurs, et de ressentir, sous la forme de "flash" émotionnels un peu décousus, les sentiments des protagonistes, mais pas d'entendre les paroles échangées. Il est également impossible de se projeter dans des lieux protégés par une barrière magique, de quelque sorte qu'elle soit.

Hiérarchie du culte


1 - Les Non-initiés (simples adeptes du culte)
2 - Les Aspirants
3 - Les Initiés (esote), qui se composent de trois classes : les Prêtres du Culte, les Alchimistes et les "Vayalean".
Les Prêtres du Culte sont les membres du Culte les plus proches du peuple et les plus actifs dans la cité. Il sont chargés d'animer le temple. Ils accueillent les fidèles, donnent les offices en l'honneur de Tre'Nera'Kar, et organisent les fêtes du culte. Ils jouent également le rôle de guérisseurs et d'accoucheurs. Ils accompagnent les mourants et célèbrent les enterrements, ainsi que les unions. L'étagement hiérarchique des Prêtres du Culte est le suivant :
les Prêtres novices
les Prêtres confirmés
les Grands Prêtres
le Maître du Culte
Les Alchimistes passent leur temps à étudier, faire des expériences et mettre des théories au point :
Les Vayalean (ceux qui méditent)passent leurs journées à prier, méditer, ainsi qu'à développer leurs pouvoirs psychiques. Ils ne sortent qu'exceptionnellement du cloître, hormis lorsque l'on a besoin de leurs talents ou de leur enseignement.
Au dessus d'eux, on trouve :
4 - Les Kan'envy-mulare, les Hauts Prêtres de l'Ombre,
5 - Les Kan'envy-mulare-up, les Très Hauts Prêtres de l'Ombre.
6 - Noron est le Gen'omlin-mulare, le Maître Absolu de l'Ombre, qui supervise tout le Culte et le représente en Illéranyne.

Hirarchie du culte de l'Ombre.

Structure du temple


Les Temples de l'Ombre sont des complexes souvent assez étendus, composés de quatre grandes ailes :
Le dortoir des Aspirants, les salles d'entraînement et d'enseignement, qui composent l'une des ailes des Temples de l'Ombre.
Le Temple lui-même. C'est là que se déroulent les célébrations, et qu'officient les prêtres. Y sont attenants les dortoirs des Prêtres novices, des Prêtres confirmés et des Grands Prêtres.
Le Laboratoire, dans lequel travaillent les Alchimistes. Avec des dortoirs pour des Aides Alchimistes, les Maîtres Alchimistes et les Professeurs.
Le Cloître, doté de fenêtres hautes et étroites, qui permettent d'obtenir une lumière naturelle indirecte, atténuée et uniforme. Les Vayalean ne le quittent jamais. Avec les dortoirs des Vayalean novices, des Vayalean Expérimentés et des Grands Vayalean.
Au centre de la cour, on trouve les appartements du Maître du Culte, du Détenteur du Savoir Absolu et du Haut Vayalean ; et dans les Temples les plus importants, on y trouve aussi les demeures des Kan'envy-mulare et des Kan'envy-mulare-up.
Les Temples de l'Ombre comprennent également un niveau souterrain, comprenant de nombreuses salles, dans lesquelles se déroulent les épreuves de l'Ombre, dans lesquelles sont enfermés ceux qui doivent faire pénitence, ou ceux qui veulent se recueillir dans la pénombre.

