La cité libre de Briëlo




On peut légitimement s'interroger sur la santé mentale des premiers hommes qui se sont établis à l'emplacement de la cité de Briëlo. D'après mes observations, le climat de la région est épouvantable, même pour la côte mirëlienne : les plaines inondables sont immergées une bonne partie de l'année et détrempées le reste du temps, une pluie fine et froide tombe avec obstination depuis mon arrivée sans pour autant dissiper la brume opaque qui sévit sur la côte. Les rares habitants isolés que j'ai pu interroger me disent que je suis seulement tombé sur une mauvaise année, mais je devine à leurs œillades et aux plaisanteries qu'ils échangent dans mon dos qu'ils se moquent seulement de ma qualité d'étranger.
Il ne m'a pas fallu moins de trois jours pour parvenir enfin à observer Briëlo depuis la rive du Medil, à la faveur d'un vent glacial dont le seul effet positif fut de lever le brouillard. Je compte que vous compenserez à mon retour les frais exorbitants que j'ai dû avancer pour payer le guérisseur. Les descriptions fournies par votre dernier espion sont exactes : la ville se dresse sur un éperon rocheux au milieu du fleuve et domine effectivement la cascade qui le jette dans la mer. Briëlo profite de la moindre penne de terrain disponible, on ne voit presque plus rien des rochers naturels sur laquelle elle est bâtie ; je devine à certains indices que la tentation de grandir sur le fleuve doit gagner les habitants, mais la vivacité du courant interdit les constructions sur pilotis telles que nous les connaissons. En approchant des falaises j'ai pu constater que la ville s'accroche aussi à la partie verticale de l'éperon : des habitations sont mi-sculptées mi-bâties sur le flanc incliné de la roche. Les témoignages de grande beauté qu'on attribue à la cité s'avèrent également conformes à la réalité, encore que je n'apprécie guère ce style étranger : les bâtiments sont hauts pour gagner de l'espace, les tours nombreuses, les ponts suspendus qui les relient innombrables. Les briëliens semblent dotés d'un goût immodéré pour les choses flottantes, à moins qu'ils ne cherchent à donner à leur ville le caractère altier des voiliers : des drapeaux et des tentures blanches pendent de partout et s'animent sous le vent. Le reste du temps, tout cela pend misérablement.
J'ai dû débourser près de la moitié de votre avance pour trouver le moyen de me rendre sur l'éperon, et nous avons failli chavirer trois fois. J'atteste par conséquent sans réserve que Briëlo est coupée du monde et qu'aucun système n'a été mis en place pour le transport régulier des voyageurs ni des denrées. De cette façon, ma visite n'a pu souscrire à vos impératifs de discrétion : les étrangers ne peuvent faire autrement qu'attirer l'attention mais j'ai servi à ces gens la fable habituelle et leur curiosité s'est naturellement éteinte quand j'ai prétendu être un excentrique un peu simplet en quête d'un remède pour une affection cutanée rare. J'ajoute que mon mensonge est rendu crédible par l'humidité qui règne ici : ma peau plisse comme celle d'un vieillard et se desquame, deux maux qui n'atteignent visiblement pas les habitants du cru.
Je ne peux décemment pas faire l'éloge du caractère briëlien : avec une malsaine avidité au sujet du contenu de ma bourse, on m'arnaque au sujet du moindre prix alors même que le dernier artisan arbore des bijoux d'argent aussi fins que ceux que j'ai observés au Damirë. Le manque de ressources et la curiosité que j'inspire m'a interdit d'infiltrer les cercles qui vous intéressent et je n'ai pas approché les hauteurs de la ville où se concentrent les marchands les plus riches et ce qui tient ici lieu de noblesse.
Les produits qu'on vend au marché me sont étrangers, ainsi que leurs usages. La nourriture est exécrable : on consomme à tous les repas un infect pain de poisson décoré d'écailles et de la soupe d'algues qui me procure d'incoercibles nausées, mais on m'assure que les cuisiniers du "Helij", de l'élite, disposent de produits qui rendent les assiettes semblables à un soleil d'été. Je dois vous faire part de mon scepticisme à ce sujet, même si une fois en ville l'impression que me fait la région est moins négative : il règne une tiédeur agréable en contraste avec la température des plaines inondables, le couchage est de bonne qualité quoiqu'épouvantablement onéreux, et la science des briëliens au sujet de la lumière est admirable : les rues baignent dans une clarté dorée agréable à l'œil de jour comme de nuit. Je gage que vous trouverez là matière à intérêt pour vos affaires.
Les rumeurs que nous avons entendues sur l'existence de vaisseaux volants ou de ballons géants n'ont en aucun cas été confirmées par ma visite : je n'ai observé aucun appontement, aucun chantier attestant de la construction de ce genre d'engins. Par ailleurs, les projets dont nous avons entendu parler de la construction de grands ponts de pierre reliant la cité à la rive n'excitent ici aucun intérêt de la part des habitants, et ils me semblent de plus irréalisables : le rivage du Medil est spongieux et à mon sens impropre à toute fondation stable : la construction de ponts et de routes dans cette région relèverait du même prodige que l'érection du Qhorgensul.
La ville est complexe, les ruelles nombreuses et torves, les chevaux inexistants, les chats surabondants. La criminalité semble nulle malgré les caves d'une telle profondeur que les derniers niveaux n'ont plus été explorés depuis plusieurs générations. En dépit de mes efforts je n'ai pu trouver la trace d'aucun membre de notre Guilde ; son concept même semble étranger ici. La hiérarchie sociale qui nous est coutumière ne s'applique pas non plus : bien sûr le Helij domine, depuis ses quartiers fermés, mais les unions se scellent sans discrimination et les jeunes gens les mieux faits peuvent espérer un mariage princier même s'ils sont fils de poissonniers. De fait, les briëliens s'imaginent vivre dans une sorte de conte de fées : ils s'en remettent au "sort" pour trancher leurs moindres difficultés et vouent une foi inaltérable à des esprits aux noms impossibles à transcrire et qui leur viendraient supposément en aide à leur moindre requête. J'ai observé moi-même plusieurs faits étranges aux conséquences miraculeuses qui me restent inexplicables. Comme vous le savez, je ne suis pas un expert des magies barbares, aussi je réserve mon jugement sur cette question particulière. Je reste néanmoins sceptique devant l'insouciance ambiante et certaines de mes observations me laissent perplexe : j'ai vu un enfant des rues jouer avec de pleines poignées de billes en or véritable sans que personne ne songe à les lui prendre et sans qu'il lui vienne à l'esprit qu'il détenait un trésor. A l'inverse, certains coquillages suscitent l'hystérie et la convoitise, et j'ai du cacher ma ceinture dont les boucles en bronze ordinaire ont incité deux jeunes filles à me faire des avances impensables.
L'artefact que vous m'avez fourni n'a pas brillé une seule fois durant mon séjour, contrairement à vos prévisions, pas même dans les temples que je me suis astreint à visiter longuement, ce qui m'a valu une réputation de grande dévotion. Par ailleurs j'ai observé un art de l'Eau et certains objets qui me laissent penser que certains pyreliens auraient encore aujourd'hui des contacts réguliers à Briëlo. Les habitants de la ville n'ont pas voulu m'en parler, mais leur réserve particulière m'apparaît comme un signe encourageant. Je vous conseille donc de poursuivre à Pymarée vos investigations sur le sujet qui vous intéresse et vous informe de ma parfaite disponibilité pour une telle mission, moyennant une confortable avance et le plein remboursement des sommes que j'ai consacrées à mon actuelle visite.


Rapport à la Guilde, Anonyme.