Réglement du Temple


La vie que l'on mène au Temple de l'Ombre est ascétique et très disciplinée.
Le respect de la hiérarchie est fondamental au sein du Culte. Chacun doit le plus grand respect pour son supérieur, ce qui n'est pas forcément vrai en sens inverse.
Tous doivent s'appliquer à remplir aussi bien que possible les tâches qui leur sont imparties, sous peine de sanction.
Chaque jour, chacun des membres du Culte doit purifier son corps par des ablutions minutieuses.
Trois célébrations du culte quotidiennes sont données en l'honneur de Tre'Nera'Kar : au crépuscule, au milieu de la nuit et avant l'aube. Les Aspirants célèbrent Tre'Nera'Kar, les Prêtres et les Vayalean célèbrent Oatar, et les Alchimistes Téniris et Lorr'Bok.
Huit fois par an, chaque membre doit observer huit jours de jeûne.
Il est également vivement conseillé de respecter une chasteté parfaite, afin de préserver ses énergies mentales. Néanmoins, le sexe n'est pas formellement interdit. Il peut même être conseillé en cas de surtension mentale.

Calendrier des fêtes et événements


Fête de la Lune Noire (à chaque nouvelle lune).
Fête de la Nuit Dominante (à chaque solstice d'hiver).
Fête des éclipses (à chaque éclipse de lune ou de soleil).

Lieux de pèlerinage


Le culte de l'Ombre ne possède pas de véritables lieux de pèlerinage (seulement quelques lieux isolés, où tout adepte pourra venir se recueillir) et ce parce que tout voyage initiatique ou spirituel doit être intérieur. Un adage du Culte dit d'ailleurs à ce sujet : "Ton esprit est ton temple, et ton esprit est plus vaste que le monde au dehors. Tu as en toi tous les chemins sur lesquels ton corps pourrait errer."

Histoire du culte


A la source du Culte de l'Ombre se trouve le culte d'un dieu secondaire, extrêmement ancien: Nerealokar, dieu de tout ce qui échappe à l'homme, et notamment de tous les malheurs contre lequel l'homme est impuissant (mort, catastrophes naturelles, coups du sort...). En Ar'Nok, on honorait Nerealokar avec crainte et ferveur, afin d'être épargné. Certains prêtres du Culte de Nerealokar, que l'on pourrait qualifier de dissidents, déclarèrent que tous les mystères que régentait le dieu étaient potentiellement compréhensibles et qu'ils constituaient un défi pour l'intelligence humaine. Les prêtres en question, Atsadar, Reniki, Adornak, Batsapol et Dénéroh, furent très vite exclus du culte. Mais ils firent école, et un nouveau culte se développa. Ce dernier prit même le pas sur l'ancien et lui survécut. Dans ce nouveau culte, Nerealokar revêtit une symbolique nouvelle et ne tarda pas à se scinder en trois entités, représentant chacun un aspect de la connaissance.
En l'an 0, une furieuse bataille opposa les prêtres du Culte de l'Ombre, associés aux mages nokiens, aux prêtres du Culte des Ténèbres, soutenus pas les mages d'Ar'Thard. A la tête du Culte de l'Ombre se trouvait le puissant Darmaken, le Chien de Dar. A la tête du Culte des Ténèbres, il y avait le redoutable Mulargonam. L'affrontement fut terrible, et il se solda par une gigantesque explosion magique, qui ravagea toute la partie Ouest de l'Ar'Nok et fit se replier la Snedanlay sur elle-même, entraînant des tremblements de terre meurtriers à l'Est du pays. La grande majorité des membres du Culte de l'Ombre périrent dans la catastrophe. Seuls survécurent quelques prêtres, réfugiés au bord de la mer, qui avait refusé de se mêler au conflit. Ce sont eux qui assurèrent la renaissance du Culte de l'Ombre, après la tragédie de l'an 0. Sous la houlette du prêtre Braéliüs, vieillard sage et pacifique, le Culte fut réorganisé, afin d'empêcher qu'une telle catastrophe ne se reproduise. L'usage de la magie devint tabou au sein du Culte. L'on se concentra sur l'acquisition d'un savoir toujours plus vaste et plus complet, ainsi que sur le développement des potentialités de l'esprit.

Culte du peuple


Le Culte du peuple se retreint à la figure d'Oatar, l'obscur dieu des mystères et de l'insondable. Contrairement aux prêtres, enthousiasmés par la source de découvertes inépuisable que représente le dieu, le peuple, à la fois inquiet et fasciné, craint et révère Oatar.
Les nokiens assistent régulièrement aux célébrations du culte, prient Oatar et lui apportent en offrande des miches de pain gris dans lesquelles ils ont préalablement glissé une pièce de monnaie.

Idéologie et principes


Les huit préceptes de l'Ombre sont :
Supprimer tout ce qui distrait ou fatigue l'oeil et l'esprit : l'éclat des couleurs, les chatoiements de la lumière, les scintillements et les reflets trompeurs.
Pratiquer le jeûne et la méditation, pour éteindre les passions du coeur.
Arriver à l'impassibilité parfaite du corps et de l'âme, pour libérer la puissance de l'esprit.
S'imposer rigueur et discipline pour quelque tâche que ce soit.
Garder l'oeil de l'esprit toujours ouvert, sans se laisser divertir par les leurres et les illusions.
S'appliquer à comprendre tout ce qui gît dans l'ombre : les questions et les mystères.
Garder le coeur ferme et ne jamais céder à la peur. La peur n'est qu'une illusion qui aspire les forces de l'esprit.
Sonder les profondeurs de l'être et puiser dans ses incommensurables potentialités.

Divinités


Le Dieu que l'on honore dans le Culte de l'Ombre est un dieu étrange, sans équivalent en Oneira. Il s'agit de Tre'Nera'Kar (en Ikharian), ou Del-dena'panima (en Oneirien moderne): le dieu à trois faces.
Il se compose de :
Lorr'Bok, dieu de la mémoire, de la soif de connaissance, du savoir, des découvertes, et de l'Alchimie. On le représente comme un vieillard taciturne, à la longue barbe blanche, au regard sévère et au front plissé par l'effort intellectuel.
Téniris, dieu de l'inventivité, de l'ingéniosité, de la création et de la technique. C'est la face la plus avenante des trois. On le représente généralement comme un jeune homme blond, beau et bien fait, au regard malicieux, et aux lèvres légèrement retroussées par un sourire ambigu, car on ne sait jamais si ce qui va sortir de ses mains sera une invention révolutionnaire ou une farce, une invention qui apportera de grands bienfaits, ou qui provoquera mort et destruction.
Oatar : dieu de l'ombre, du mystère et de l'insondable. C'est la plus inquiétante, la plus énigmatique, mais aussi la plus fascinante des faces de Tre'Nera'Kar. On le représente comme un homme, dont le visage n'est qu'un trou noir dans la capuche de son long manteau sombre. Oatar est en fait la nouvelle identité de Nerealokar, que la population honorait bien avant que ne soit créé le Culte de l'Ombre.
Outre ses trois visages, l'autre grande spécificité de Tre'Nera'Kar est qu'il s'agit d'un dieu "intérieur", qui vit en chacun de ses adeptes et se partage entre eux. Il s'agit en fait d'une sorte d'allégorie sacrée de l'esprit humain.
Remarque essentielle : Le Culte de Tre'Nera'Kar, comme celui de Nerealokar avant lui, ne renie absolument pas Délomaque et les huit anciens Dieux. Le Culte de l'Ombre est en fait plus particulièrement axé sur les mystères du monde qu'ils ont crées.

Extraits de Auprès de Délomaque, par Kan-Belëdilë.

Signification des symboles


Front : Lorr'bok, le savoir.
Main droite : Téniris, l'ingéniosité, la technique.
Main gauche : domaine de l'affectif, des sentiments et des émotions.
Volute noire : Oatar, le mystère des choses et des êtres.
Paume ouverte d'où s'exhale une volute noire, couvée par un quart de cercle : emblème de Tre'Nera'Kar et du Culte de l'Ombre.
Un : connaissance, savoir.
Trois : équilibre, perfection. Association parfaite du corps, de l'intellect et de l'âme.
Quatre : ordre, rigueur, discipline.
Huit : purification.
Etoile : l'Absolu.

Signification des signes


On ne pratique pas l'art de la divination au sein du Culte de l'Ombre, et les seuls signes observés pour être interprétés ensuite le sont dans le cadre de recherches et d'expériences.

Prières et chants


Quelques considérations préliminaires : Si jadis, l'Ar'Nok a été une terre de légende, arpentée par maints bardes et maints ménestrels, la poésie n'y est plus guère en vogue aujourd'hui. Les nokiens, et les membres du culte en particulier, sont des gens austères, très pragmatiques, très prosaïques, que le lyrisme et les fioritures rebutent.
Formule qui s'accompagne du geste rituel : toucher son front du bout des doigts de sa main droite, présenter sa paume ouverte avec les doigts serrés, puis former une vague avec la main, de haut en bas (le geste rituel se fait de la main droite, car c'est la main "du mental, de l'esprit", contrairement à la main gauche, qui est celle "du coeur" ; dans le culte de L'Ombre, les capacités émotionnelles et affectives des êtres représentent plus un objet de méfiance et de dédain, qu'une aptitude humaine recherchée et valorisée) :
Je salue l'Ombre,
Je salue tout ce qui m'échappe et tout ce que je ne comprends pas
Encore,
Je salue le Dieu à Trois Faces :
A Lorr'Bok, je dédie mon front,
A Téniris je prête ma main,
A Oatar, je laisse le mystère de mon être.
Chant-prière du culte de l'Ombre, on le chante traditionnellement chaque soir au crépuscule, au moment où est célébré l'office dans les temples :
Dans l'obscurité,
Je marche sans peur.
L'ombre m'enveloppe comme un manteau.
Gloire à Tre'Nera'Kar !
Sur les chemins inconnus,
Je marche sans peur.
Mon esprit est mon guide.
Gloire à Tre'Nera'Kar !
Malgré la torture,
Je marche sans peur,
Car la douleur ne m'atteint pas.
Gloire à Tre'Nera'Kar !
Vers la mort,
Je marche sans peur,
Car mon chemin ne s'arrête pas là.
Gloire à Tre'Nera'Kar !

Relations politiques et conflits


Le Culte de l'Ombre et le Culte des Ténèbres on toujours été en conflit. Le paroxysme de cette inimitié a bien entendu eu lieu en l'an 0.
Aujourd'hui, depuis le traité des cultes d'Illéranyne, dont ils sont tous deux signataires, le Culte de l'Ombre et celui des Ténèbres se contentent de s'observer, de se toiser, sans rien intenter contre l'autre, dans un mépris et une haine policés. Depuis la scission du culte des Ténèbres, la faction du Mulaten, commandée par Boeros, un ami de Noron, multiplie les tentatives diplomatiques et trouve un echo de plus en plus favorable, alors que le Nokdar semble manifester de plus en plus de rancoeur à l'encontre du culte de l'Ombre.
L'Impératrice Kalixta choisit ses propres conseillers, ainsi que les conseillers de ses gouverneurs et de ses généraux, parmi les membres du culte. Le Culte de l'Ombre détient donc un pouvoir immense en Ar'Nok.

Personnages marquants


Atsadar, Reniki, Adornak, Batsapol et Dénéroh : prêtres ayant réformé le Culte de Nerealokar, instigateurs du Culte de l'Ombre.
Darmaken : Grand Prêtre à la tête du Culte de l'Ombre, lors de la bataille avec le Culte des Ténèbres, en l'an 0.
Braéliüs : instigateur de la renaissance du Culte après la catastrophe de l'an 0.
Noron : actuel Gen'omlin-mulare, le Maître Absolu de l'Ombre, il siège à Illéranyne et se distingue par sa conception moderne du culte et de la diplomatie.
Sador : héritier de l'Ar'Nok, premier Kan'envy-mulare-up, Très Haut Prêtre de l'Ombre.
Nesphrem : conseiller privilégié de la reine Kalixta.